John Stuart Mill, Sur le socialisme (extrait)

Mill socialisme.jpg

Extrait de l’introduction de Sur le socialisme par John Stuart Mill (Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque classique de la liberté », 2016). Traduit de l’anglais par Michel Lemosse :

 

Dans ce grand pays situé outre-Atlantique, qui n’est pas loin de constituer la nation la plus puissante du monde, et va sans conteste le devenir à court terme, le suffrage universel pour les hommes s’est imposé. Le même système électoral a été adopté en France depuis 1848, ainsi que dans la Confédération germanique, à l’exception de plusieurs États qui la composent, cependant. En Grande-Bretagne, le droit de vote n’a pas encore été élargi à ce point ; la dernière loi de réforme électorale, néanmoins, a fait entrer dans le cadre de la Constitution une proportion si nombreuse des populations salariées à la semaine que, dès l’instant où elles choisiront d’agir ensemble en tant que classe, et d’exercer en vue d’un objectif commun l’intégralité du pouvoir électoral que nos institutions leur accordent, elles disposeront, sinon d’une supériorité totale, du moins d’une influence considérable sur la législation. Or elles forment précisément la classe dont on dit, selon l’expression utilisée par les ordres supérieurs, qu’elle n’est liée par aucun intérêt à la société. En vérité, il va de soi que ce sont ces populations dont le sort dépend le plus de la société, dans la mesure où leur pain quotidien est fonction de la prospérité. Mais certes elles ne sont engagées (ou devrions-nous dire coupablement encouragées) par aucun intérêt qui leur fût spécifique à défendre la propriété telle qu’elle existe, et encore moins les inégalités inhérentes à cette notion. Dans la limite de l’étendue de leur application présente, ou peut-être à venir, les lois sur la propriété doivent, pour être défendues, s’appuyer sur des considérations de nature publique, sur une réflexion visant à évaluer leur capacité à servir l’intérêt général, et non pas sur des motivations à caractère purement individuel agitant les esprits de ceux qui exercent leur contrôle sur le gouvernement.

Il me semble que l’ampleur du changement évoqué n’a pas à ce jour été totalement prise en compte, ni par ceux qui se sont opposés à notre dernière réforme constitutionnelle, ni par ceux qui l’ont mise en œuvre. À dire vrai, les perceptions qu’ont les Anglais, dans la période récente, des tendances des changements politiques, manquent singulièrement de clairvoyance. Ils ont été les témoins de tant de transformations – qui simplement projetées sur l’avenir, autorisaient de grandes attentes, dans les deux sens, le positif et le négatif, alors qu’en réalité ce qu’il en est sorti a semblé ne pas être à la hauteur de ce qu’on avait prévu – qu’ils en sont venus à estimer, en quelque sorte, que par leur nature même, les changements politiques déçoivent les espoirs qu’ils suscitent ; et ils se sont mis à croire, de manière à demi inconsciente, que ces évolutions, si elles se produisent sans s’accompagner d’une révolution violente, restent en pratique sans effet marquant ou permanent sur le cours de l’histoire habituel du pays. Cette représentation, cependant, demeure tout à fait superficielle pour évoquer le passé comme l’avenir. Les diverses réformes décidées au cours des deux dernières générations ont été pour le moins aussi fructueuses qu’on l’avait prévu. Ces prédictions ont souvent été erronées quant à la rapidité des effets induits, et parfois même à la nature de ces effets. On s’amuse à évoquer les espoir déçus de ceux qui croyaient que l’émancipation des catholiques allait tranquilliser l’Irlande, ou lui faire accepter la domination britannique. À l’issue des dix premières années d’application de la loi de réforme électorale de 1832, rares ont été ceux qui ont continué de croire qu’elle allait venir à bout de toutes les difficultés concrètes majeures ou qu’elle ouvrait la voie au suffrage universel. Mais au terme de vingt-cinq ans de son existence, on perçoit l’ampleur de ses effets indirects, bien plus considérables que son impact direct. Les effets à court terme, en histoire, sont en général de peu de conséquence.

 

Extrait des pages 23 à 26.

 

>> Retrouvez tous les titres de la collection « Bibliothèque classique de la liberté »

Tagged with: , , , ,
Publié dans Époque moderne, Classiques de l'histoire des idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly Une valise de Budés ! Signe extérieur de richesse intérieure, envoyé par Rafael Vila (LiquidsRoma sur Twitter). Merci !
#CUF #Budés #Humanisme #Languesanciennes #Antiquité #TeamLatin #TeamGrec

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :