Ménandre, prince de la comédie nouvelle : un nouveau tome rejoint la C.U.F.

« On peut se le représenter comme un élégant d’Athènes, un mondain spirituel et curieux, très conscient de son talent… qui enrichissait ses comédies des observations qu’il avait glanées dans le commerce d’une société polie… De Ménandre ou de la vie, demandait spirituellement Aristophane de Byzance, lequel des deux a imité l’autre ?… Il semble avoir eu le don de peindre sans forcer le trait, dans un style qui reproduisait par son aisance et sa justesse le ton même de la conversation… Il lui manque sans doute d’avoir créé des types tels qu’un Alceste ou un Tartuffe ; mais, dans la peinture vivante des mœurs de l’humanité, il a été un initiateur. »

Jules Humbert et Henri Berguin, Histoire de la littérature grecque (Didier, 1947) *

Ménandre (342/340 – 292), fils de riche bourgeoisie athénienne, a reçu les leçons d’Épicure et de Théophraste avant d’écrire lui-même un théâtre plein de vie et d’imprévu au style naturel et spontané. Sa première pièce écrite en 322 fut primée huit fois, et il en écrira 108 qui nous sont parvenues de façon fragmentaire, à l’exception du Dyscolos, la seule intégrale et datée avec précision.

Imitée par Plaute et Térence, inspiration pour le théâtre classique, son oeuvre est pourtant restée longtemps inaccessible. La publication du tome III établi et traduit par Alain Blanchard,  le 525e de la C.U.F. série grecque, permet de faire le point sur les recherches. Voici un extrait de l’introduction d’Alain Blanchard :

« Après deux tomes consacrés essentiellement aux deux grands témoins de Ménandre que sont le papyrus Bodmer et le papyrus du Caire – l’un et l’autre relevant sans doute du Choix byzantin – ce tome III marque une large ouverture. Certaines des comédies de Ménandre dont il nous reste un ou plusieurs fragments papyrologiques et qui sont éditées ici dans l’ordre alphabétique des titres grecs (soit en français : le Laboureur, la Double Tromperie, le Poignard, l’Eunuque, l’Inspirée, le Thrasyléon, le Carthaginois, le Cithariste, le Flatteur, les Femmes qui boivent la ciguë, la Leucadienne, le Haï, la Périnthienne, la comédie suivante, celle des Sicyoniens étant déjà publiée dans le tome IV) ont certes pu faire partie du Choix byzantin : le Haï, le Thrasyléon (complétant la triade commencée par la Tondue ?) et le Laboureur. Mais, semble-t-il, à aucune des autres comédies il n’a été donné de franchir le cap fatidique du IVe siècle de notre ère. Elles ne sont cependant pas sans intérêt. Certaines d’entre elles ont retenu l’attention des poètes comiques latins dont l’œuvre nous a été transmise : la Périnthienne (comme le montre l’Andria de Térence), l’Eunuque (adapté par le même Térence), et surtout la Double Tromperie, pour nous premier exemple un peu étendu d’un original grec adapté par Plaute (en l’occurrence dans ses Bacchides). Quant aux autres comédies, leurs minces fragments ont toujours le mérite de nous faire mieux percevoir la diversité de l’art de Ménandre, même si ce ne sont parfois que des « textes d’attente » dont on peut seulement espérer qu’ils seront un jour éclairés par de nouveaux papyrus. Si l’editio princeps du Laboureur par J. Nicole renvoie aux temps héroïques qui furent aussi ceux de l’édition du papyrus du Caire, l’apparition de la Double Tromperie et des multiples fragments du Haï appartient pour l’essentiel à une autre époque, celle qui a suivi l’effervescence créée par les travaux sur le Dyscolos du cahier Bodmer (et, dans une moindre mesure, sur les Sicyoniens) et qui a révélé l’autorité de deux grands maîtres, Eric G.Turner et Eric W.Handley, au sein comme à l’extérieur de leurs séminaires. Leur souvenir, je pourrais dire leur présence, m’a accompagné tout au long de la rédaction de ce tome, tant j’avais pu bénéficier de leur constante bienveillance et admirer l’ampleur et la valeur de leur travail critique. Ce travail est maintenant poursuivi par d’autres chercheurs, souvent stimulés par l’apparition de nouveaux papyrus. Parmi les multiples problèmes laissés en suspens, certains peuvent être ainsi résolus, mais d’autres difficultés apparaissent tout aussi bien. On prendra vite conscience à la lecture de ce volume, en particulier de l’importante partie consacrée au Haï, que tout ce qui est ici imprimé ne peut être que provisoire et que des mises à jour seront nécessaires dans l’avenir. C’était déjà un peu le cas dans les volumes précédents (surtout le volume II, avec l’Arbitrage, et plus récemment encore, essentiellement grâce à l’activité si fructueuse de William Furley, avec la Tondue, comme le montrent les addenda et corrigenda placés à la fin de ce volume). Ménandre mérite qu’on fasse pour lui un tel effort.  »

Ménandre Tome III

Ménandre, Tome III, établi et traduit par Alain Blanchard, Les Belles Lettres, 2016, XXXVI – 677 p., notes, bilingue grec-français, 978-2-251-00610-9, 55 €. En librairie.


* Mention prise dans le Dictionnaire de la littérature grecque et latine de Jean Laloup
Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Rome, jusqu'à Constantin, Sources

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :