La crise de Cuba, 60 ans plus tard : au cœur des conversations qui ont évité « l’échec final »

Comment éviter à tout prix le conflit nucléaire : telle fut l’obsession de John Fitzgerald Kennedy durant treize jours où « le monde s’arrêta », suspendu à la crise des missiles de Cuba, menaçant de basculer à tout instant en une escalade apocalyptique. Les enregistrements secrets du Bureau ovale durant ces jours au suspens insoutenable, patiemment retranscris et commentés par Sheldon M. Stern sont aujourd’hui traduits en France, 60 ans après la crise, alors que les tensions géopolitiques actuelles nous replongent dans un âge d’angoisse.

« Dans quelle autre circonstance depuis le blocus de Berlin, les Russes nous ont[-ils] provoqués aussi ouvertement [?] »


« Dans tous les cas, restez calme. Soyez infiniment patient. N’acculez jamais l’opposant dans un coin, et aidez-le toujours à sauver la face. Mettez-vous à sa place – afin de voir les choses à travers ses yeux. »

« Une attaque sans avertissement […] c’est un genre de comportement que l’on pourrait attendre de l’Union soviétique. Ce n’est pas le comportement que l’on attend des États-Unis. »

« Notre principal problème est d’essayer d’imaginer à quoi le monde ressemblerait si on faisait ça, et à quoi il ressemblerait si on ne le faisait pas. »

« La question est réellement de déterminer quelles mesures nous devons prendre pour minimiser le risque d’un conflit nucléaire, qui serait, évidemment, l’échec final. »

***

L’on pourrait presque se croire en octobre 2022, et pourtant, ces phrases sont extraites des enregistrements du Bureau ovale pendant la crise des missiles de Cuba, il y a soixante ans, entre le 16 et le 29 octobre 1962. Sheldon M. Stern, dans Quand le monde s’arrêta, en donne une transcription commentée qui se lit aujourd’hui avec d’autant plus de fièvre que l’Histoire se répète.

Aujourd’hui traduite de l’anglais par Laurent Speyser et Laurence Baulande, elle s’accompagne d’un cahier de photographies noir et blanc de l’époque.


« Être la petite souris cachée dans la pièce où tout se joue, lors de l’un des moments les plus dangereux de l’Histoire de l’humanité. Avoir le privilège de savoir ce qui s’est réellement passé »

 » L’idée de ce livre est née, au moins dans mon esprit, au début des années 1980, quand j’écoutai pour la première fois, en tant qu’historien de la bibliothèque JFK, les cassettes encore classifiées à l’époque des enregistrements du Comité exécutif.
J’étais particulièrement intrigué par la réunion du 26 octobre au matin quand l’ambassadeur américain aux Nations unies, Adlai Stevenson, mon héros des années 1950, essayait sans succès de surmonter l’hostilité des membres de l’ExComm. J’ai alors dit à ma femme que le récit de ces réunions ferait un livre fascinant. Mais le projet devait attendre que toutes les cassettes de ces treize jours historiques soient finalement déclassifiées, ce qui fut fait à la fin des années 1990.
Cet ouvrage est une version condensée de Averting «The Final Failure»: John F. Kennedy and the Secret Cuban Missile Crisis Meetings, qui est la retranscription complète de toutes les réunions du Comité exécutif. Bien sûr, les lecteurs réellement intéressés peuvent toujours s’atteler à la version longue. »


Les 60 ans de la crise des missiles de Cuba, sur France Inter

Alors que la Russie fait régulièrement planer la menace nucléaire sur la guerre en Ukraine, ce mois d’octobre marque les 60 ans de la plus célèbre des crises de la guerre froide, les missiles de Cuba en 1962. En sommes nous à nouveau là, au bord du conflit nucléaire…


Se procurer l’ouvrage

SHELDON M. STERN
Quand le monde s’arrêta
Les enregistrements secrets de la crise de Cuba

Traduit de l’anglais (américain) par Laurent Speyser et Laurence Baulande

Collection Mémoires de guerre

12,5 x 19 cm • 392 pages • Illustrations en n&b • Index • Bibliographie

24,90 € • Paru le 21 octobre 2022 – En librairie et sur notre site internet

Tout afficher