ABC de la rumeur, de F. Reumaux : un classique de la sociologie réédité. Extrait

couvc-reumaux-rumeur-1re

Ne savons-nous pas depuis longtemps que l’humanité ne posséderait que la rumeur du monde ? (page 187)

La présente édition

La première partie de cet ouvrage, devenue un classique pour qui s’intéresse au phénomène de la rumeur, est parue aux éditions Armand Colin en 1998, sous le titre La Rumeur. Message et Transmission. À ce texte, la présente édition adjoint un abécédaire qui accompagne l’analyse, en deuxième partie de volume. On y trouvera, d’Actualité à Zorro, en passant par Cliniques de rumeurs ou encore Inexistence sociale, les plus reconnaissables points d’ancrage susceptibles de faire apparaître sur le fond du bouche-à-oreille, les figures porteuses de sens, autrement dit les modèles possibles de la rumeur. Une bibliographie et un insolite index des rumeurs citées clôturent cet ouvrage de référence en librairie le 13 février.

Françoise Reumaux

Françoise Reumaux, professeur émérite en sociologie de la connaissance à l’Université de Poitiers, a publié une théorie des rumeurs Toute la ville en parle (1994) et dirigé des recherches pluridisciplinaires sur le thème : Les Oies du Capitole ou les raisons de la rumeur (1999) et Passeports pour le Vrai/ le Faux (2005).

rumeur-insta

Incipit

 » L’objet rumeur est difficile à cerner. On peut le renvoyer à une entité physique, foule, public, groupe ou assemblée, qui elle-même renvoie à des expressions d’autant moins claires qu’elles sont plus audibles, bruit, vacarme, clameur, ce que n’ont pas manqué de souligner les anciens usages du terme ainsi qu’en témoignent les encyclopédies, les dictionnaires, où la rumeur n’apparaît pas encore comme l’éclaireur de l’opinion publique. En avançant dans le temps, on peut associer la rumeur à la parole humaine. Elle est alors porteuse de nouvelles dont l’extravagance n’étonne pas comme si celle-ci était légitimée par les situations extrêmes où les ont trouvées les premiers théoriciens du phénomène.

Un historien attentif, qui s’intéresserait à la rumeur, ne s’étonnerait pas de trouver déroulées, au fil des temps, toutes les conceptions historiquement déterminées de l’expression populaire élaborée par bouche-à-oreille. Ces prémisses soulignent que la question de la méthode est primordiale. » Suite page 10.

Centres de Contrôle des Rumeurs et Cliniques de Rumeurs

« Des références intéressantes – Ponting 1973, Rosnow et Fine 1976 – expliquent comment a émergé l’idée de mettre en place des «  Centres de Contrôle des Rumeurs  » (CCR) aux États- Unis et comment ont été menées ces opérations de contrôle du bouche-à-oreille auprès de la population civile à une époque où sévissaient de nombreuses émeutes dans les années 1960 et 1970. Plus anciennement, aux états-Unis encore, au cours de la Seconde Guerre mondiale, des «  Cliniques de Rumeurs  » avaient été mises en place sous l’égide de chercheurs, psychologues sociaux, dont R. Knapp (1944) et G. Allport-L. Postman (1947, p. 233 sq). Ces chercheurs étaient chargés par le gouvernement de calmer, orienter et informer la population des raisons personnelles et émotionnelles de leur participation aux rumeurs. Il s’agissait de les aider à reconnaître la part subjective et souvent fantasmée de leur crédulité. L’absence de règles explicites concernant le phénomène de la rumeur équivaut à un vide juridique. Il faut alors l’interroger à la lumière des systèmes symboliques qu’il met en place. Pourtant, au cours de la Seconde Guerre mondiale, le fait remarquable est que le phénomène est intégré à l’univers normatif et l’appellation «  Cliniques de Rumeurs  » souligne bien le caractère transgressif qui est reconnu à la rumeur. En période de guerre, il s’agit surtout de prévenir l’influence néfaste de ces «  bruits  » pour la sécurité du pays et celle de la population. Le fait intéressant est que ce soit le biais de l’élément pathogène des émetteurs/récepteurs qui ait été mis en exergue. « (page 203)

  • 304 pages
  • Livre broché
  • 15 x 21.5 cm
  • Hors collection
  • Parution : 13/02/2017
  • 9782251446394
  • Ajouter au Memento

Vous pourriez également apprécier :

 

 

 

Tout afficher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s