Au coeur de l’érudition des brahmanes : le sanskrit commentarial

Le quatrième volume de la collection de Michel Angot aux Belles Lettres sera en librairie le 14 avril 2017 : avec INDIKA, les classiques de l’Asie du Sud ont également leur collection. Découvrez-la.

AngotSanskritCommentarialI

Le sanskrit commentarial, I : les gloses

 Adyāpi  « Aujourd’hui encore »

Avant-propos de Michel Angot

L’idée de cet ouvrage remonte à quelques décennies quand au début des années 1980 F. Grimal faisait découvrir à ses étudiants les textes sanskrits. Il lisait le Rāmāyana : les versets de Vālmīki étaient beaux, sonores, plaisants ; le récit, résumé dans le premier chapitre, était intéressant. Tout cela se laissait déguster facilement. Mais très vite, il se mit à décrypter le commentaire de Govindarāja. Le vyākhyāna ‘explication’ de Govindarāja dévoilait tout autre chose : l’érudition des brahmanes, un festin de mots, de valeurs, de références, toute une érudition déployée comme un tissu accueillant leur manière d’être aux mots et au monde. Le texte se mettait à vivre : on abandonnait le travail laborieux du traducteur pour goûter de plus fines saveurs. Car ce commentaire se laissait mal traduire avec ses formes stéréotypées, une syntaxe télégraphique et son caractère allusif. De fait la langue des commentaires sanskrits est celle des brahmanes qui, partageant la même éducation et des références connues par cœur, n’a pas à s’embarrasser d’un lourd apparat critique : le contenu des textes, des références grammaticales etc. est dans la tête de celui qui parle et aussi de celui qui écoute. Quelques mots suffisent pour que l’auditeur, généralement un brahmane érudit, les reconnaisse. Pour que nous les comprenions, nécessairement il nous faut passer par cette érudition ; les index quand ils existent et les machines aident, mais lentement, et ne remplacent pas l’accès direct à la parole vive. Ces commentaires, depuis le début du premier millénaire av. J.-C. (les Brāhmana) jusqu’au XIXe siècle, forment une littérature spécifique et un ensemble massif : le commentaire a été la forme privilégiée par où les érudits ont exprimé en sanskrit leur conscience intellectuelle, spirituelle, artistique. C’est à expliquer les codes et les références de cette littérature que s’emploie cet ouvrage.
La littérature en question ici est immense et variée : pendant plus de trois mille ans, dans un espace vaste comme l’Europe mais jamais unifié politiquement, à propos de tout, ils ont parlé et ressassé en sanskrit. Paraphrasant un verset du Mahābhārata, on peut dire que tout est là et que ce qui n’y est pas n’existe pas. Néanmoins, quelle que soit la discipline abordée, les érudits ont eu recours à des méthodes d’analyse stéréotypées. On reconnaît sans peine la continuité de langue et de méthode entre Patanjali, auteur du Mahābhāsya, un commentaire sur la grammaire de Pānini rédigé au milieu du IIe  siècle av. J.-C., Cakrapānidatta auteur au XIe siècle de la Dīpikā, un commentaire consacré à la médecine, Vīrarāghava auteur d’un commentaire au XVIIIe siècle sur une ancienne pièce de théâtre et Brahmānanda auteur de la Jyotsnā, un commentaire du XIXe siècle à la Hathapradīpikā de Svātmārāma. C’est cette continuité de méthode, de langue et d’inspiration qui assure la cohérence du présent ouvrage et le rend techniquement possible. Celui-ci comprend deux volumes ; le premier est consacré à l’herméneutique, à savoir aux quatre principaux outils d’analyse des textes : Vyākarana ‘Grammaire’, Nirvacana ’Analyse sensible’, Paryāya ‘Synonymie sémantique’ et Prakarana ‘Analyse contextuelle’ ainsi qu’aux gloses auxquelles ces méthodes d’analyse donnent lieu de la part des érudits sanskritistes jusqu’au XIXe siècle. Le second comprend une sélection de commentaires de textes et d’auteurs importants ou exemplaires.  Finalement, sans modifier en profondeur ce plan initial, à l’instigation des premiers lecteurs, j’ai conservé dans le premier volume quelques commentaires de Mallinātha qui, exemplaires, aident l’examen des gloses. Par ailleurs j’ai ajouté quelques paragraphes plus descriptifs.  […]

Janvier 2017.

L’art du débat en Asie du Sud

288. Dimension dialectique de la pensée en Asie du Sud.

Le débat (vāda, samvāda) oral est inhérent à l’expression de la pensée en Asie du Sud. On le saisit à l’écrit aujourd’hui, l’émotion, la passion, l’enjeu en moins. Aussi loin que l’on remonte dans le temps, on en constate toujours l’existence et pas seulement quand les protagonistes ne sont pas d’accord : les débats védiques opposent les tenants d’une même doctrine ; il s’agit alors d’obtenir la prévalence personnelle, non la prévalence d’une doctrine sur une autre. Dans tous les domaines, les uns et les autres ont composé des traités en fonction des débats, des disputatio, qu’ils menaient oralement et devaient mener au sein des écoles et aussi comme champions de leur école. J’ai présenté cela dans « L’art du débat » et (cf. Angot 2009 : 68-128). Dans le même ouvrage, (p. 217-242), j’ai édité le chapitre VIII du Vimānasthāna de la Caraka-Samhitā car celui-ci est un court-traité de dialectique appliquée au domaine médical. Ces pages montrent bien la place centrale du débat dans la vie intellectuelle des brahmanes.

Suite  du chapitre de 15 pages à feuilleter ici >>

L’Inde : son histoire, ses sources et sa culture

Une galerie bibliographique à parcourir à ce lien >>

IndeauxBL

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Passerelles, Regards sur l'Inde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :