La Vie dans la tombe de Stratis Myrivilis (extrait)

Myrivilis.jpg

Extrait de La Vie dans la tombe de Stratis Myrivilis, paru aux éditions des Belles Lettres en mars 2016 dans la collection « Mémoires de Guerre ».

Traduction de Louis-Carle Bonnard et André Protopazzi, revue et complétée par Dominique Goust :

Les charognes

Voilà déjà trois semaines que nous sommes ici. notre vie se traîne, toujours la même. Une vie singulière mais qui ne change pas. Le travail, qui consiste à creuser la terre, ne se fait que la nuit. Toute la journée, il nous faut rester couchés dans la tranchée, ou nichés dans ses trous. Chacun de nous a creusé de son mieux, dans la paroi, une couche pour s’y caser lui et ses affaires. On ne nous apporte à manger qu’une fois toutes les vingt-quatre heures. La distribution se fait toujours à la tombée de la nuit. C’est copieux et toujours la même chose. Aussi n’est-ce plus guère appétissant. C’est de la très grosse viande aux pâtes ou au riz. Afin que la fumée ne nous trahisse pas, nos marmites sont installées, là-bas, au pied de la colline, à contre-pente, dans un ravin. On nous apporte de loin ce manger froid, pâteux, répugnant et plein de gravier. Je garde le pain et j’échange ma portion avec Mitréli, un poilu maigre et jaune, qui n’est jamais rassasié et n’arrive pas à engraisser d’une once. Tout ce qu’il mange va directement dans sa bosse, comme dans un ventre. C’est la seule partie de son corps que la nourriture arrondisse. En échange il me donne des cigarettes. Et ainsi je n’ai pas non plus à nettoyer ma gamelle, ce qui n’est pas une petite affaire. Il n’y a qu’une seule mince fontaine derrière la colline, et elle doit suffire à toutes les tranchées de notre secteur. Le linge de rechange a déjà été porté une première fois, puis une seconde. Le laver, on n’y pense même pas. L’eau est précieuse comme une essence de rose. Et pour arriver à remplir son bidon, il y a de vraies batailles, sans compter que, pour parvenir à la fontaine, le chemin est très dangereux, car la tranchée par endroits est si peu profonde qu’on se trouve à découvert. Depuis que nous sommes ici, nous aussi, l’on a placé une garde à la petite fontaine. C’est que les nôtres ne sont pas habitués à faire la queue spontanément, comme les Français, ils ne cherchent qu’à rompre l’alignement pour remplir leurs bidons les premiers. Ils donnent des coups avec des pierres, avec leur gourdes et les bâtons que nous avons tous ici pour assurer notre marche la nuit. Il y a même eu des coups de couteau. Un bonhomme de Ploumar a passé en conseil de guerre pour avoir enfoncé un couteau de poche dans la cuisse d’un gros Normand. Mais qu’est-ce qu’une gourde d’eau pour vingt-quatre heures ? Bien entendu le débarbouillage ainsi que tout nettoyage ont été supprimés depuis le premier jour que nous sommes ici. Simplement, au réveil, nous humectons du doigt nos yeux chassieux, avec un peu d’eau que nous avons prélevée dans la gorgée que nous n’avons pas encore avalée.

Au commencement j’avais cru que je m’habituerais finalement à la malpropreté. Mais plus les jours passent et plus j’en suis incommodé. Je sens la poussière sur mes cils, je l’enlève en passant mes ongles à travers mes sourcils et à travers les poils de ma barbe, qui ont poussé et qui piquent. En nous voyant ainsi poussiéreux, on dirait que nos cheveux ont subitement blanchi, à tous. C’est un véritable supplice dont je n’aurais jamais imaginé l’intensité. Entre mes cheveux je trouve des gravillons et de la terre. Tous les pores de la peau sont bouchés. Tout ce qu’on touche est couvert de poussière et au moindre contact du bout des doigts on éprouve un sentiment de répulsion. Ces derniers jours nous avons même commencé à rencontrer des poux. J’en ai trouvé un aujourd’hui sur mon pain. Le dégoût me pénètre jusqu’au tréfonds de mon être. Nous sommes tous devenus irascibles et méchants entre nous. Un simple bonjour à ton voisin peut déboucher sur une querelle. Nous gisons tout le jour telles des charognes sous un soleil implacable qui nous cuit à petit feu, sans protection, et fait naître des nuées de mouches. Comme si notre supplice lui procurait du plaisir, il tarde le plus possible à décliner. Quand il nous faut nous déplacer dans la tranchée, nous avançons à quatre pattes, comme des bêtes, la tranchée n’étant pas encore assez profonde, malgré toutes les nuits que nous passons à la creuser. C’est un sol pierreux qu’on ne peut pas travailler à la pelle. Ainsi, dès l’aube, étendons-nous bien bas les tentes au-dessus de nous et restons-nous allongés en troupeau dans leur ombre étouffante.

 

Extrait des pages 108 à 110.

 

>> Tous les titres de la collection « Mémoires de Guerre »

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Classiques de la littérature moderne, XXe siècle
0 comments on “La Vie dans la tombe de Stratis Myrivilis (extrait)
  1. […] Gellhorn, La Guerre de face H.G. Wells, La Guerre et l’avenir Stratis Myrivilis, La Vie dans la tombe. Le livre de la guerre Winston Churchill, La Guerre du fleuve. Un récit de la reconquête du […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :