Un nomade de la spécialisation : extrait de Kantorowicz, histoires d’un historien

La coexistence de l’érudition minutieuse et d’une totale liberté de choix dans ses sujets d’étude donne toute sa saveur à l’œuvre de Kantorowicz, qui ne fut jamais un spécialiste ni le gardien d’un champ historique. Ou plutôt, il fut un nomade de la spécialisation : arrêté par quelque objet dont il pressentait la bizarrerie, il s’en constituait le spécialiste instantané et provisoire. Ainsi de la quinité de Winchester : au départ, il n’y a que l’étonnement devant la singularité d’une représentation graphique, perdue dans l’immensité d’images presque analogues. Puis vient le moment de l’intense spécialisation : Kantorowicz part à la recherche éperdue de toutes les figures de gémellités trônantes, en établit le schème d’évolution et de transmission. Il ne revint jamais sur le sujet, mais, en quelques pages, il avait noué de puissantes corrélations qui nous en disent plus sur la conception de la dynastie et du droit d’aînesse que d’épais traités. Il s’agit, pour l’historien, d’attaquer la massivité obtuse du passé au défaut imperceptible de la cuirasse, d’avancer obliquement. Ce conservateur obstiné fut un grand anarchiste de la connaissance historique. Les contraintes du Kleinarbeit, qui lui furent dictées par le débat de 1929‑1930, le poussèrent vers une herméneutique : l’énergie qui n’était plus investie dans la reconstruction mythique et extensive du passé, il l’employa au déchiffrement de sources minuscules ; la liberté qu’il perdait en s’imposant de tout prouver, de tout vérifier, il l’investit dans le vagabondage sans règle à travers les documents. Tel est l’enchantement de l’œuvre de Kantorowicz : à lire l’énoncé particulièrement restreint d’une étude, on sait d’avance que quelque fulgurance naîtra de l’infime pointe du silex.

Alain Boureau, Kantorowicz, Histoires d’un historien, reprise de l’édition revue et augmentée de 2000, assortie d’une préface inédite de l’auteur, Les Belles Lettres, collection Histoire n°142, janvier 2018, page 82.


Présentation de l’ouvrage

On trouvera ici un jeu biographique très libre sur Ernst Kantorowicz (1895-1963), auteur du fameux livre Les Deux Corps du roi. Son parcours avait de quoi intriguer : de la Posnanie à Princeton, en passant par l’Allemagne de Weimar, ce médiéviste autodidacte, essayiste devenu érudit, fut un réactionnaire volontaire dans les corps francs, mais se mêla plus tard aux libéraux et marxistes américains dans la résistance au maccarthysme. En outre cet homme, sans doute plus hautain que discret, effaçait ses traces et ne s’était guère expliqué sur cet itinéraire. L’auteur propose alors des vies parallèles, pour faire entrer le possible aux côtés du réel, miner le privilège de l’individu par une prolifération de personnages, empruntés à des contextes ou des occurrences historiques ou fictionnelles. En rapprochant Kantorowicz de Toller, von Salomon, Scholem, etc., on tente d’extraire l’individu de sa bulle artificielle, sans pour autant le jeter dans la multitude.
Il s’agissait alors de retrouver un schéma existentiel dominant, au fil des textes, en recherchant moins le secret ou le caché que l’implicite, les plis d’une vie. En effet, la formule existentielle majeure, dans cette oeuvre, semblait être celle de l’appartenance : il importait à Kantorowicz d’appartenir à une totalité souveraine, l’Allemagne, ou l’Empire, ou l’Université. Ce désir d’appartenance, qui traduit une tension entre l’être-dans et l’être-dehors, est à la racine de la métaphore corporelle dans l’oeuvre de Kantorowicz. Cette thématique de l’appartenance construite peut contribuer à faire pièce à la désastreuse notion d’« identité ». Consulter la fiche avec le sommaire >

Alain Boureau est directeur d’études à l’EHESS, spécialiste d’histoire de la scolastique médiévale. Parmi ses ouvrages récents : En somme… Pour un usage analytique de la scolastique médiévale (2011), L’Errance des normes (2016) et une édition critique et bilingue des Questions disputées (six volumes parus aux Belles Lettres depuis 2011) et des Quodlibets (trois volumes depuis 2015) de Richard de Mediavilla. Aux Belles Lettres, il dirige également avec Michel Desgranges la collection « Histoire » et avec Ruedi Imbach la « Bibliothèque scolastique ». Toute sa bibliographie aux Belles Lettres >


Kantorowicz par Alain Boureau

Livre broché sous jaquette, 12 x 18 cm, 128 pages avec une bibliographie, composé et imprimé en France, en librairie le 16 janvier 2018, 15 € – Commander aux Belles Lettres

 

Tout afficher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s