Hippocrate et l’épidémie de phtisie

[Thématique médecine antique 2/3]

À l’occasion de la parution récente de plusieurs ouvrages consacrés à la médecine grecque et romaine, nous vous proposons une semaine consacrée à la (re)découverte de ces savoirs magistraux.

Les Épidémies I et III d’Hippocrate, textes établis, traduits et annotés par Jacques Jouanna avec la collaboration d’Anargyros Anastassiou et Alessia Guardasole constituent la première partie du tome IV des œuvres d’Hippocrate et le 527e volume de la Collection des Universités de France, série grecque. Ce fort volume (902 pages), bilingue grec ancien – français, contient une notice de 211 pages, le texte et sa traduction en vis-à-vis, les notes complémentaires, des compléments bibliographiques et deux index. Inédit, il est en librairie depuis peu.

Présentation

«  Le traité, dont le titre originel est inconnu, est l’un des fleurons les plus remarquables du rationalisme hippocratique. Malheureusement il a été victime, dès la haute Antiquité, d’une dislocation accidentelle au cours de la transmission du texte. Traité unique écrit par un seul et même médecin, il a été transmis en deux livres séparés intitulés Épidémies I et Épidémies III, alors que cette dislocation ne correspond à aucune division majeure du traité originel, les deux parties devant être remises bout à bout pour réunir ce qui était déjà séparé au temps de Galien. C’est l’œuvre d’un médecin qui a été un maître de l’observation de la réalité quotidienne du malade qu’il a confiée à l’écriture. C’est, en effet, le traité le plus ancien où apparaissent des fiches de malades décrits au jour le jour de la maladie. On dispose ainsi d’une totalité de quarante-deux fiches de malades auxquelles il faut ajouter les noms de vingt-six malades particuliers cités en exemple au cours d’un tableau nosologique. Ce médecin a exercé particulièrement dans la Grèce du Nord à Thasos, mais aussi dans d’autres cités de la côte thrace ou de Thessalie. C’est ce qui ressort de l’examen des fiches où le médecin présente dans nombre d’entre elles non seulement des précisions sur l’identité du malade, mais aussi des indications topographiques, sur la cité où il a examiné le malade, voire sur son adresse par référence à un lieu connu de la cité.

À cette observation du détail guidée par tout un savoir médical implicite sur la classification des maladies et sur la signification diagnostique et pronostique des signes pathologiques, l’auteur ajoute un sens remarquable de la synthèse, guidé par la conviction que les maladies suffisamment répandues dans la population d’une cité pour avoir le statut de «  maladies épidémiques  » s’expliquent dans le cadre environnemental des quatre saisons de l’année. C’est à l’intérieur de ce cadre, la constitution climatique de l’année (κατάστασις), que le médecin présente quatre tableaux nosologiques dans une cité donnée, en l’occurrence Thasos (au moins pour les trois premières). Ces comptes rendus climato-nosologiques dressés dans une cité particulière sont, comme les fiches de malades, une grande première dans l’histoire de la médecine occidentale. Ils inaugurent l’émergence d’une médecine statistique avant la lettre sur la proportion des malades atteints par les différentes maladies au cours de chaque saison.
En troisième lieu, à la description du détail et à la vision d’ensemble s’ajoute un volet réflexif sur l’art de la médecine, où le médecin prend de la hauteur après les tableaux nosologiques et avant les fiches de malades. La fulgurance de certaines formules étonne. C’est en particulier le cas de trois considérations à la fin de la deuxième constitution (c. 11 §  2) qui sont restées parmi les plus célèbres de la collection médicale attribuée à Hippocrate :

  1. sur la nécessité du pronostic dans les trois dimensions du temps : « Dire le passé, comprendre le présent, prédire l’avenir ».
    2. sur la finalité de l’action du médecin : «  pratiquer, à propos des maladies, deux choses  : être utile ou ne pas nuire  ».
    3. sur la définition de l’art de la médecine : «  L’art a trois termes  : la maladie, le malade et le médecin. Le médecin est le serviteur de l’art. Il faut que le malade s’oppose à la maladie avec le médecin.  » »

Incipit de la notice de Jacques Jouanna au présent volume.

(Par souci de lisibilité en ligne, toutes les notes de bas de page ou en fin d’ouvrage ont été retirées des extraits présentés ici.)

hippocrate


Une fiche de malade

(Extrait de la traduction de Jacques Jouanna, Épidémies I, XXVII, 3, pages 44-45)

XXVII. 3 (= A 3) Chez Hérophon, fièvre aiguë ; du ventre sortaient peu d’évacuations, au début caractéristiques du ténesme, ensuite des matières ténues, bilieuses, assez fréquentes ; les sommeils n’étaient pas là ; urines noires, ténues.
Au cinquième jour tôt, surdité ; tout s’exacerba ; la rate enfla ; tension de l’hypocondre ; du ventre sortit peu de matières ; elles étaient noires ; il perdit la raison.
Au sixième jour, il divaguait ; durant la nuit, sueur, refroidissement ; la divagation persistait.
Au septième jour, il s’était refroidi tout autour ; il était assoiffé ; il fut frappé de délire ; la nuit, il retrouvait la raison ; il s’endormit.
Au huitième jour, il eut de la fièvre ; la rate diminuait ; il avait retrouvé complètement la raison ; il eut mal pour la première fois à l’aine, en droite ligne de la rate ; ensuite, les douleurs s’étendaient aux deux jambes ; la nuit, il supporta facilement (le mal) ; les urines étaient de meilleure couleur ; elles avaient une petite sédimentation.
Au neuvième jour, il eut de la sueur ; ce fut la crise ; il y avait rémission.
Au cinquième jour (après la crise), il y eut récidive ; aussitôt la rate enfla ; fièvre aiguë ; surdité à nouveau. Après la récidive, au troisième jour, la rate diminuait ; la surdité était moindre ; douleur aux membres inférieurs ; la nuit, il eut de la sueur ; la crise eut lieu au dix-septième jour ; et il ne fut pas frappé de délire pendant la récidive.


Symptômes et type des malades atteints de phtisie

(Extrait de la traduction de Jacques Jouanna, Hippocrate, Épidémies III, XIII-XV, pages 89-91)

XIII. 1 La maladie la plus importante et la plus difficile qui tua le plus de gens fut la phtisie. Bien des gens commencèrent à être malades en hiver ; beaucoup d’entre eux s’alitèrent, alors que certains supportaient le mal en restant debout. Tôt dans le printemps, la plupart de ceux qui s’étaient alités mouraient ; parmi les autres, les toux n’en quittèrent aucun, cependant elles régressèrent durant l’été ; mais au cours de l’automne, ils s’alitèrent tous et à nouveau mouraient ; c’est durablement que la plupart d’entre eux étaient malades. 2 Le mal commença donc chez la plupart d’entre eux à se déclarer soudainement par les symptômes que voici : ils avaient des frissons fréquents ; souvent des fièvres continues, aiguës ; et des sueurs inopportunes, nombreuses, froides jusqu’à la fin ; un fort refroidissement avec difficulté à se réchauffer ; un ventre qui se resserrait de diverses façons, puis inversement s’humidifiait vite, avec émission par le bas de toutes les humeurs de la région du poumon ; une quantité d’urines non favorables ; des colliquations mauvaises. 3 Les toux étaient présentes jusqu’à la fin en abondance, et elles faisaient remonter en abondance des matières mûres et humides, avec des efforts qui n’étaient pas excessifs ; mais même si c’était avec quelques effort, c’est tout à fait en douceur que la purgation des humeurs issues du poumon se faisait chez tous. 4 La gorge n’était pas trop irritée, et il n’y avait pas d’humeurs salées pour faire le moindre obstacle ; cependant des humeurs visqueuses, blanches, humides et écumeuses descendaient en grande quantité de la tête. Le mal de beaucoup le plus grand qui accompagnait ces malades-là et les autres était ce qui relevait du dégoût pour la nourriture, comme il a été consigné ; et ils n’avaient pas non plus plaisir à prendre des boissons avec la nourriture, mais ils restaient tout à fait sans envie de boire ; lourdeur du corps ; ils étaient somnolents ; chez la plupart d’entre eux gonflements, et ils aboutissaient à l’hydropisie ; ils avaient des frissons et divaguaient à l’approche de la mort.

XIV. 1 Type des malades atteints de phtisie : c’était le type lisse ; le type un peu blanc ; le type couleur lentille ; le type un peu rouge ; le type aux (yeux) clairs ; les leucophlegmatiques ; les individus en forme d’ailes. Il en était de même pour les femmes. 2 Le type mélancolique et un peu sanguin : les causus, les phrénitis, les dysenteries atteignaient ces gens-là. 3 Les ténesmes chez les jeunes phlegmatiques ; les diarrhées longues et les déjections âcres et graisseuses chez les gens à la bile amère.

XV. 1 C’était, pour tous les cas consignés, le printemps qui était la saison la plus difficile et qui tuait le plus grand nombre, tandis que l’été était la saison la plus facile où le plus petit nombre périssait ; mais en automne et sous les Pléiades, à nouveau la majorité (des malades) mouraient.

Vous pourriez également aimer lire le premier article publié dans cette série Médecine antique : Galien, Marc Aurèle et la thériaque

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Grèce antique, Sources
One comment on “Hippocrate et l’épidémie de phtisie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
#Vendredixit Olympe et Élysée ou la vertu en politique
S’inspirant des œuvres d’ #Aristophane, Frédéric Lavère nous livre une parodie contemporaine qui dresse l’inventaire des vices et des vertus en #politique. Une tragédie comique qui n’épargne aucun des débats sociétaux actuels.

#Théatre > #satire #parodie #pouvoir #Diriger #Elysée #Olympe #Média #CollectionTibi #Tibi #Humour #Littératurecontemporaine NOUVEAUTÉ Littérature antique > IIe siècle, #Rome #Grecancien > #Mythologie #Religionsantiques #satire #parodie #Bilingue #Livredepoche #Classiquesenpoche
Lucien, Dans les secrets des dieux : Au IIe siècle de notre ère, alors que le #christianisme gagne en puissance et que les #cultesàmystères connaissent un grand succès dans le Bassin méditerranéen, #Lucien exprime sa méfiance face à la superstition et aux bizarreries de certaines religions.
Anne-Marie Ozanam, professeur de première supérieure au lycée Henri IV de Paris, a introduit et traduit cette sélection de textes de Lucien revisitant la mythologie traditionnelle.
Un extrait se trouve sur le blog des Belles Lettres. NOUVEAUTÉ Histoire > Société > Armée française
La #Guerre , et après ... de Pauline Maucort dans la collection #MémoiresDeGuerre
"Dans ce livre, ils sont neuf revenant d’ #Afghanistan, du #Mali, de #Centrafrique. Ils racontent la guerre, et ce qu’elle leur a fait : les blessures physiques, les traces invisibles qu’elle laisse dans leur esprit et les répercussions dans leurs foyers."
Un extrait se trouve sur le blog des Belles Lettres.
#Armée #France #Opex #SoldatsFrançais #LesBellesLettres #Témoignages #FranceCulture #RFI HISTOIRE GÉNÉRALE DE LA CHINE / Inédite
Premier volume (sur dix) en librairie - Les Dynasties Qin et Han (221 av. J.-C. - 220 apr. J.-C.) : Une lecture plaisante sur l'Antiquité chinoise, illustrée en couleur, par les meilleures spécialistes ! Découvrez un extrait  sur le blog des Belles Lettres.
#Chine #ChineClassique #Xian #PremierEmpereurdeChine #Qin #Han #DynastieQin #DynastieHan #Antiquité  #AntiquitéChinoise #HistoireAncienne #LesBellesLettres #Vendredixit 7 Porté au rang des classiques chinois, La Dispute sur le sel et le fer retranscrit les répliques échangées en 81 avant J.-C. au cours d'un conseil impérial,  dont le point de départ est la question du monopole du sel et du fer, décrété quarante ans plus tôt comme moyen de renflouer le Trésor épuisé par la guerre contre les Huns et quelques autres barbares. Il s'ensuivra une controverse générale sur la manière de gouverner, entre d’une part, des tenants de l’école des Lois, pour lesquels les questions de morale n’ont aucune part à tenir dans le domaine politique, et d’autre part, des érudits confucéens et des sages.
Ce texte, transmis par Huan Kuan dans la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère, constitue à la fois un témoignage de première main et sans fard sur les conditions de vie concrètes et sur les mœurs politiques de cette époque lointaine, et une mine de réflexions atemporelles sur l’art de gérer une société.
#BibliothèqueChinoise #HistoiredeChine #Antiquité #AntiquitéChinoise #Gouverner #Diriger #Débat #Lettrés #Confucianisme #Monopole #Réformateurs #Progressistes #Classiques #LesBellesLettres NOUVEAUTÉ Histoire romaine
#Brutus. La République jusqu'à la mort, textes réunis et commentés par Alain Rodier.
« Toi aussi, mon fils… » C'est à ce cri de Jules César que Marcus Junius Brutus doit sa célébrité. Né vers 85 av. J.-C., Brutus n'est pas le fils de#César, mais celui de sa maîtresse Servilia. C’est un jeune homme brillant que le grand général a pris sous son aile protectrice, le pensant promis à un grand avenir. Pourtant, le 15 mars de l’an 44, Brutus est l’un de ceux qui percent de vingt-trois coups de poignards le corps de César. Les conjurés reprochent à celui qui vient d’être proclamé dictateur à vie d’avoir piétiné une République déjà moribonde au profit de sa toute-puissance. Pire, on le soupçonne de vouloir être fait roi.
S’il n’est pas l’instigateur du complot, Brutus en a pris la tête, poussé par les Républicains, en raison de sa réputation d’homme vertueux et de grande rigueur morale. Mais, faute d’un projet élaboré, l’attentat se solde par un fiasco politique. Poursuivi par la haine de Marc Antoine, qui se pose en vengeur de César, Brutus choisit l’#exil.
Féru de philosophie, ami de Cicéron, Brutus n’aime ni la violence, ni la guerre. S’il fait couler le sang de César, c’est au nom d’un idéal de liberté et de justice. S’il lève des légions avec son complice Cassius, c’est dans l’espoir de rétablir la République d’antan. Mais c’est encore un échec. Brutus meurt en octobre 42 à la bataille de Philippes, défait par Marc Antoine et Octave, le futur empereur Auguste.
Une histoire aux multiples rebondissements entre amitié et trahison, idéalisme et duplicité, que nous racontent Plutarque, Appien, Suétone, Dion Cassius, Nicolas de Damas et Cicéron. #Rome #RépubliqueRomaine #GuerresCiviles #JulesCésar #RomeAntique #EmpireRomain #Pouvoir / Un extrait à lire sur le blog des Belles Lettres. NOUVEAUTÉ #Philosophie
Professeur émérite à la #Sorbonne, lauréat du Grand Prix de Philosophie de l’ #Académiefrançaise, Jean-François Marquet est l’auteur d’une œuvre inclassable, aussi érudite qu’élégante, aussi puissante qu’inexplicablement claire, dont le propos rare fait résonner le timbre d’une voix d’exception. «Avant de quitter cet ouvrage, le dernier, sans doute, que nous proposerons au public, nous voudrions aussi remercier les lecteurs et les auditeurs qui, depuis plus d’un demi-siècle, ont bien voulu nous conserver leur attention et dont certains sont devenus des amis. Peut-être auront-ils remarqué, à travers tous ces textes, une orientation, d’abord tâtonnante, puis de plus en plus consciente vers une étoile unique que nous appelons Singularité. À défaut d’autre mérite, cette aimantation donne à notre humble vie un axe et une certaine cohérence. Et nunc dimittis servum tuum, Domine. » Jean-François Marquet.
#Schelling #Pascal #Ravaisson #Simondon #Nietzsche #Dante #Bergson #Corbin #Heidegger #Hegel #Schopenhauer #Kant #Rosenzweig #Philosophieallemande #Phénoménologie/Sommaire détaillé sur le site des Belles Lettres, section Nouveautés.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 151 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :