La confiance, extrait de Qu’est-ce que le conservatisme ? de Jean-Philippe Vincent

Dans Qu’est-ce que le conservatisme, histoire intellectuelle d’une idée politique, Jean-Philippe Vincent, au terme de douze ans d’élaboration, soumet une synthèse bénéfique pour qui aime les mots justes, qu’il nomme, d’après Umberto Eco, une « patiente récapitulation ». C’est qu’il en fallait de la patience pour s’atteler à réaffirmer les valeurs et les canons d’une doctrine mal aimée, confondue avec la réaction, le traditionalisme ou encore l’immobilisme, et bien souvent évoquée comme une honte, voire une injure. Accessible, truffée de références et d’une lecture aisée et rapide, cette histoire, dans le contexte médiatique actuel qui emploie le mot incessamment, est essentielle pour (se) comprendre.

Pourquoi cette méfiance envers le conservatisme, qu’est-ce que le conservatisme n’est pas, d’où vient-il, qui sont les fameux chefs de file de ce style de pensée (parmi lesquels l’incompris Soljenitsyne) et que peut-il devenir aujourd’hui ? Autant de questions auxquelles l’auteur répond avec élégance et foi en l’intelligence de ses lecteurs. On y apprendra qu’avant d’en graver ses préceptes dans le marbre, le conservatisme se vit. Finalement, plus qu’un programme politique, Jean-Philippe Vincent, par ailleurs bienveillant pédagogue, démontre qu’il est une attitude qui puise aux sources du bon sens et du commun, et que l’on incarne ou non face à l’existence. Nous nous proposons de vous en offrir un extrait tiré du chapitre « Économie ».

La confiance

Extrait des pages 193 à 198

«

Aujourd’hui, il n’existe pas en économie de question plus importante que celle de la confiance. D’où vient la confiance ? Comment et pourquoi apparaît-elle ? Pourquoi disparaît-elle soudain ? À quelles conditions peut-elle à nouveau se manifester ? Quelles sont les mesures d’économie politique susceptibles de la faire resurgir ? Ce sont là des questions que tout le monde se pose, mais les réponses ne sont pas légion.

Au niveau individuel pourtant, chacun comprend ce qu’est la confiance : elle naît de l’estime mutuelle engendrée par une longue suite de paroles données et d’engagements respectés de part et d’autre. Au niveau de la société et de l’économie dans son ensemble, les choses sont un peu plus complexes : les intervenants sont multiples et l’incertitude peut être très forte. À ce stade, la confiance facilite l’échange, les échanges, car elle permet de faire l’économie de coûts d’information et de transaction. Dans un contexte marqué par une forte incertitude, les intervenants sur le marché cherchent à réduire leurs risques en accumulant de l’information et en se couvrant par toutes les clauses contractuelles possibles. Le problème est que la recherche de l’information et de la sécurité contractuelle est très loin d’être gratuite. Ces coûts d’information et de transaction peuvent même, dans certaines circonstances, devenir prohibitifs, ce qui freine les échanges, ralentit l’activité et occasionne des pertes de bien-être. La confiance, lorsqu’elle existe, peut donc être définie comme un actif incorporel qui facilite les échanges en offrant un mode de résolution non conflictuel des différends qui peuvent survenir sur le marché à l’occasion des transactions. Plus les agents ont confiance, moins les coûts de transaction sont élevés. Par conséquent, les échanges sont à la fois plus nombreux et plus profitables.

La confiance joue un rôle essentiel dans l’économie politique du conservatisme. Tout le monde connaît la fameuse main invisible d’Adam Smith qui, dans un système d’économie libre, permet de réconcilier les intérêts particuliers avec l’intérêt général et d’arriver à une situation d’optimalité : « Comme chaque individu s’efforce dans la mesure du possible à la fois d’employer son capital à soutenir l’industrie domestique, et de diriger cette industrie de façon à ce que son produit puisse être de la plus grande valeur, chaque individu travaille donc forcément à rendre le revenu annuel de la société aussi grand que possible. Certes, il n’entre généralement pas dans son intention de faire avancer l’intérêt public, et il ne sait pas non plus de combien il le fait avancer. En préférant soutenir l’activité domestique que l’activité étrangère, il ne vise que sa propre sécurité ; et, en dirigeant cette industrie de façon que son produit puisse être de la plus grande valeur, il ne vise que son propre gain. Et il est en ce cas, comme en bien d’autres, conduit par une main invisible pour faire avancer une fin qui ne faisait point partie de son intention. Et ce n’est pas toujours le pire pour la société qu’elle n’en fit point partie. En poursuivant son propre intérêt il fait souvent avancer celui de la société plus efficacement que s’il y visait vraiment. » [Adam Smith : Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776)]

Mais pour les conservateurs, il existe une seconde main invisible qui conditionne étroitement l’efficacité de la première : c’est la confiance. Si cette dernière n’est pas au rendez- vous, comme c’est le cas actuellement, et si s’installe un climat de méfiance, voire de défiance, la main invisible d’Adam Smith aura beau être opérante, les résultats économiques et sociaux seront faibles, voire nuls. Cette intuition conservatrice, savoir : le rôle essentiel de la confiance en économie ne vient pas de nulle part. C’est un héritage de la pensée grecque et latine.

La confiance – la fides – était en effet un élément clé du fonctionnement de la société romaine. Il faut lire, à ce sujet, le chapitre que Jacques Hellegouarc’h consacre à la fides dans son livre sur Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République [Les Belles Lettres, 1963]. La fides – dont le sens premier et le plus commun est : confiance, loyauté – est une vertu morale. Mais c’est aussi une vertu sociale et c’est en tant que telle qu’elle a profondément structuré la vie sociale, politique et économique du monde romain. Il n’est pas usurpé de dire que la fides est, avec l’auctoritas (cf. chapitre I), l’élément clé autour duquel s’est structuré le monde romain. Ce rôle capital de la confiance est d’ailleurs confirmé par le fait que la Fides est une déesse (et pas la moins importante) du panthéon romain. Elle a son temple sur le Forum romain, en très bonne place sur le Capitole, au cœur de l’espace le plus sacré de la Rome antique. Le rôle social de la confiance est au moins double : il s’agit à la fois d’inspirer confiance et de la recevoir, de la susciter et de l’exprimer. C’est dans le cadre des rapports entre le patronus (le patron ou, plus exactement, le parrain) et le cliens (le client) que la confiance trouve sans doute son expression sociale et politique la plus achevée et la plus originale. Mais la fides a également une dimension économique. Alain Peyrefitte avait fort bien relevé celle- ci : « Le dynamisme de l’économie repose sur le pari qu’est le crédit financier ; lui- même dépend du crédit moral ; le pari du prêteur suppose, chez l’emprunteur, la fiabilité. Le crédit, c’est la confiance méritée et donnée. La confiance qui vous est faite vous mobilise. Encore faut- il vous en montrer digne. » [Le Mal français, Plon, 1976] Comme l’écrit fort justement Gérard Freyburger : « Le “crédit” des individus et des groupes est donc à Rome fortement tributaire de la morale : il est la sanction, l’appréciation par les autres, d’un comportement général. La richesse de la notion de fides provient en bonne partie de ce double registre, moral et social. La “loyauté” qu’elle exprime n’est pas une règle de conduite relevant de la pure spiritualité. Le souci de son “crédit” est ce qui, tout d’abord, pousse le Romain à être loyal, et le dissuade d’être déloyal. » [Fides – Étude sémantique et religieuse depuis les origines jusqu’à l’époque augustéenne, Les Belles Lettres, 2009]

Pour un Romain, comme pour le contemporain, une des questions essentielles est : comment inspirer confiance ? Un des sens de fides est loyauté. La loyauté se gagne par une suite de paroles données et tenues, lesquelles suscitent la confiance et le crédit. Le sens de fides se déplace, dans les relations économiques, vers celui d’honnêteté. Pour reprendre les mots de Jacques Hellegouarc’h : « Fides désigne aussi la confiance qu’inspire l’homme qui s’est distingué par cette honnêteté, le “crédit” dont il jouit. Cette dernière valeur trouve particulièrement son application lorsque le terme se trouve employé à propos d’un témoin ; il signifie alors le degré de valeur, le “crédit” que l’on peut accorder à son témoignage et il a un sens assez analogue à celui du mot auctoritas auquel il est fréquemment associé. » [opus cité] Cette liaison entre fides et auctoritas dans le domaine économique et social est très significative, car ces deux concepts (confiance et autorité) sont au cœur du système conservateur. Pour créer la confiance, il faut donc tenir sa parole, être à la fois loyal et honnête. Mais la création de confiance peut aussi nécessiter un premier geste de confiance : en donnant unilatéralement sa confiance, il est possible de la susciter. Tite- Live a donné un exemple politique de cette stratégie au livre XXII de son Histoire de Rome. Le chef espagnol Abelux propose au chef carthaginois Hannibal de renvoyer les otages ibères qu’il détient afin de gagner leur fidélité par ce geste généreux : un geste de confiance crée le plus souvent une habitude de confiance.

Dans le monde contemporain, la question de l’institution de la confiance se pose en termes un peu différents, mais les parentés demeurent fortes. Les choses sont un peu différentes au sens où la société politique ne crée plus (ou pas au même degré) les liens d’amitié et d’autorité qui permettraient à la confiance de s’épanouir plus largement. Mais les stratégies de construction de la confiance demeurent très semblables et ce sont elles qui inspirent l’économie politique conservatrice. Nous mesurons aujourd’hui, de mieux en mieux, la confiance des agents économiques. La confiance des consommateurs et celle des investisseurs sont désormais très bien mesurées par des indices, régulièrement mis à jour, comme l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan, par exemple, ou tous les indices similaires calculés par l’INSEE. Quant à la confiance que l’on peut avoir dans les autorités publiques (leur crédit), on la mesure en observant les spreads de taux sur les titres de dette publique des différents États. En revanche, l’alchimie de la création de confiance, quoique mieux appréhendée depuis une quarantaine d’années par les théoriciens des anticipations rationnelles, est assez largement mystérieuse. […]

»

Dernier titre paru dans la même collection Penseurs de la liberté

prixbl

Vous pourriez également apprécier de lire, publiés aux Belles Lettres

22510100798230l

Cicéron (106-43), Les Devoirs (édition de poche, bilingue)

Véritable classique de la philosophie antique, le traité Les Devoirs explore les conditions d’une vie fondée sur l’honnête (la moralité), qui est en même temps l’utile, pour permettre à l’homme de s’accomplir et comme individu et comme membre de la société. En savoir plus >>

22510100621870l

Bertrand de Jouvenel (1903-1987), Éthique de la redistribution 

Porteur d’une réflexion aussi corrosive que prémonitoire à forte résonance actuelle, ce texte fait de la redistribution des revenus par l’État une nouvelle expansion de son omnipotence. En savoir plus >>

22510100152380l

Michael Oakeshott (1901 – 1990), Morale et politique dans l’Europe moderne

Dans Morale et politique dans l’Europe moderne (1958), Michael Oakeshott, non-conformiste viscéral, soutient la thèse originale et décapante que l’histoire de la pensée politique occidentale se caractérise essentiellement par le développement et l’antagonisme de deux théories: l’individualisme (l’association civile d’individus autonomes avec le moins de gouvernement possible), qui a sa nette préférence, et le collectivisme (sous les deux visages « productiviste » et « distributif ») – l’un et l’autre sous-tendus par des positions morales premières. En savoir plus >>

22510100977520l

Alexandre Soljenitsyne (1918 – 2008), Le déclin du courage

Dans un discours resté mémorable, le prix Nobel de littérature (1970) condamne les deux systèmes économiques – le communisme et le capitalisme, et dénonce surtout la chute spirituelle de la civilisation. En savoir plus >>

 

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Classiques de l'histoire des idées, XXe siècle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 139 autres abonnés

En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ #ÉRUDITION Rome et le monde grec, choix d'écrits de Jean-Louis Ferrary, édités avec Anna Heller et Denis Rousset. Jean-Louis Ferrary, membre de l'Institut, directeur d’études émérite à l’École Pratique des Hautes Études, et directeur de la série latine de la #CUF Collection des Universités de France aux Belles Lettres est un spécialiste des rapports entre Rome et le monde grec, et de l’évolution des cités grecques sous la domination romaine. Ses vingt-six études regroupées ici ont été mises à jour, et enrichies d’importants compléments (sur les traités entre Rome et les cités grecques, sur l’autonomie juridictionnelle des cités libres et ses limites, etc.), en sorte qu’elles constituent une véritable somme.
#Rome #Grèce #Histoireancienne #Antiquité #citésgrecques #Démocratie #AsieMineure #Hellénisme #Budés #LesBellesLettres #SAMEDIMAGE n°3 Amiran lutte contre les monstres, page 150 du livre Deux frères caucasiens de Prométhée, paru dans la nouvelle collection #BOC (Bibliothèque de l'Orient chrétien).
Sur le blog des Belles Lettres, retrouvez un extrait de ce texte singulier, sans doute à l'origine du mythe grec de #Prométhée. #Mythologie #Caucase #Géorgie #Amiran #Paganisme #Christianisme #VENDREDIXIT n°3 : Hercule a peur de la foule.
(Extrait de Momus, d'Alberti, pages 246-247).
Extrait complet :
"Hercule avait jeté à terre, soumis, anéanti les monstres les plus énormes et les plus cruels de la terre mais n’avait jamais réussi à contenir l’élan et l’audace d’une foule animée par un même sentiment : la multitude est facile à ébranler, inconstante dans ses avis, soumise à ses caprices et ses passions ; elle se laisse facilement entraîner à n’importe quelle action, sans se demander si ce qu’exige le consensus populaire est juste ou non ; si, échappant à tout contrôle et tout frein, elle s’emporte et se précipite, ni les avertissements et les arguments des sages ni l’autorité de guides éclairés ne peuvent la rappeler, la retenir et la contenir ; une multitude furieuse ne sait pas résister à son caprice, elle ne se soucie pas de savoir si ses entreprises sont indignes et criminelles ou non, pourvu qu’elle les mène à bien, et ne renonce à une atrocité que pour en commettre une plus grande. Le plus étonnant est que, pris individuellement, les hommes sont raisonnables et savent ce qui est juste, mais une fois rassemblés ils sont tous pris de folie et s’écartent spontanément de la ligne droite." RÉÉDITION / Peut-on défier les dieux ? D'apparence légère, à la verve étincelante et satirique dans la droite lignée de #Lucien, #Ésope ou #Aristophane, voici rééditée la traduction de #Momus ou le Prince, Fable politique par Claude Laurens, précédemment parue en 1993 dans la collection "Le corps fabuleux" aux Belles Lettres, ici augmentée des nouveaux apports de la recherche. L'universel #Alberti, architecte, peintre et penseur fondamental de la Renaissance, devancier de #Machiavel et d'#Érasme, y déploie l'exercice facétieux de rire avec et contre les dieux dans le même temps, en choisissant d'écrire une fable politique sur l'insupportable Momus, dieu du sarcasme et de la raillerie, dont les critiques virulentes et les mauvais tours joués aux autres dieux lui vaudront l'exil, l'émasculation et enfin le supplice éternel du rocher, tel #Prométhée. Si Momus en dérange tant dans l'Olympe, c'est qu'il est le premier immoraliste de la littérature moderne. Son crime est bien d'être un génie de la provocation qui démasque les faiblesses et les hypocrisies, bouscule les idées reçues, désacralise les puissances établies. Il pourrait bien arriver à convaincre les hommes qu'ils peuvent se passer des puissants. Il fallait le faire taire ? Nous le rééditons. Un extrait est disponible sur le blog des Belles Lettres. Le moine franciscain Richard de Mediavilla (c.1243-1308) est un penseur scolastique profondément original et de première importance, pionnier du grand tournant de la pensée qui apparaît chez Duns Scot et chez Ockham. Son œuvre philosophique et théologique a été influente jusqu'au XVIIe siècle. Nous achevons la série des publications de ses œuvres de la plus belle manière, avec ce dernier tome des Quodlibet faisant office de testament intellectuel du philosophe. Au total, six tomes des Questions disputées, et trois tomes des Quodlibet ont été publiés depuis 2012 et présentés en édition bilingue latin-français et critique, grâce au travail inlassable d'Alain Boureau. Découvrez cette passionnante série sur notre site internet, à l'entrée Richard de Mediavilla. Bonne lecture ! #Bibliothèquescolastique #Philosophiemédiévale #scolastique #Religionchrétienne #Théologie « Ne prenez pas le risque de ne pas lire Éric Briys. » Nassim N. Taleb. EN LIBRAIRIE. #BigData #Economienumérique #GAFA #Disruption #Ubérisation #Bibliothèques #Numérique #Digitalisation #StratégieDigitale #Monétisation #Destructioncréatrice #Antifragile #Facebook #Google #Amazon #Apple #Twitter #Données #Créolisation #winnertakesall #Transhumanisme EVENEMENT ! Nouvelle collection Bibliothèque de l'Orient Chrétien en librairie ce jour avec trois premiers titres ! Retrouvez la mission de la collection sur notre site à cette adresse http://www.lesbelleslettres.com/collections/biborientchretien/
N°1 : Saints-fondateurs du christianisme éthiopien. FRUMENTIUS, GARIMĀ, TAKLA-HĀYMĀNOT, ĒWOSTĀTĒWOS : les Vies de quatre saints fondateurs du christianisme et du monachisme éthiopiens qui furent en activité, pour les premiers, aux IVe et VIe siècles et, pour les seconds, au tournant du XIIIe et du XIVe siècle. / N°2 : Deux frères caucasiens de Prométhée, Amiran et Abrsk'il : traduction intégrale de deux épopées connues par tradition orale, celle du Géorgien Amiran et celle de l'Abkhaze Abrsk'il, dans le contexte du mythe caucasien des Titans enchaînés. / N°3 : Dialogue de Timothée et Aquila. Dispute entre un juif et un chrétien : un témoignage capital sur la façon dont les chrétiens se représentaient leur position par rapport au judaïsme dans les derniers temps de l'Empire romain. #BOC #Antiquitétardive #ChrétiensdOrient #Christianisme #Ethiopie #Géorgie #Abkhazie #Prométhée #Caucase #Judaïsme #Samedimage n°2 Polynice et Ériphyle. Nouveau rendez-vous hebdomadaire de la chouette, Samed’image vous offre un peu de beauté avec une illustration tirée d’une de nos publications. Aujourd’hui, voici la reproduction d’un péliké à figures rouges (qui servait à la conservation des denrées dans l’Antiquité) figurant Polynice et Ériphyle. Elle se trouve page 224 du recueil Du récit au rituel par la forme esthétique. Pragmatique culturelle des formes discursives et des images en Grèce ancienne sous la direction de Claude Calame et Pierre Ellinger (en librairie ce lundi)
Extrait du texte : "Ce sont les deux noms inscrits à hauteur des visages – Polynice et Ériphyle – qui nous permettent de comprendre que l’image se réfère au cycle des Sept contre Thèbes. Encore faut-il savoir le détail de cette histoire. Polynice est le frère d’Étéocle. Ils sont tous deux en conflit à propos de la souveraineté sur Thèbes. Étéocle refuse de passer la souveraineté à son frère ;ce dernier organise une expédition contre Thèbes avec les chefs argiens. Ériphyle est la sœur d’Adraste, roi d’Argos, l’épouse d’Amphiaraos. Ce dernier autrefois a tué Talaos, le père d’Adraste ; ils se sont réconciliés et le mariage d’Amphiaraos avec Ériphyle a scellé cette réconciliation. Amphiaraos s’est alors engagé à accepter que son épouse arbitre entre eux en cas de nouveau désaccord. Or Amphiaraos, qui est un devin, sait que l’expédition des Sept finira mal et refuse d’y aller quand Adraste le lui demande. Pour le contraindre, Polynice, qui connaît l’engagement d’Amphiaraos, se sert d’Ériphyle. Il la séduit en lui offrant un collier et elle oblige Amphiaraos à se joindre aux Sept. Le don fait par Polynice, on le voit, est la clé de cette histoire ; du reste le collier offert n’est pas un objet ordinaire, c’est le collier d’Harmonie, l’épouse de Cadmos, fondateur de Thèbes."
En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :