Peut-on avoir raison contre les faits ?

Leker

Extrait de Ça mérite une correction de Yoram Leker, paru aux Belles Lettres en mai 2016.

 

Peut-on avoir raison contre les faits ? (Baccalauréat métropole, Philosophie – Série S, 2011)

 

Lorsque mon grand-père, Igor, décrétait qu’il faisait chaud, aucun thermomètre au monde n’était susceptible de le contredire, eût-il affiché 0°C. Il ouvrait grand les fenêtres, avant de troquer son complet-veston contre un short en coton et un marcel. C’est dans cette tenue quasiment balnéaire qu’il sortait ensuite faire ses courses, en plein mois de novembre, à Francfort, sous le regard frileux des passants.

Qu’un thermomètre affiche 0°C, voilà qui relève indéniablement de la sphère factuelle. Pourtant, lorsque mon grand-père affirmait avoir chaud, ce n’était pas une simple opinion, croyez-moi. Il suait à grosses gouttes et pouvait parcourir des kilomètres en tongs, à la recherche d’un coin d’ombre ou d’un marchand de glace.

Alors qui avait raison ? Mon grand-père, d’avoir chaud ? Le thermomètre, d’afficher O°C ?

Ce qui est sûr c’est qu’en novembre à Francfort, les marchands de glace ont fermé boutique depuis belle lurette, c’est un fait. Ont-ils raison ? La question offre une perspective intéressante sur les aspects marketing et comptable de cette vaste problématique, sur lesquels nous ne nous attarderons pas, ils pourraient être jugés hors sujet. Pourtant, la maison Berthillon est ouverte l’hiver et fermée l’été, suggérant aux glaciers conventionnels une politique commerciale alternative, mais revenons-en au point de vue strictement philosophique.

Peut-on avoir raison contre les faits ?

Selon Nietzsche, « le fait s’impose massivement, sans raison. » Tout comme mon grand-père. Encore qu’il prétextait toujours une bonne raison, mais ce n’est pas le lieu ici de vider un contentieux familial.

Reprenons plutôt la métaphore météorologique, elle est irréfutable.

L’ouragan Igor, pour prendre un exemple neutre, fit 4 morts et 100 millions de dollars de dégâts à Terre-Neuve, en 2010. Il aurait pu frapper les Bermudes, ce sont même les terres vers lesquelles il se dirigeait avant de changer brutalement de direction et de passer en catégorie 5. Ajoutons à cela que Terre-Neuve n’est pas une région à cyclones, et nous nous trouvons typiquement devant un fait qui s’impose massivement, sans raison.

Un ouragan, il est vrai, est un fait massif, en soi. Aussi, avant toute conclusion hâtive, examinons, par précaution, un fait de plus petite dimension. La définition de l’auteur de Zarathoustra y conservera-t-elle sa pertinence ?

Mon neveu, Sacha, aime la glace, sans doute une prédisposition génétique. En rentrant du minigolf l’autre jour, sa boule vanille est tombée de son cornet qu’il tenait de travers, obéissant ainsi à la loi de Newton sur la gravité universelle. Sacha a pleuré, mais le fait que je veux mettre ici en exergue est la chute de sa boule vanille. Je ne sais si l’on pouvait se procurer un cornet de glace vanille avant Newton, n’ayant en tête ni la date de parution de sa théorie, ni celle de la confection des premières glaces cornet. Ce que je veux dire, c’est que même si mon neveu avait tenu son cornet de travers dans les salons de Cléopâtre, sa boule vanille aurait chu tout aussi irrémédiablement, conférant au fait (i.e. la chute de la boule vanille) une causalité prévalant sur la théorie (i.e. la loi de Newton, élaborée dix-neuf siècles plus tard). Et je fais ici le pari que si demain un savant fou parvenait à réfuter la théorie de Newton, il demeurerait prudent malgré tout de maintenir droit son cornet de glace.

Le fait a donc raison de la théorie, ce qui soulève une question fondamentale : qu’est-ce qu’avoir raison, au juste ?

Revenons à l’ouragan Igor et à ses quatre morts. Que savons-nous d’eux ? Peu de choses en réalité. Sans doute était-ce de braves gens, paix à leur âme. Mais imaginons (c’est une simple hypothèse) que nous ayons eu affaire à de dangereux criminels. Leur casier judiciaire nous eût-il pour autant permis d’affirmer que l’ouragan avait eu « raison » ? Certainement pas ! C’eût été lui prêter une intention dont il est incapable, si ce n’est dans l’esprit des rares fidèles qui croient encore en Neptune ou Poséidon.

Assurément, qu’il soit concordant, accompli ou même divers, le fait est dépourvu de volonté. pour parfaire la définition de Nietzsche, je dirais que le fait est apathique. C’est même là que réside sa force.

Comment avoir raison contre quelque chose qui, intrinsèquement, ne peut avoir tort ?

Voilà qui fait voler notre analyse en éclats.

Justement, dans son Journal en miettes, Ionesco écrivait : « La raison, c’est la folie du plus fort. La raison du moins fort, c’est de la folie. » La Fontaine ne disait pas autre chose avec son loup et son agneau.

La raison est donc une affaire de force. Quant aux faits, s’ils n’ont pas d’intention, ils ont malgré tout leur caractère, on le sait : ils sont têtus. Pourquoi ne pas s’engouffrer dans cette faille et en finir une fois pour toutes avec le mépris dans lequel ils nous tiennent ?

Être plus têtu que les faits, voilà sans doute le moyen d’avoir raison d’eux.

Tâchons de clarifier notre proposition.

La terre tourne autour du soleil. Ce simple énoncé emprunté à Copernic traduit un fait incontournable, massif, pour reprendre la terminologie nietzschéenne. Il lui aura néanmoins fallu accomplir des centaines de tours, soit des milliards de kilomètres (s’entêter, en quelque sorte) avant de triompher de la raison du plus fort, celle du Vatican en l’occurence. Car il existe un principe qui a raison contre tous les faits : c’est la raison d’État. Demandez donc au capitaine Dreyfus ou aux époux Rosenberg, ils en savent quelque chose.

Ma réponse sera donc claire :

Oui, on peut avoir raison contre les faits, à condition d’être haut placé.

 

Extrait des pages 13 à 17

Tagged with: , , , , ,
Publié dans L'inattendu
2 comments on “Peut-on avoir raison contre les faits ?
  1. gotharte dit :

    « La terre tourne autour du soleil. Ce simple énoncé emprunté à Copernic traduit un fait incontournable, massif, pour reprendre la terminologie nietzschéenne. Il lui aura néanmoins fallu accomplir des centaines de tours, soit des milliards de kilomètres (s’entêter, en quelque sorte) avant de triompher de la raison du plus fort, celle du Vatican en l’occurrence »
    Sans doute bon pour la philo mais zéro en histoire.
    Rémi Brague fait d’ailleurs un sort à ce cliché dans un récent livre d’entretiens.
    Le procès Galilée n’a pas été celui que l’on croit. Mais on peut toujours préférer le rêve à la réalité historique. Elle repousse malgré tout sa tête un jour ou l’autre grâce à des passionnés de vérité.

  2. Maeur dit :

    « Y en a marre, disent les mouches au dessus du candidat, c’est toujours nous qu’on morfle! « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly Une valise de Budés ! Signe extérieur de richesse intérieure, envoyé par Rafael Vila (LiquidsRoma sur Twitter). Merci !
#CUF #Budés #Humanisme #Languesanciennes #Antiquité #TeamLatin #TeamGrec

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :