Ovide, Les Remèdes à l’amour (extrait)

Ovide

Extrait du volume Ovide – De l’amour, comprenant Les AmoursL’Art d’aimer et Les Remèdes à l’amour dans leur texte latin original et dans une traduction nouvelle d’Oliviers Sers. Paru en mai 2016 : 

 

Les Remèdes à l’amour

Si donc elle a recours à ta jeune vigueur,

Quand vient la nuit promise à ta maîtresse,

Pour ne pas, trop dispos, t’éprendre à la voir jouir,

Je veux qu’avant, dans le corps de quelque autre,

Qui tu veux, tu aies pris un plaisir préalable :

Celui d’après sera plus paresseux.

[Qui se retient jouit mieux, l’hiver le soleil plaît,

L’ombre l’été, l’eau réjouit l’assoiffé.]

J’en rougis, mais voici : Choisis la position

Qui la fait voir sous son jour le plus laid.

Tu n’auras pas de mal, peu s’avouent leurs défauts,

Pour elles rien ne les désavantage.

Autre conseil, fais-lui grand ouvrir les fenêtres,

À la clarté du jour note ses tares,

Puis, dès que du plaisir tu atteindras la borne,

Quand, dégoûté, las de corps et d’esprit,

On voudrait ne jamais avoir touché de femmes

Et de longtemps pense n’en plus toucher,

Repasse en ton esprit tous ses défauts physiques,

Et tiens toujours tes yeux fixés sur eux.

Broutilles, dira-t-on, oui, mais, sans force seules,

Leur addition fait un puissant remède.

 

Extrait des pages 354 et 355.

Tout afficher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s