Leonard Woolf, Ma Vie avec Virginia

Woolf.jpg

Extrait de la préface, par Micha Venaille, de Ma Vie avec Virginia de Leonard Woolf, paru aux Belles Lettres en mai 2016 dans la collection « Domaine étranger » :

Préface (extrait)

Le père de mon père était juif, écrit Leonard dans les premières pages de son autobiographie. Et mon père, Sydney Woolf, n’était pas un Juif très orthodoxe, mais son code de conduite lui venait du prophète Michée : « Ce que l’Éternel attend de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la clémence et que tu marches humblement avec ton Dieu. »

Justice et clémence. L’athée Leonard Woolf aura retenu deux mots de ce code éthique. C’est ce qui lui a permis de devenir un honnête homme hors du commun, inspirateur de la Société des Nations, pionnier de l’anticolonialisme, responsable influent du parti travailliste.

Mais le Leonard Woolf que nous allons découvrir ici est avant tout l’époux de Virginia Woolf, à qui il a consacré tant et tant de pages de son autobiographie. Deux phrases radicales de son neveu Cecil Woolf suffisent pour définir son rôle auprès d’elle : « On ne pourrait pas aujourd’hui parler de Virginia Woolf si Leonard n’avait pas existé. Car elle n’aurait pas vécu assez longtemps pour écrire ses chefs-d’œuvre. »

Leonard Woolf a passé des milliers de jours à entourer, écouter, aimer Virginia Woolf.

À admirer sa beauté, éthérée, et toujours superbe, mais douloureuse à observer dans les moments d’anxiété et de souffrance.

À respecter l’auteur de Mrs. DallowayLes Vagues et Vers le phare, ses trois livres préférés. Virginia est la seule personne que j’ai connue intimement et dont je peux dire qu’elle méritait l’appellation de génie. C’est un mot fort qui signifie que le fonctionnement de l’esprit de ces personnes est fondamentalement différent de celui des personnes ordinaires ou normales – et même des extraordinaires.

À créer avec elle la Hogarth Press, avec trois premiers livres imprimés sans argent sur une presse installée dans leur salle à manger – et pas ceux de n’importe qui : Virginia Woolf, Katherine Mansfield, T.S. Eliot. Suivront E.M. Forster, Rilke, Freud. Le couple se chargera de tout pendant des années, de la composition au plomb à l’expédition des livres, et ira jusqu’à apprendre le russe pour suivre la traduction de Souvenirs sur Tolstoï de Gorki.

À sourire avec elle, très souvent, avec les amis proches, ou sa sœur, Vanessa. Un peu moins dans les salons où la romancière, vulnérable, glanait toujours des mots et des gestes mais perdait, selon lui, des forces, comme celui de l’aristocrate Ottoline Morell, qui n’était pas sans avoir une certaine ressemblance avec les paons de son domaine, lorsqu’elle errait dans les maisons et sur ses terrasses, enveloppée d’étranges châles de soie qui brillaient et flottaient autour d’elle.

À soutenir la malade pendant les envahissantes heures sombres. Et cela, on le découvre dans ces pages – inédites, ce dont on peut s’étonner –, presque toujours dans une troublante solitude face aux neurologues tip top (le mot est de lui) de Harley Street. C’est peut-être prétentieux de ma part, mais je dirais qu’en fait ils ne savaient pratiquement rien. Ils n’avaient pas la moindre idée de la nature ou de la cause exacte du problème de Virginia qui la faisait perdre peu à peu le contact avec le monde réel pour passer de l’autre côté, ce qui la mettait en danger. Ne sachant pas comment et pourquoi cela lui arrivait, ils n’avaient donc aucun moyen de la soigner. Et ils se contentaient de dire qu’elle souffrait de neurasthénie. Pour eux, si on pouvait l’inciter – ou la forcer – à manger, à se reposer, et si on l’empêchait de se suicider, elle irait mieux. Difficile, pour ce rationaliste, élève du Trinity College de Cambridge sous le règne de l’hyperréalisme G.E. Moore, d’obéir à des prescriptions d’une décevante banalité. La fatigue la déséquilibrait. Mais lui conseiller, comme les médecins le faisaient, et comme je devais aussi le lui dire, de mener une vie paisible était absurde, tragi-comiquement absurde.

[…]

 

Extrait des pages 11 à 13.

 

>> Retrouvez tous les titres de la collection « Domaine étranger » dirigée par Jean-Claude Zylberstein

Tagged with: , , , , , , ,
Publié dans Classiques de la littérature moderne, XXe siècle
One comment on “Leonard Woolf, Ma Vie avec Virginia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :