L’objet et son signe : extrait de « Le Pouvoir mis à la question » de Gianluca Briguglia

Pouvoir question.jpg

Extrait de l’introduction de Le Pouvoir mis à la question : théologiens et théorie politique à l’époque du conflit entre Boniface VIII et Philippe Le Bel de Gianluca Briguglia, paru en mars 2016 aux Belles Lettres dans la collection « Histoire ».

Traduit de l’italien par Marilène Raiola :

 

Peu avant 1280, Gilles de Rome achevait son De regimine principium, l’une des œuvres politiques les plus importantes et les plus célèbres du dernier quart du XIIIe siècle. Ce volumineux traité était dédié au jeune prince Philippe, dit le Bel, héritier du trône de France, lequel avait sans doute encore besoin d’un miroir politique, afin d’y contempler les qualités du souverain idéal et de s’en inspirer. Mais l’ouvrage de Gilles de Rome était bien plus que cela. Il s’agissait d’une étude approfondie des fondements de la communauté politique, d’une théorie générale du pouvoir, inspirée de l’Éthique et de la Politique d’Aristote, des textes réintroduits depuis peu dans le monde latin par les célèbres traductions de Guillaume de Moerbeke. Dans son traité, Gilles de Rome tenait compte également du travail des tout premiers commentateurs du corps politique d’Aristote, à commencer par Thomas d’Aquin, dont il avait suivi les cours, et Pierre d’Auvergne qui, quelques années plus tôt, avait été le premier à offrir un commentaire riche et argumenté de la Politique d’Aristote.

Dans cette œuvre, le lien étroit qui unit la réflexion théorique sur le pouvoir et la description de la façon dont un prix – ou n’importe quel dirigeant – devrait gouverner son peuple, sa famille, éduquer ses enfants, mais aussi se gouverner lui-même et prendre soin de lui, en d’autres termes, l’élaboration d’une solide anthropologie politique, assura son succès et sa diffusion dans toute l’Europe, sa traduction dans les diverses langues nationales et son influence durable.

Mais pour l’heure, ce qui nous intéresse ici, ce n’est au fond qu’un détail. Gilles de Rome aimait parler clair et, bien qu’il dédie son texte à un futur souverain, il ne manque pas de rappeler qu’il existe des rois qui ne sont tels que de nom et non quant à leur substance. Certains hommes sont dénués de « prudentia« , c’est-à-dire de cette vertu, essentiellement politique, qui nous permet d’orienter nos actions en vue du bien commun et de choisir les moyens nécessaires à la poursuite de cette fin politique. or s’il arrive que l’in de ces hommes accède à la royauté, il ne sera jamais roi « secundum rei veritatem« , bien qu’il le soit par « appellatione et nomine« . Le premier devoir d’un souverain sera donc d’avoir la substance d’un roi, c’est-à-dire la capacité de gouverner les autres et de les conduire vers leur juste fin. Tout comme l’archer qui ne parvient pas à voir correctement sa cible ne peut lancer sa flèche « in signum« , nous dit Gilles de Rome, empruntant cette image à Aristote et à Thomas d’Equin, un roi incapable de prudence ne pourra diriger ou conduire son peuple vers son signum, ou vers le but qu’il doit poursuivre. Aussi ne sera-t-il pas digne d’être roi.

En réalité, il ressemblera plutôt à ces jetons de plomb ou de bronze que, par convention, les marchands utilisent dans leurs calculs pour représenter une grosse somme, et dont la fonction se résume à indiquer ce chiffre, puisqu’ils n’ont aucune valeur intrinsèque. Ce qui ne vaut rien, ce qui n’est qu’un signe fictif, un instrument de comptabilité, sert à désigner une grosse somme, à l’instar d’un roi incapable de prudence qui « représente non un roi mais le signe d’un roi ».

En somme, Gilles de Rome met en garde le jeune Philippe contre le risque de se transformer en un vil métal ; or, curieusement, bien des années plus tard, au plus fort de la querelle qui l’opposera au pape Boniface, le souverain sera précisément accusé de faux-monnayage. Mais, ce qui est frappant ici ce n’est pas tant cet avertissement pour ainsi dire prémonitoire que la dialectique instaurée entre la substance de la dignité royale et son signe. Le signe qui reste passif peut perdre la référence à l’objet dont il est le signe, il peut désigner ce qui n’existe pas, tel le jeton de plomb dans les calculs commerciaux, dont la fonction est certes légitime mais qui doit se référer à une richesse réelle, autrement ce n’est que du plomb ; ou tel un roi privé de légitimité intrinsèque qui continue à gouverner. L’objet et son signe peuvent perdre leur lien de dépendance réciproque : nous risquons alors d’être induits en erreur, d’être exposés à des abus tant sur le plan sémantique que sur le plan politique. Si, dans ce cas spécifique, l’absence de la qualité qui sert à définir l’objet entraîne la disparition immédiate de la substance de la royauté – « le mot ‘roi’ dérive de regere gouverner droitement », rappellent tous les auteurs des traités politiques du Moyen-Âge à partir d’Isidore de Séville –, il convient de noter que le signe ne se réduit pas toujours à l’icône d’une présence ou à la trace d’une absence.

 

Extrait des pages 9 à 11

 

>> Retrouvez tous les titres de la collection « Histoire »

Tagged with: , , , , , , , , , ,
Publié dans Passerelles, Regards sur le Moyen Âge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly Une valise de Budés ! Signe extérieur de richesse intérieure, envoyé par Rafael Vila (LiquidsRoma sur Twitter). Merci !
#CUF #Budés #Humanisme #Languesanciennes #Antiquité #TeamLatin #TeamGrec

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :