Penser à l’avenir des études classiques sous les coups de canon : 1917

Pierre Waltz, lettre inédite en réponse au Projet Budé,  il y a 100 ans :

Le 26 avril 1917,

Monsieur,

Je vous remercie bien vivement de la peine que vous avez prise de m’écrire une seconde fois. À votre première lettre, je n’avais pu que griffonner à la hâte un mot de réponse ; les circonstances ne me permettaient pas d’en faire alors davantage. Je ne vous cacherai pas que je vous ai écrit en plein air, assis par terre sur l’herbe mouillée, au milieu des échos d’une canonnade sans précédent. Nous étions alors occupés à des travaux de seconde ligne, sur les bords d’une rivière au Nord de laquelle on se battait. Aujourd’hui nous sommes revenus un peu plus à l’arrière, et je profite d’un moment de répit pour vous écrire plus posément.

En ce qui concerne l’idée même d’une collection d’auteurs classiques, je ne crois pas qu’il puisse y avoir d’objection ; nous ne savons évidemment pas de quelle faveur les études classiques jouiront après la guerre, mais même si elles devaient péricliter, ce ne serait pas à nous de les abandonner. Dès les premiers temps de la guerre, je me demandais comment nous pourrions, nous autres intellectuels contribuer au relèvement national après la paix ; et je n’en voyais pas de meilleur que de répandre à l’étranger la science philologique française à l’aide de l’instrument le plus pratique et le plus sûr, celui de l’édition scientifique à bon marché ; je songeais même à en prendre l’initiative, s’il le fallait : je suis heureux que d’autres plus qualifiés l’aient fait. La seule question qui se pose est de savoir si notre œuvre doit être nationale ou interalliée ; il y a du pour et du contre des deux côtés ; pour ma part, je pencherais plutôt pour la seconde alternative.

Sur ce qui concerne l’exécution, je concevrais notre collection comme une œuvre de propagande, donc peu coûteuse. Sous un petit format, aussi pratique, mais plus élégant et plus solide que les Teubner, le texte, une courte introduction, très peu de notes critiques, et un commentaire explicatif très abondant ; au besoin, des index appropriés au caractère de chaque œuvre. Je ne suis peut-être pas dans les théories actuellement en faveur ; mais la critique du texte n’a jamais été pour moi une fin ; je ne la considère que comme un moyen d’interprétation, l’exégèse devant être le fond et le but de tout commentaire philologique. Ce principe m’ayant déjà valu des déboires, j’y suis d’autant plus attaché.

Pour la traduction, elle est, à mon avis, nécessaire si l’on tient à ce que l’œuvre entreprise soit complète. Si elle est faite scientifiquement et en toute conscience, il n’y a pas de commentaire plus loyal, plus lumineux, plus complet, – j’allais dire plus courageux. Je serais très heureux de voir cette partie du programme maintenue ; ce serait une des grandes originalités de notre entreprise.

Voilà beaucoup parler de mes idées ou plutôt même de mes goûts personnels, qui sont bien peu de choses dans l’ensemble d’une entreprise aussi considérable. Mais c’est d’opinions individuelles que sera faite la théorie collective ; et ma profession de foi n’est, après tout, qu’un bulletin de vote un peu développé. Nos organisateurs en tiendront le compte qu’il leur semblera comporter ; mais j’aurais toujours eu le plaisir de parler des choses que j’ai négligées plus que je n’aurais voulu depuis bientôt trois ans.

Waltzsignature

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mon respectueux dévouement,

Pierre Waltz


Cette lettre qui a 100 ans aujourd’hui, de Pierre Waltz (1878 – 1945), est inédite. Elle fait suite aux échanges ayant suivis la « circulaire Budé » lancée en février 1917.

Helléniste, il fut le doyen de la Faculté des Lettres de l’Université de Clermont-Ferrand. À son retour de la Grande Guerre, il rejoint les équipes de la toute nouvelle Collection des Universités de France pour laquelle il entreprend d’établir le texte grec et la traduction des anthologies et recueils d’épigrammes et poèmes antiques regroupés sous le nom d’Anthologie grecque dont le premier volume de la plus fameuse, L’Anthologie Palatine, paraît en 1929. Son travail, inachevé à sa mort en 1945, sera poursuivi par la collaboration de talents aussi émérites que Jean Irigoin, Félix Buffière, Alphonse Dain, Edouard Des Places ou Pierre Laurens.

À lire dans cette série  » 100 ans de l’Association Guillaume Budé » :

GH

BudéMeridier


(La photographie des volumes de l’Anthologie palatine en couverture est issue du blog de Dominique Autié)

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Coulisses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
Merci @eurydicesophie ・・・
#Perséphone, chat de qualité, vous recommande "Chats du Moyen Âge" aux éditions @lesbelleslettreseditions ! #chat #chats #catsofinstagram #catsandbooks #histoire #moyenâge #katze Georges Bernanos, La Révolte de l'Esprit. Écrits de combats 1938-1945, vient de paraître dans notre collection #LeGoûtDesIdées Retrouvez quelques morceaux choisis, savoureux de style et de courage, sur notre blog.
#Littératurefrançaise #Bernanos #Combat #Courage #Esprit #Clairvoyance #Prophétisme #FranceLibre #HommeDebout #HonnêteHomme #Risque #Repost @hourloupe (@get_repost)
・・・
l’utilité de l'inutile: manifeste || nuccio ordine || les belles lettres || 2013
#page48 #lire #pensée #penséenonparesseuse #livre #books #book #read #reading #reader #page #pages #paper #instagood #library #author #imagine #literature #philosophie #utilité #inutile #manifeste #nuccio #ordine #lesbelleslettres Découvrons ce jour Rutilius Namatianus, Retour en Gaule : un poème d'exil mélancolique et polémique alors que les barbares envahissent la terre natale de ce païen cultivé, qui quitte Rome à grand regret pour lui  porter secours. Une édition illustrée, le pari d'un format accessible pour tous les lecteurs : venez feuilleter cette curiosité en librairie ! #Exil #Poésielatine #Littératurelatine #AntiquitéTardive #curiosa Et pourquoi pas, une belle idée de cadeau de #Fêtedesmères loin des clichés ! #VENDREDIXIT Lucien, Jouer avec les mots : un recueil de textes du philosophe contemporain de Marc Aurèle, dont le fil rouge est la rhétorique, rassemblés et traduits par Anne-Marie Ozanam. #Bookstagram #Instalivres #VendrediLecture #Instabooks #Classiquesenpoche #Romeantique #Antiquité #éducation #Tibère, biographie inédite de Robert Turcan, est en librairie depuis peu. Un extrait sur son exil volontaire est disponible sur le blog des Belles Lettres : "C’est alors que, « malgré tant d’avantages acquis, dans la force de l’âge et en pleine santé, il décida soudain de disparaître » (Suet., Tib., 10, 1) et de s’éloigner au plus loin possible de Rome. Naturellement, un pareil coup de théâtre ne manqua pas déjà de délier les mauvaises langues."... #RomeAntique #Rhodes #Capri #RobertTurcan #Antiquité #Histoireromaine #Histoire #Tacite #Suétone #Strabon #Pline Jean-Michel Rey (philosophe) et Michel Enaudeau (Journaliste) échangent dans ce nouveau recueil : Penser l'imaginaire. #Philosophie #Economie #politique #morale
Extrait :
JMR : J’évoque pêle-mêle ce caractère sensuel de la lecture, ce rapport obstiné aux livres, cette capacité que j’ai de faire varier les lectures, ce plaisir de passer d’un livre à l’autre sans précaution – tout ce qui participe depuis long- temps à ma manière de travailler. Mais il y a aussi, en arrière-fond, des allusions à la grande Histoire. Je parle notamment de quelqu’un que j’ai bien connu qui a fait de la résistance dans la région lyonnaise et qui avait pour seul livre pendant trois ans l’Ulysse de Joyce. Par des signes de cet ordre, j’essaie d’indiquer au moins deux choses : d’une part ce que mes lectures du moment appellent, c’est-à-dire des propos qui seront parfois développés par la suite, et de l’autre, j’amorce une réflexion, assez rapide ici, sur le silence politique et d’autres phénomènes du même genre. Nouveauté #MoyenÂge #Philosophiemédiévale #Théologie #Scolastique 
L'historien et les fantômes
Lectures (autour) de l'œuvre d'Alain Boureau
L’œuvre d’Alain Boureau, multiple et dense, se déploie sur les quarante dernières années en abordant de nombreux domaines de l’histoire du Moyen Âge et du christianisme latin. Elle suit les pérégrinations personnelles et professionnelles d’un chercheur à travers un monde peuplé de silhouettes incertaines : figures de l’hagiographie, faux-semblants de l’État moderne, anges, démons, cadavres et somnambules, vagues individus scolastiques qui eux-mêmes parlent de créatures étranges. Autant de fantômes d’un passé persistant qu’il a suivis avec ténacité tout au long de sa carrière, et qui nous embarquent à leur tour à travers l’histoire. Retrouvez plus d'informations sur ce livre sur notre site internet #LesBellesLettres.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 169 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :