Matthew T. Kapstein, Les Tibétains (extrait)

Les Tibetains

Extrait de Les Tibétains de Matthew T. Kapstein, traduit de l’anglais par Thierry Lamouroux, disponible depuis le 14 septembre 2015.

« Les ressemblances patentes dans l’architecture des villages et des forteresses au Tibet et au Moyen-Orient ne sont pas le fait du hasard. En réalité, elles sont à l’image d’un circuit – d’ouest en est – de transmission des connaissances en matière d’agriculture qui existait autrefois. Les villages agricoles se composent de maisons à toit plat, de deux ou trois étages, construites à partir de la pierre et du mortier, et toujours dotées de fenêtres aux dimensions réduites afin que la chaleur y soit conservée durant l’hiver. Au sein des communautés paysannes les plus fortunées, les demeures peuvent être particulièrement spacieuses et solides. L’introduction récente du verre manufacturé permet aujourd’hui que dans plusieurs régions, les fenêtres soient de dimensions supérieures à ce qu’elles étaient jusqu’alors. Ainsi la luminosité est-elle drainée vers l’intérieur, mais cela offre également des issues de sortie aux fumées émanant des âtres qui, et c’est souvent le cas, envahissent les habitations traditionnelles dépourvues de cheminée et en deviennent une source d’irritation pour les poumons comme pour les yeux. Typiquement, la pièce au rez-de-chaussée d’une maison tibétaine sert d’habitacle aux animaux d’élevage, pour qu’ainsi leur chaleur puisse quelque peu se transmettre aux personnes vivant au-dessus d’eux. Un toit en terrasse est utilisé à la fois comme lieu de séchage des grains et des combustibles (en général constitués de crottins), mais également d’agréable patio dès lors que les conditions climatiques s’y prêtent. Et à l’endroit le plus élevé de la maison, une place est dédiée à la communication avec les divinités locales, d’où le fait qu’il soit d’ordinaire dominé d’un sangtab, une sorte de fourneau servant à la crémation des offrandes d’encens, ainsi que par des bannières de prières et autres emblèmes de bon augure.

Bien que les populations vivant sur un mode purement nomade – celles dont les membres ne sont pas samadrok – jouissent parfois d’habitat en dur aux périodes hivernales, leur principal foyer est toujours la tente. Confectionnée en une laine tissée obtenue à partir du pelage noir de yaks, elle est arrimée au sol au moyen d’un entrelacs de cordages et de mâts, ce qui lui vaut cette apparence si singulière. Robert Ekvall, un missionnaire américain qui vécut parmi les nomades de l’Amdo entre les années 1920 et 1930, nous offre une description de l’intérieur d’un tel habitat :

Lorsqu’on en franchit le seuil par l’entrée de front aux abords du mât central, la place la plus éloignée du côté droit est réservée à l’autel. Les objets familiaux de plus grande valeur sont stockés tout le long. L’espace laissé libre à proximité de l’âtre est réservé aux hommes, et c’est aussi là que les convives sont reçus. Sur le côté gauche sont entreposés les ustensiles et accessoires de cuisine nécessaires à la fabrication du beurre et du fromage. Les femmes s’affairent ici à leurs tâches, s’asseyant près du feu pour y manger et boire. Dans le recoin avant sont entassés les combustibles.

Au cours d’une même année, les nomades tibétains lèvent leur campement et se déplacent avec leurs troupeaux, certes, à intervalles réguliers. Toutefois, contrairement à l’image largement répandue que l’Occident se fait du nomadisme, il faut garder à l’esprit que cela n’a rien d’un vagabondage désordonné. Des règles précises de droits territoriaux régissent les déplacements des nomades ainsi que leur usage des pâtures. Et toute intrusion d’un groupe sur la zone de pâturage d’un autre est susceptible de déclencher un conflit entre les deux. Parfois, des clans entiers migrèrent vers un nouveau territoire, et historiquement il a pu être constaté que de tels mouvements de population s’étaient en général produits du Tibet oriental vers le Tibet occidental. Quant aux raisons ayant amené à des migrations de cet ordre, il pouvait s’agir du surpâturage d’un territoire jusqu’alors occupé, d’une scission apparue au sein d’un groupe tribal ou encore d’une guerre avec le voisinage. Parmi les nomades, il s’en trouvait certains de très fortunés, et c’était le cas si une famille unique était propriétaire de plusieurs dizaines de milliers d’animaux. Mais cela n’avait absolument rien d’une règle et dans de nombreux endroits ils se retrouvaient à vivre dans le dénuement. En outre, même ceux qui jouissaient d’une bonne fortune pouvaient être rapidement ruinés, soit à cause d’une épidémie ayant affecté leur bétail, soit du fait de conditions climatiques extrêmement rigoureuses, soit à l’occasion de conflits avec leurs voisins. Le nomadisme a donc toujours été un mode de vie précaire. Afin d’ajouter aux revenus tirés de leurs propres troupeaux, il n’était donc pas rare que les nomades tibétains s’emploient également à la chasse et au piégeage, aux raids menés sur les caravanes ou les communautés sédentaires, ou à la mendicité dans les villes. »

Extrait des pages 46 à 49.

Tagged with: , ,
Publié dans Passerelles, Regards sur l'histoire contemporaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :