Tout Homère, le livre des livres

Paru fin 2019 en co-édition avec Albin Michel, cet ouvrage monumental regroupe pour la première fois tous les textes homériques, dans une nouvelle traduction primée de Pierre Judet de la Combe pour l’Iliade. Extraits.

La revue de presse de Tout Homère

Pourquoi Tout Homère ?

Homère, c’est un nom. Un nom qui rassemble à la fois l’esprit d’un peuple, son histoire, ses héros, en un mot son âme. Un nom qui sonne comme la date de naissance de notre Histoire.
Homère, c’est un monde. Celui des Grecs au début de leur civilisation, de leurs guerriers méprisant la mort, de leurs marchands subtils et explorateurs aventureux et de leurs dieux cruels et sublimes.
Homère, c’est un art. Celui de l’aède, père de la poésie, qui imagine l’au-delà de vieux récits.
Homère et ses disciples ont eu pour écouter leurs chants toute l’Hellade, puis tous les hommes de la Terre.
Alors pourquoi lire encore celui que tout le monde, partout, a lu, au moins un peu ? Parce qu’Homère, c’est l’Iliade et l’Odyssée. Et que ces sommets de la poésie exigent des traducteurs d’exception pour les affronter. Ici, nous donnons la traduction nouvelle et magistrale de Pierre Judet de La Combe pour l’Iliade et celle flamboyante de Victor Bérard qui fait autorité pour l’Odyssée.
Parce qu’Homère, ce sont aussi les Hymnes, les scholies, les écrits apocryphes, les Fragments et légendes du Cycle troyen et enfin les Vies. Ces textes, en grande partie inédits en traduction, sont en intégralité dans ce volume. Ils sont le fruit du travail des meilleurs hellénistes européens et sont accompagnés des introductions et notes nécessaires.
Parce que, jusqu’à présent, il n’était pas possible de lire TOUT Homère.
C’est chose faite, pour la première fois au monde et pour TOUS.

Caroline Noirot, Présidente du directoire des Belles Lettres

Prix Bordin 2020

Pierre Judet de la Combe est lauréat du Prix Bordin 2020 de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour sa nouvelle traduction de l‘Iliade. Voir toutes ses traductions aux Belles Lettres >


Le moment Homère, par Hélène Monsacré

Extrait de l’introduction générale de l’ouvrage.

Comme Pénélope, il faut ruser pour échapper au sentiment de familiarité, et se laisser porter par le souffle de cet imaginaire ancien qui ne se présente pas à nous de manière linéaire : emprunter les détours, souvent désordonnés et contradictoires, qui offrent un début et une fin à l’Iliade. Car sous l’étiquette commode de poésie d’Homère réside en réalité un vaste ensemble de textes, de légendes, de morceaux épars qui, écrits avec le vers épique, l’hexamètre dactylique, évoquent un monde de héros, un monde révolu, celui des temps de l’effondrement de la civilisation mycénienne, autour de 1200 avant notre ère, celui de la guerre de Troie.
Les causes de cette guerre entre Grecs et Troyens, la description de la mort d’Achille, le héros central du poème, nous les apprenons d’autres récits épiques, plus ou moins contemporains d’Homère : ceux du Cycle troyen, dont seuls quelques morceaux nous sont parvenus. Ces légendes de la geste troyenne, qui racontaient certains épisodes absents d’Homère, étaient connues dès la plus haute Antiquité et participaient de la même tradition : le combat d’Achille avec Penthésilée, la reine des Amazones, alliée des Troyens, l’exécution brutale de Priam, le vieux roi de Troie, par Néoptolème, le fils d’Achille, le retour des Grecs dans leur patrie, etc.
Rassemblée pour la première fois en un seul volume, à côté du texte d’Homère, cette collection de légendes offre à l’amateur de littérature ancienne, mais aussi, et surtout, à un public plus large que celui des spécialistes un ensemble qu’il n’a jamais approché dans son entier….

Lire la suite :

Iliade, introduction, traduction et notes de Pierre Judet de La Combe

Extrait de l’introduction :

L’Iliade est un océan de mots, une houle gigantesque de près de 16 000 vers qui arrache à son passé lointain et porte en elle l’événement que toute société grecque ancienne considérait comme fondateur : la guerre effrayante des Achéens et des Troyens. Ce flot charrie, transforme d’innombrables poèmes plus anciens ; il ne cesse de changer de cours, de refluer, de surprendre, d’alterner presque à l’infini les victoires et les défaites de deux adversaires déchaînés dans une guerre quasi mondiale. Le déferlement emporte tout ce qui dans le monde pouvait offrir un refuge ou une forme stable, un espoir. L’univers bien réglé des dieux de l’Olympe se disloque dans une histoire qui attise les haines et fait pleurer les dieux ; les héros ne sont plus eux-mêmes, pris dans des sentiments, des douleurs ou des illusions extrêmes, jusqu’au jour où ils disparaissent ; la ville magnifique de Troie, sorte d’âge d’or humain où se déploient richesses, fécondité et plaisirs, est vouée à sa perte, tandis qu’avant leur victoire finale les Grecs doivent subir massacre sur massacre.

Odyssée, introduction d’Eva Cantarella, traduction de Victor Bérard, notes de Silvia Milanezi 

Extrait de l’introduction :

Au travers des aventures d’Ulysse, que ce soit dans l’univers merveilleux et terrifiant des voyages ou dans la réalité d’Ithaque, un autre monde se profile, un monde où l’individu commence lentement à croire à la possibilité de se diriger lui-même ou, tout au moins a l’intuition de cette possibilité. Ce qui ne veut pas dire, naturellement, qu’il ne croit plus à la puissance divine : il sait qu’il est difficile de se soustraire à la volonté des dieux ; que, s’il le fait, il encourra le courroux de la divinité offensée et sera puni. Il a cependant le sentiment de pouvoir choisir sa voie, s’il le veut. Et, à ce stade, il a une intuition nouvelle : quand il s’égare, ce n’est pas toujours sous l’effet d’une volonté divine. Il y a aussi l’erreur humaine, l’erreur dont les causes résident dans l’incapacité, l’insuffisance et la faillibilité de l’homme. Et cet homme, c’est Ulysse.

Ce volume contient également :

Hymnes homériques, introduction de Christine Hunzinger, traduction de Jean Humbert, notes de Silvia Milanezi

Scholies et commentaire à l’Iliade, par Michel Casevitz 

Divertissements homériques 
Margitès – traduction et notes de Pierre Judet de La Combe 
Les Cercopes – traduction et notes de Xavier Gheerbrant 
Les Grives – traduction et notes de Xavier Gheerbrant 
La Bataille de la belette et des souris – traduction et notes de Xavier Gheerbrant 
La Batrachomyomachie ou la Guerre des grenouilles contre les rats – introduction, traduction et notes d’Adrian Faure 

Fragments 
Introduction aux fragments du Cycle troyen, par Eva Cantarella 
Fragments – traduction de Christine Hunzinger, présentation de Silvia Milanezi et Hélène Monsacré 

Chrestomathie de Proclos – traduction d’Albert Severyns 

Posthomerica, par Giulio Guidorizzi

Autres cycles légendaires 

Introduction aux Vies d’Homère, par Gérard Lambin 
Les Vies d’Homère – traduction et présentation de Gérard Lambin 

Postface – Homère, la poésie au carré, par Heinz Wismann 
Lexique, par Manon Brouillet 
Remerciements 
Index – Iliade
Index – Odyssée
Index – Hymnes homériques
Table des auteurs

Se procurer l’ouvrage

TOUT HOMERE

Une co-édition Albin Michel / Les Belles Lettres

Paru en novembre 2019.

16 x 23 cm – 1296 pages – EAN13 : 9782226439789

35 € – À nouveau disponible à la vente en librairie et en ligne, dès le 11 mai 2020.

Homère, c’est aussi :

Tout afficher