Savoir et bonheur selon Pétrarque

Petrarque.jpg

Extrait de Pétrarque de Enrico Fenzi (collection « Belles Lettres/Essais », 2015).

« Rarement la connaissance d’une grande figure du passé n’aura été aussi bien mise en valeur » – Transfuge, décembre 2015.

Savoir et bonheur

Une conception typique du monde antique et définitivement sanctionnée par Aristote liait intimement connaissance et bonheur, selon le type de syllogisme suivant : s’il est vrai que l’essence de l’homme, à la différence de celle des autres créatures, est caractérisée par la possession de la rationalité, il sera nécessairement vrai que son bonheur dépend de la réalisation parfaite d’une telle nature. En ce sens, la connaissance non seulement est bonheur mais est aussi, en même temps, vertu en acte, du moment que les lois de la raison sont intrinsèquement vertueuses. Un tel schéma conceptuel avait été repris avec force par l’aristotélisme radical du XIIIe siècle, avec des conséquences périlleuses sur le plan éthique : seule l’activité spéculative, en effet, eût alors été digne de l’homme et elle seule aurait permis de le définir comme tel et lui aurait ouvert la porte de la vérité et du bonheur, lui permettant d’atteindre, dans cette vie et par les seules forces de sa raison, à la contemplation de la cause première. Les autres, les incultes, en descendant le long de l’échelle sociale, n’auraient été que des sous-hommes, des brutes, appelés hommes seulement par convention linguistique (equivoce), et donc exclus du monde des choix moraux.

Un ensemble de propositions de ce type, inacceptables pour l’Église, fut condamné de manière retentissante en 1277 par l’évêque de Paris, Étienne Tempier, mais elles allaient subsister pendant longtemps, pour beaucoup de raisons. Entre autres, le fait, qui semblait alors indiscutable, que l’exercice de la raison et la recherche de la connaissance constituaient le plus grand impératif éthique et le fondement le plus solide de tout bonheur proprement humain. Même Dante, sur la trace d’Albert le Grand, a été très influencé par ces positions et ne veut en aucun cas renoncer au principe selon lequel la connaissance est la seule vraie source de bonheur. Or, Pétrarque est le premier intellectuel à desserrer le lien vertu-connaissance-bonheur qui, d’Aristote aux stoïciens et enfin aux Modernes s’était constitué comme le coeur de toute éthique mondaine possible, identifiant directement l’activité intellectuelle avec l’essence la plus vraie de la vie morale. Lui en revanche a toujours présenté ses connaissances à la lumière de sa façon d’être personnelle : la connaissance, en somme, ne se mesure pas avec les catégories de l’intellect mais avec la vérité de la vie, et ne peut avoir de rapport avec le bonheur qu’en tant qu’événement de nature éthique. Dans le cas contraire, sous la forme objectivée par le savoir scientifique, elle ne procure aucun bonheur et n’a pas non plus de rapport avec l’exercice des vertus simples et fondamentales dont même les humbles – le paysan, le berger, la vieille femme qu’il évoque – sont certainement pourvus. Tout cela, il le fait, naturellement, au nom de saint Augustin qui, s’inspirant de la Bible (par exemple, Eccl. [Qoh.] 1, 18 : « Beaucoup de sagesse, beaucoup de chagrin ; plus de savoir, plus de douleur »), avait plusieurs fois souligné que la connaissance humaine ne fait qu’approfondir chez l’homme le sentiment de son insuffisance et le situe de plus en plus sur une terre où il est un étranger de passage : la connaissance est douleur, parce que celui qui connaît fait en elle l’expérience de ses limites et de son exil irrémédiable du bonheur, et parce qu’elle alimente la douleur infinie du désir frustré projetant l’homme dans la dimension d’une perte qui ne pourra être réparée en aucune manière ici-bas. Et toujours chez saint Augustin il reprend une autre maxime selon laquelle « nous voulons tous être heureux », bien différente, on le voit, de la maxime aristotélicienne et dantesque ; sa polémique, s’enfonçant comme un coin dans l’espace séparant les deux axiomes, les disjoint grâce à une vérité existentielle qui réussit à se poser comme modèle de toute vie à n’importe quelle époque, à l’intérieur ou à l’extérieur de la dimension de la foi.

Il met continuellement l’accent sur l’universelle vérité de ce fait d’expérience, et on ne voit personne d’autre que lui qui soit revenu avec une telle force à saint Augustin, en dehors d’hypothèques doctrinales précises et avec autant de pathos, pour dénoncer le fait que la connaissance est autre chose que le bonheur et peut même en être l’ennemie, s’il est vrai que sa perfection consiste à déclarer sa double défaite : matérielle, face à une masse de données inépuisable, incontrôlable et contradictoire, et morale, vu que sa façon d’aborder la vérité consiste à arriver à « la connaissance claire/Que ce qui plaît au monde est, sans durée, un songe« . Même en ce sens, donc, Pétrarque occupe un poste-clé car c’est bien lui qui barre la route à l’idéal classique de la recherche du bonheur et qui donne en exemple à la modernité un itinéraire intellectuel et existentiel comme le sien, caractérisé dans chacune de ses phrases par la scission entre savoir et bonheur, et où même l’ultime contenu de vérité du savoir n’est autre que la conscience toujours plus diverse et plus profonde de cette scission : ce qui constitue certainement l’une des plus importantes lignes de force du Chansonnier.

Extrait des pages 82 à 85.

 


Voir également :

Les oeuvres de Pétrarque aux Belles Lettres

Tagged with: , , , ,
Publié dans Renaissance, Sources
One comment on “Savoir et bonheur selon Pétrarque
  1. […] Extraits tirés du blog des Belles Lettres : https://lesbelleslettresblog.com/2015/12/18/savoir-et-bonheur-selon-petrarque/ […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly Une valise de Budés ! Signe extérieur de richesse intérieure, envoyé par Rafael Vila (LiquidsRoma sur Twitter). Merci !
#CUF #Budés #Humanisme #Languesanciennes #Antiquité #TeamLatin #TeamGrec

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :