Devenir romain en cinq leçons, avec Jean-Noël Robert – VIDÉO

Le long de cinq vidéos d’une vingtaine de minutes chacune, le latiniste passionné et passionnant Jean-Noël Robert nous invite à la rencontre du citoyen romain.

Autre temps, autres moeurs, Jean-Noël Robert en a fait le motto d’une vie entière, comme latiniste et historien de Rome,  grand lecteur de Cicéron, directeur de deux collections aux Belles Lettres et auteur de nombreux livres sur la Rome antique. Ce dernier vous propose une magisterclass intitulée « Comment pouvait-on être Romain ? » ; archéologie du citoyen, vie intime, éducation, place des femmes et loisirs des Romains n’auront bientôt plus de mystère pour vous. Suivant le fil de ses bonnes paroles, une sélection de livres vous drapera des attributs du parfait romain, du droit pénal à la salle de bain. Amis lecteurs, bonne découverte !

L’archéologie du citoyen

« Je vous propose de nous interroger, durant ces cinq causeries, sur ce qui était véritablement la personnalité de ces hommes qui, paradoxalement, sont assurément nos grands ancêtres, mais sont fatalement terriblement différents de nous. Et pour cela, nous allons commencer par l’archéologie du citoyen romain. Par définition, le citoyen romain est l’habitant d’une cité… »


L’éducation du futur citoyen

« Pour être luxueuse, l’existence des riches citoyens n’était pas une sinécure. Elle supposait dès la plus tendre enfance une éducation des plus rudes que les enfants des plus pauvres ne connaissaient pas. Le citoyen riche doit être marié, et les familles s’entendaient entre elles pour fiancer leurs enfants dès l’âge de 5 ou 7 ans, voire moins… »


Le destin des femmes

« Il est bien difficile de s’imaginer aujourd’hui que la femme romaine ne jouit d’aucune reconnaissance juridique, qu’elle appartient à un homme,  son mari ou son père, et qu’elle demeure une éternelle mineure. Paradoxalement, cela ne veut pas dire qu’elle n’exerce aucune influence sur les hommes, même en politique… »


Les loisirs à Rome

« Il n’y a pas de mot latin pour dire « loisirs ». Le terme qu’on utilise trop souvent, à Rome, est « otium ». Il n’est que l’inverse de « negotium », qui désigne le travail, il s’agit donc du temps libre. Les Romains aiment les balises. À l’époque classique, la journée se déroule en deux blocs… »


La vie intime des Romains

« L’accusation de débauche étant parfaitement infondée, quelles sont donc les règles morales qui régissent la vie des citoyens ? »

La bibliographie

Vous voulez en savoir plus ? Voici notre sélection de livres sur le thème.

Tout afficher