Hippocrate et l’épidémie de phtisie

[Thématique médecine antique 2/3]

À l’occasion de la parution récente de plusieurs ouvrages consacrés à la médecine grecque et romaine, nous vous proposons une semaine consacrée à la (re)découverte de ces savoirs magistraux.

Les Épidémies I et III d’Hippocrate, textes établis, traduits et annotés par Jacques Jouanna avec la collaboration d’Anargyros Anastassiou et Alessia Guardasole constituent la première partie du tome IV des œuvres d’Hippocrate et le 527e volume de la Collection des Universités de France, série grecque. Ce fort volume (902 pages), bilingue grec ancien – français, contient une notice de 211 pages, le texte et sa traduction en vis-à-vis, les notes complémentaires, des compléments bibliographiques et deux index. Inédit, il est en librairie depuis peu.

Présentation

«  Le traité, dont le titre originel est inconnu, est l’un des fleurons les plus remarquables du rationalisme hippocratique. Malheureusement il a été victime, dès la haute Antiquité, d’une dislocation accidentelle au cours de la transmission du texte. Traité unique écrit par un seul et même médecin, il a été transmis en deux livres séparés intitulés Épidémies I et Épidémies III, alors que cette dislocation ne correspond à aucune division majeure du traité originel, les deux parties devant être remises bout à bout pour réunir ce qui était déjà séparé au temps de Galien. C’est l’œuvre d’un médecin qui a été un maître de l’observation de la réalité quotidienne du malade qu’il a confiée à l’écriture. C’est, en effet, le traité le plus ancien où apparaissent des fiches de malades décrits au jour le jour de la maladie. On dispose ainsi d’une totalité de quarante-deux fiches de malades auxquelles il faut ajouter les noms de vingt-six malades particuliers cités en exemple au cours d’un tableau nosologique. Ce médecin a exercé particulièrement dans la Grèce du Nord à Thasos, mais aussi dans d’autres cités de la côte thrace ou de Thessalie. C’est ce qui ressort de l’examen des fiches où le médecin présente dans nombre d’entre elles non seulement des précisions sur l’identité du malade, mais aussi des indications topographiques, sur la cité où il a examiné le malade, voire sur son adresse par référence à un lieu connu de la cité.

À cette observation du détail guidée par tout un savoir médical implicite sur la classification des maladies et sur la signification diagnostique et pronostique des signes pathologiques, l’auteur ajoute un sens remarquable de la synthèse, guidé par la conviction que les maladies suffisamment répandues dans la population d’une cité pour avoir le statut de «  maladies épidémiques  » s’expliquent dans le cadre environnemental des quatre saisons de l’année. C’est à l’intérieur de ce cadre, la constitution climatique de l’année (κατάστασις), que le médecin présente quatre tableaux nosologiques dans une cité donnée, en l’occurrence Thasos (au moins pour les trois premières). Ces comptes rendus climato-nosologiques dressés dans une cité particulière sont, comme les fiches de malades, une grande première dans l’histoire de la médecine occidentale. Ils inaugurent l’émergence d’une médecine statistique avant la lettre sur la proportion des malades atteints par les différentes maladies au cours de chaque saison.
En troisième lieu, à la description du détail et à la vision d’ensemble s’ajoute un volet réflexif sur l’art de la médecine, où le médecin prend de la hauteur après les tableaux nosologiques et avant les fiches de malades. La fulgurance de certaines formules étonne. C’est en particulier le cas de trois considérations à la fin de la deuxième constitution (c. 11 §  2) qui sont restées parmi les plus célèbres de la collection médicale attribuée à Hippocrate :

  1. sur la nécessité du pronostic dans les trois dimensions du temps : « Dire le passé, comprendre le présent, prédire l’avenir ».
    2. sur la finalité de l’action du médecin : «  pratiquer, à propos des maladies, deux choses  : être utile ou ne pas nuire  ».
    3. sur la définition de l’art de la médecine : «  L’art a trois termes  : la maladie, le malade et le médecin. Le médecin est le serviteur de l’art. Il faut que le malade s’oppose à la maladie avec le médecin.  » »

Incipit de la notice de Jacques Jouanna au présent volume.

(Par souci de lisibilité en ligne, toutes les notes de bas de page ou en fin d’ouvrage ont été retirées des extraits présentés ici.)

hippocrate


Une fiche de malade

(Extrait de la traduction de Jacques Jouanna, Épidémies I, XXVII, 3, pages 44-45)

XXVII. 3 (= A 3) Chez Hérophon, fièvre aiguë ; du ventre sortaient peu d’évacuations, au début caractéristiques du ténesme, ensuite des matières ténues, bilieuses, assez fréquentes ; les sommeils n’étaient pas là ; urines noires, ténues.
Au cinquième jour tôt, surdité ; tout s’exacerba ; la rate enfla ; tension de l’hypocondre ; du ventre sortit peu de matières ; elles étaient noires ; il perdit la raison.
Au sixième jour, il divaguait ; durant la nuit, sueur, refroidissement ; la divagation persistait.
Au septième jour, il s’était refroidi tout autour ; il était assoiffé ; il fut frappé de délire ; la nuit, il retrouvait la raison ; il s’endormit.
Au huitième jour, il eut de la fièvre ; la rate diminuait ; il avait retrouvé complètement la raison ; il eut mal pour la première fois à l’aine, en droite ligne de la rate ; ensuite, les douleurs s’étendaient aux deux jambes ; la nuit, il supporta facilement (le mal) ; les urines étaient de meilleure couleur ; elles avaient une petite sédimentation.
Au neuvième jour, il eut de la sueur ; ce fut la crise ; il y avait rémission.
Au cinquième jour (après la crise), il y eut récidive ; aussitôt la rate enfla ; fièvre aiguë ; surdité à nouveau. Après la récidive, au troisième jour, la rate diminuait ; la surdité était moindre ; douleur aux membres inférieurs ; la nuit, il eut de la sueur ; la crise eut lieu au dix-septième jour ; et il ne fut pas frappé de délire pendant la récidive.


Symptômes et type des malades atteints de phtisie

(Extrait de la traduction de Jacques Jouanna, Hippocrate, Épidémies III, XIII-XV, pages 89-91)

XIII. 1 La maladie la plus importante et la plus difficile qui tua le plus de gens fut la phtisie. Bien des gens commencèrent à être malades en hiver ; beaucoup d’entre eux s’alitèrent, alors que certains supportaient le mal en restant debout. Tôt dans le printemps, la plupart de ceux qui s’étaient alités mouraient ; parmi les autres, les toux n’en quittèrent aucun, cependant elles régressèrent durant l’été ; mais au cours de l’automne, ils s’alitèrent tous et à nouveau mouraient ; c’est durablement que la plupart d’entre eux étaient malades. 2 Le mal commença donc chez la plupart d’entre eux à se déclarer soudainement par les symptômes que voici : ils avaient des frissons fréquents ; souvent des fièvres continues, aiguës ; et des sueurs inopportunes, nombreuses, froides jusqu’à la fin ; un fort refroidissement avec difficulté à se réchauffer ; un ventre qui se resserrait de diverses façons, puis inversement s’humidifiait vite, avec émission par le bas de toutes les humeurs de la région du poumon ; une quantité d’urines non favorables ; des colliquations mauvaises. 3 Les toux étaient présentes jusqu’à la fin en abondance, et elles faisaient remonter en abondance des matières mûres et humides, avec des efforts qui n’étaient pas excessifs ; mais même si c’était avec quelques effort, c’est tout à fait en douceur que la purgation des humeurs issues du poumon se faisait chez tous. 4 La gorge n’était pas trop irritée, et il n’y avait pas d’humeurs salées pour faire le moindre obstacle ; cependant des humeurs visqueuses, blanches, humides et écumeuses descendaient en grande quantité de la tête. Le mal de beaucoup le plus grand qui accompagnait ces malades-là et les autres était ce qui relevait du dégoût pour la nourriture, comme il a été consigné ; et ils n’avaient pas non plus plaisir à prendre des boissons avec la nourriture, mais ils restaient tout à fait sans envie de boire ; lourdeur du corps ; ils étaient somnolents ; chez la plupart d’entre eux gonflements, et ils aboutissaient à l’hydropisie ; ils avaient des frissons et divaguaient à l’approche de la mort.

XIV. 1 Type des malades atteints de phtisie : c’était le type lisse ; le type un peu blanc ; le type couleur lentille ; le type un peu rouge ; le type aux (yeux) clairs ; les leucophlegmatiques ; les individus en forme d’ailes. Il en était de même pour les femmes. 2 Le type mélancolique et un peu sanguin : les causus, les phrénitis, les dysenteries atteignaient ces gens-là. 3 Les ténesmes chez les jeunes phlegmatiques ; les diarrhées longues et les déjections âcres et graisseuses chez les gens à la bile amère.

XV. 1 C’était, pour tous les cas consignés, le printemps qui était la saison la plus difficile et qui tuait le plus grand nombre, tandis que l’été était la saison la plus facile où le plus petit nombre périssait ; mais en automne et sous les Pléiades, à nouveau la majorité (des malades) mouraient.

Vous pourriez également aimer lire le premier article publié dans cette série Médecine antique : Galien, Marc Aurèle et la thériaque

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Grèce antique, Sources
One comment on “Hippocrate et l’épidémie de phtisie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 139 autres abonnés

En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ #ÉRUDITION Rome et le monde grec, choix d'écrits de Jean-Louis Ferrary, édités avec Anna Heller et Denis Rousset. Jean-Louis Ferrary, membre de l'Institut, directeur d’études émérite à l’École Pratique des Hautes Études, et directeur de la série latine de la #CUF Collection des Universités de France aux Belles Lettres est un spécialiste des rapports entre Rome et le monde grec, et de l’évolution des cités grecques sous la domination romaine. Ses vingt-six études regroupées ici ont été mises à jour, et enrichies d’importants compléments (sur les traités entre Rome et les cités grecques, sur l’autonomie juridictionnelle des cités libres et ses limites, etc.), en sorte qu’elles constituent une véritable somme.
#Rome #Grèce #Histoireancienne #Antiquité #citésgrecques #Démocratie #AsieMineure #Hellénisme #Budés #LesBellesLettres #SAMEDIMAGE n°3 Amiran lutte contre les monstres, page 150 du livre Deux frères caucasiens de Prométhée, paru dans la nouvelle collection #BOC (Bibliothèque de l'Orient chrétien).
Sur le blog des Belles Lettres, retrouvez un extrait de ce texte singulier, sans doute à l'origine du mythe grec de #Prométhée. #Mythologie #Caucase #Géorgie #Amiran #Paganisme #Christianisme #VENDREDIXIT n°3 : Hercule a peur de la foule.
(Extrait de Momus, d'Alberti, pages 246-247).
Extrait complet :
"Hercule avait jeté à terre, soumis, anéanti les monstres les plus énormes et les plus cruels de la terre mais n’avait jamais réussi à contenir l’élan et l’audace d’une foule animée par un même sentiment : la multitude est facile à ébranler, inconstante dans ses avis, soumise à ses caprices et ses passions ; elle se laisse facilement entraîner à n’importe quelle action, sans se demander si ce qu’exige le consensus populaire est juste ou non ; si, échappant à tout contrôle et tout frein, elle s’emporte et se précipite, ni les avertissements et les arguments des sages ni l’autorité de guides éclairés ne peuvent la rappeler, la retenir et la contenir ; une multitude furieuse ne sait pas résister à son caprice, elle ne se soucie pas de savoir si ses entreprises sont indignes et criminelles ou non, pourvu qu’elle les mène à bien, et ne renonce à une atrocité que pour en commettre une plus grande. Le plus étonnant est que, pris individuellement, les hommes sont raisonnables et savent ce qui est juste, mais une fois rassemblés ils sont tous pris de folie et s’écartent spontanément de la ligne droite." RÉÉDITION / Peut-on défier les dieux ? D'apparence légère, à la verve étincelante et satirique dans la droite lignée de #Lucien, #Ésope ou #Aristophane, voici rééditée la traduction de #Momus ou le Prince, Fable politique par Claude Laurens, précédemment parue en 1993 dans la collection "Le corps fabuleux" aux Belles Lettres, ici augmentée des nouveaux apports de la recherche. L'universel #Alberti, architecte, peintre et penseur fondamental de la Renaissance, devancier de #Machiavel et d'#Érasme, y déploie l'exercice facétieux de rire avec et contre les dieux dans le même temps, en choisissant d'écrire une fable politique sur l'insupportable Momus, dieu du sarcasme et de la raillerie, dont les critiques virulentes et les mauvais tours joués aux autres dieux lui vaudront l'exil, l'émasculation et enfin le supplice éternel du rocher, tel #Prométhée. Si Momus en dérange tant dans l'Olympe, c'est qu'il est le premier immoraliste de la littérature moderne. Son crime est bien d'être un génie de la provocation qui démasque les faiblesses et les hypocrisies, bouscule les idées reçues, désacralise les puissances établies. Il pourrait bien arriver à convaincre les hommes qu'ils peuvent se passer des puissants. Il fallait le faire taire ? Nous le rééditons. Un extrait est disponible sur le blog des Belles Lettres. Le moine franciscain Richard de Mediavilla (c.1243-1308) est un penseur scolastique profondément original et de première importance, pionnier du grand tournant de la pensée qui apparaît chez Duns Scot et chez Ockham. Son œuvre philosophique et théologique a été influente jusqu'au XVIIe siècle. Nous achevons la série des publications de ses œuvres de la plus belle manière, avec ce dernier tome des Quodlibet faisant office de testament intellectuel du philosophe. Au total, six tomes des Questions disputées, et trois tomes des Quodlibet ont été publiés depuis 2012 et présentés en édition bilingue latin-français et critique, grâce au travail inlassable d'Alain Boureau. Découvrez cette passionnante série sur notre site internet, à l'entrée Richard de Mediavilla. Bonne lecture ! #Bibliothèquescolastique #Philosophiemédiévale #scolastique #Religionchrétienne #Théologie « Ne prenez pas le risque de ne pas lire Éric Briys. » Nassim N. Taleb. EN LIBRAIRIE. #BigData #Economienumérique #GAFA #Disruption #Ubérisation #Bibliothèques #Numérique #Digitalisation #StratégieDigitale #Monétisation #Destructioncréatrice #Antifragile #Facebook #Google #Amazon #Apple #Twitter #Données #Créolisation #winnertakesall #Transhumanisme EVENEMENT ! Nouvelle collection Bibliothèque de l'Orient Chrétien en librairie ce jour avec trois premiers titres ! Retrouvez la mission de la collection sur notre site à cette adresse http://www.lesbelleslettres.com/collections/biborientchretien/
N°1 : Saints-fondateurs du christianisme éthiopien. FRUMENTIUS, GARIMĀ, TAKLA-HĀYMĀNOT, ĒWOSTĀTĒWOS : les Vies de quatre saints fondateurs du christianisme et du monachisme éthiopiens qui furent en activité, pour les premiers, aux IVe et VIe siècles et, pour les seconds, au tournant du XIIIe et du XIVe siècle. / N°2 : Deux frères caucasiens de Prométhée, Amiran et Abrsk'il : traduction intégrale de deux épopées connues par tradition orale, celle du Géorgien Amiran et celle de l'Abkhaze Abrsk'il, dans le contexte du mythe caucasien des Titans enchaînés. / N°3 : Dialogue de Timothée et Aquila. Dispute entre un juif et un chrétien : un témoignage capital sur la façon dont les chrétiens se représentaient leur position par rapport au judaïsme dans les derniers temps de l'Empire romain. #BOC #Antiquitétardive #ChrétiensdOrient #Christianisme #Ethiopie #Géorgie #Abkhazie #Prométhée #Caucase #Judaïsme #Samedimage n°2 Polynice et Ériphyle. Nouveau rendez-vous hebdomadaire de la chouette, Samed’image vous offre un peu de beauté avec une illustration tirée d’une de nos publications. Aujourd’hui, voici la reproduction d’un péliké à figures rouges (qui servait à la conservation des denrées dans l’Antiquité) figurant Polynice et Ériphyle. Elle se trouve page 224 du recueil Du récit au rituel par la forme esthétique. Pragmatique culturelle des formes discursives et des images en Grèce ancienne sous la direction de Claude Calame et Pierre Ellinger (en librairie ce lundi)
Extrait du texte : "Ce sont les deux noms inscrits à hauteur des visages – Polynice et Ériphyle – qui nous permettent de comprendre que l’image se réfère au cycle des Sept contre Thèbes. Encore faut-il savoir le détail de cette histoire. Polynice est le frère d’Étéocle. Ils sont tous deux en conflit à propos de la souveraineté sur Thèbes. Étéocle refuse de passer la souveraineté à son frère ;ce dernier organise une expédition contre Thèbes avec les chefs argiens. Ériphyle est la sœur d’Adraste, roi d’Argos, l’épouse d’Amphiaraos. Ce dernier autrefois a tué Talaos, le père d’Adraste ; ils se sont réconciliés et le mariage d’Amphiaraos avec Ériphyle a scellé cette réconciliation. Amphiaraos s’est alors engagé à accepter que son épouse arbitre entre eux en cas de nouveau désaccord. Or Amphiaraos, qui est un devin, sait que l’expédition des Sept finira mal et refuse d’y aller quand Adraste le lui demande. Pour le contraindre, Polynice, qui connaît l’engagement d’Amphiaraos, se sert d’Ériphyle. Il la séduit en lui offrant un collier et elle oblige Amphiaraos à se joindre aux Sept. Le don fait par Polynice, on le voit, est la clé de cette histoire ; du reste le collier offert n’est pas un objet ordinaire, c’est le collier d’Harmonie, l’épouse de Cadmos, fondateur de Thèbes."
En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :