Le Bruissement des matins clairs d’André Senécal (extrait)

Senecal.jpg

Extrait de Le Bruissement des matins clairs d’André Sénécal, paru en avril 2016 aux Belles Lettres dans la collection « Traductologiques » :

Le bruissement des matins clairs

Bien difficile d’être heureux en traduction à moins d’aimer profondément son métier. l’idéal porté par le jeune traducteur en début de carrière, le caractère stimulant de l’exercice de sa profession, la satisfaction escomptée du résultat, les perspectives de progression sont de puissants éléments de motivation. Son attitude proactive joue pour beaucoup dans le maintien de cette motivation et de sa satisfaction au travail. Et la protection chez un traducteur est largement tributaire de sa curiosité intellectuelle, de son exploration de nouveaux territoires dans les continents de la langue, de la culture et des domaines de travail.

C’est ce à quoi je songeais en me rendant à pied au travail par un beau jour de printemps. Levé très tôt, comme d’habitude, je constate que la journée s’annonce magnifique. Une fois les ablutions matinales et un frugal petit déjeuner expédiés, j’attrape mon porte-documents et je quitte la maison. Le Bureau de la traduction est à un peu moins de quatre kilomètres de distance, que je parcours en une quarantaine de minutes. Une bonne occasion de faire de l’exercice.

Ce matin de juin, Gatineau s’éveille lentement, quelques rares voitures sillonnant les rues à la levée du jour. J’emprunte la promenade Lac-des-Fées, située dans l’extrémité sud du Parc de la Gatineau, bande de verdure qui semble tirer la langue à Ottawa, située de l’autre côté de la rivière des Outaouais, frontière naturelle entre le Québec et l’Ontario. Depuis les arbres qui bordent la promenade, j’entends le chant d’un cardinal, sifflement clair à tonalité montante terminé par plusieurs notes de ponctuation. L’air est frais, le soleil est radieux et le taux d’humidité s’annonce tolérable.

J’aime mon travail. Simplement, mais passionnément. Il me procure de grandes satisfactions. La satisfaction du travail bien fait malgré les écueils quotidiens de la vie de bureau, les délais trop serrés ou les surcharges de mandats. La conviction, après toutes ces années d’efforts, d’être parvenu à un niveau professionnel qui me permet d’aborder avec assurance les textes les plus difficiles. La chance de profiter des compétences de mes collègues dans une fructueuse synergie qui caractérise le travail d’équipe au sein du service. la fierté de tirer mon épingle du jeu à l’entière satisfaction de clients qui formulent des besoins particulièrement exigeants. La force intérieure instillée par la reconnaissance de mon métier comme profession régie par un ordre professionnel. L’enthousiasme suscité par le lancement de grands projets de traduction avec leur lot de responsabilités multiples qui mettent à profit ma polyvalence comme fournisseur de services linguistiques. Toutes ces joies discrètes, toutes ces noblesses procurent un bonheur tranquille plutôt qu’une satisfaction intense.

Comme tous les traducteurs de France et de Navarre, j’ai parfois vécu des découragements, buté sur des obstacles que je désespérais de surmonter, dû concilier des exigences que je jugeais incompatibles. Comme mes collègues, mais aussi comme tout le monde, peu importe l’occupation et le secteur de travail. En fait, l’entourage se charge de jeter sur notre chemin ces épreuves plus ou moins pénibles qui font partie de la vie. Par contre, j’ai découvert que pour peu qu’on l’ait librement choisie, la traduction ne déçoit jamais. Tous les traducteurs qui chérissent leur profession vous le confirmeront.

Chaque fois que je me rends au travail, j’ai le temps de me perdre dans mes pensées. Je réfléchis souvent à la journée qui commence. Chemin faisant, j’en profite aussi pour goûter le bruissement des matins clairs.

Je suis un traducteur.

 

Extrait des pages 147 à 149.

 

>> Retrouvez tous les titres de la collection « Traductologiques »

Tagged with: , ,
Publié dans L'inattendu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
#Repost @marievanmoere ・・・
"La guerre nucléaire inconnue sera sans fin. Aucun traité de paix ne pourra dissiper l'interminable poussière invisible et empoisonnée. La guerre de l'univers sera poursuivie par le vent."
LA GUERRE DE FACE
Martha Gellhorn (1908-1998)
Traduction Pierre Guglielmina
@lesbelleslettreseditions 
Recueil de reportages de guerres du XXème siècle (Espagne, Finlande, Chine, 2ème GM, Java, Vietnam, Six Jours, Amérique Centrale). #Repost @librairietropismes merci pour la mise en avant de notre #CollectionJapon serie Fiction !
・・・
Lisez de l'excellente Littérature japonaise @lesbelleslettreseditions #litterature #japon #roman #livre #book #conseildelecture #lire #bookaddict #bookstagram #instabook #Repost @rudy.nims ・・・
Mai 2015 // Les sens du poil (grec), Pierre Brulé.
#coverdesign #cover #black #orange #hairstyle #greekgod #godisahipster #hipster #lesbelleslettres #Repost @gorouben Mon #Kafka illustré dans la collection #EncreMarine NOUVEAUTÉ Flora, les fleurs dans l'Antiquité : recueil de textes antiques consacrés aux fleurs, cueillis et mis en bouquet par Delphine Lauritzen. Un entretien avec Alain Baraton, Jardinier en chef de #Versailles ouvre ce volume. Retrouvez-en un extrait sur le blog des Belles Lettres. #Botanique #Fleurs #Printemps #Jardins #Parcs #Nature #Poésie #Mythologie #Rose L'enfant à Rome ou en Grèce au temps de Périclès, lectures plaisantes et instructives de la collection Realia. En terrasse sous le laurier rose, dans votre lit, au travail, dans le train : où passez-vous ce lundi férié ? #Repost @jeromestavrog certains cherchent des œufs, d'autres la définition de l'âme ... bon week-end à tous !
・・・
WHY SO SERIOUS? Toutes les nouveautés de #Pâques sont en librairie ce jour (à faire défiler). Faites votre choix ! 🦉🌺🐰

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 165 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :