Ingrid Bergman à Cannes, 1973

22510100201260L

Marine Baron, Ingrid Bergman, Le feu sous la glace, Les Belles Lettres, 2015, 212 pages, 19 €

Aujourd’hui s’ouvre le 68e Festival de Cannes, en hommage cette année à Ingrid Bergman qui fut elle-même présidente du jury en 1973.

Marine Baron, dans sa récente biographie de l’actrice Ingrid Bergman, le feu sous la glace, nous relate cet épisode dans ce nouvel extrait :

Au micro de Jacqueline Alexandre, à Cannes, Ingrid Bergman apparaît à la télévision française, radieuse, le visage lisse, la voix grave et le regard mutin, s’exprimant dans un très bon français. Elle fait une présidente du jury particulièrement appréciée, captant l’attention du public et se prêtant aux questions des journalistes avec le sourire.
Durant cet entretien télévisé, elle ne cède pourtant pas à l’obséquiosité, comme toujours, et ses réponses données à la présentatrice qui l’interviewe, si elles ne révèlent pas la moindre pointe de méchanceté, sont d’une étonnante franchise. Deux fois, déjà, je suis venue ici, il y a douze ans et il y a vingt ans… Je me rappelle bien que c’était un enfer et que je me disais : jamais plus je ne veux aller au Festival. Elle sourit, très amusée. À l’époque, j’y étais seulement pour deux jours, et me voilà ici pour deux semaines. Je dois voir deux films par jour… C’est très intéressant et très fatigant… Mais la chose la plus fatigante de toutes, c’est de donner des interviews (1). Elle sourit de plus belle en percevant le trouble de son interlocutrice, mais se soumet de bonne grâce à la suite de l’entretien.
Il se dégage de sa personne, à cet instant, cet esprit de droiture et de liberté qui la caractérise. Elle ne s’embarrasse jamais des banalités de la courtoisie, des phrases toutes faites, des déclarations empruntées qui consistent à dire, lorsqu’on est une vedette étrangère, que l’on adore le pays dans lequel on se trouve et tout ce qu’on vient y faire. Ingrid n’est l’esclave de rien, de personne, et certainement pas de son image. Aussi peut-elle parfois sembler, de temps à autre, manquer de tact. Cependant, lorsqu’elle exprime de la sympathie et se montre chaleureuse, personne ne s’y trompe : c’est une vraie bonté qui ressort de son attitude.
À Cannes, bien qu’un peu fatiguée, elle s’efforce de remplir son rôle du mieux qu’elle peut, avec sérieux. Elle est de toutes les soirées, elle visionne les films avec la plus grande attention et tente de les juger de la manière la plus juste et la plus pragmatique.
Lorsqu’on lui demande quels sont les critères selon lesquels elle appréciera ou non un long-métrage, elle répondra qu’elle le fera tout simplement selon sa valeur, et ce mot est à comprendre de la manière la plus simple qui soit : Quand on sait que les gens doivent se déplacer pour aller au cinéma, parfois faire garder leurs enfants, il faut que cela en vaille la peine (2). Et l’idée de valeur est toujours liée pour elle à la quantité subjective d’émotion qui peut se dégager d’un film, qu’il soit comique ou dramatique.
C’est avec la même simplicité qu’elle échange ses premiers mots de vive voix avec le cinéaste Ingmar Bergman, de quelques années plus jeune qu’elle, et qui lui rappelle soudain son enfance suédoise. Le père d’Ingmar avait été pasteur non loin de chez la vieille tante pieuse d’Ingrid, Ellen.
Cette rencontre la rend quelque peu nostalgique, et d’autant plus impatiente de jouer dans un film de ce réalisateur que celui-ci lui avait écrit une lettre, quelques années plus tôt, lui disant son désir de travailler avec elle. (Pages 185-187)

(1) et (2) : Institut national de l’audiovisuel, Interview de Jacqueline Alexandre, 22 mai 1973.

Lire le début de l’ouvrage.

Marine Baron répond au Questionnaire de la Chouette.

Tagged with: , , ,
Publié dans L'inattendu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly Une valise de Budés ! Signe extérieur de richesse intérieure, envoyé par Rafael Vila (LiquidsRoma sur Twitter). Merci !
#CUF #Budés #Humanisme #Languesanciennes #Antiquité #TeamLatin #TeamGrec

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :