L’aventure du déchiffrement des écritures cunéiformes : Dominique Charpin en quête de Ninive

Dans son dernier ouvrage, Dominique Charpin, professeur au Collège de France, raconte la naissance et le développement de l’assyriologie.

Dominique Charpin, En quête de Ninive

Des savants français à la découverte de la Mésopotamie (1842-1975)

« Si en assyriologie les difficultés sont grandes, les moyens pour les résoudre sont aussi exceptionnellement abondants. » E. Renan

En 1842, des archéologues français entament des fouilles aux environs de Mossoul pour retrouver Ninive, la célèbre ville biblique. L’entreprise est couronnée de succès : ils exhument des palais anciens et de nombreuses inscriptions en écriture « cunéiforme ». Il faut alors des années de recherches et tout le génie de savants comme Jules Oppert (1825-1905) pour déchiffrer ces inscriptions et comprendre la langue sémitique dans laquelle elles sont écrites : l’assyrien. 

Ces découvertes font la une de l’actualité scientifique et déclenchent même de vives polémiques, par exemple lorsqu’il faut admettre que les caractères cunéiformes ont été créés pour noter une langue non sémitique, le sumérien. Sans parler du séisme provoqué par la mise au jour d’une version assyrienne du récit du Déluge, antérieure à la Bible !

Rappelant le contexte de concurrence internationale acharnée (notamment entre Anglais, Allemands et Français) et les avaries techniques liées aux conditions rudimentaires de ces explorations lointaines, l’ouvrage de Dominique Charpin raconte la naissance et le développement d’une discipline, l’assyriologie. Il montre les savants au travail, au gré des inflexions de la recherche sur le terrain, de l’évolution du contexte politique et des techniques.

Collection Docet Omnia – Co-édition Collège de France
464 pages – 115 illustrations N&B – Index – Bibliographie – Glossaire


Les inscriptions perses achéménides

« Nous allons voir comment les inscriptions cunéiformes ont été copiées, puis déchiffrées, et d’abord celles des rois perses achéménides, en particulier à Persépolis. »

Ecouter cet extrait tiré des pages 21-22 :


Dominique Charpin est professeur au Collège de France. Après avoir été épigraphiste de terrain à Mari (Syrie) et Larsa (Irak), il travaille depuis 2015 avec la mission américaine qui a repris la fouille d’Ur. Il est notamment l’auteur de Hammu-rabi de Babylone (2003) et Lire et écrire à Babylone (2008) et, aux Belles Lettres, La Vie méconnue des temples mésopotamiens (2017), « Tu es de mon sang » (2019) et En quête de Ninive (2022) ; il est co-éditeur des Archives Royales de Mari, directeur de la Revue d’assyriologie et d’archéologie orientale et responsable du site Internet www.archibab.fr


Lire également, sur notre blog :


DOMINIQUE CHARPIN

En quête de Ninive

Des savants français à la découverte de la Mésopotamie (1842-1975)

Docet Omnia – Coédition Les Belles Lettres / Collège de France

13,5 x 21 cm – 464 pages – 115 illustrations N&B – Index – Bibliographie – Glossaire

Paru en novembre 2022 – 25,90 €

En librairie et sur notre site internet


Lire également, sur notre blog :

Tout afficher