Régis Boyer, En lisant Saxo Grammaticus (extrait)

Boyer

Extrait de En lisant Saxo Grammaticus de Régis Boyer, paru aux Belles Lettres en juin 2016 dans la collection « Vérité des Mythes » :

Pour entrer en matière

Une remarque d’ensemble s’impose d’abord. Nous savons tous que les fameuses « brumes du Nord » ont tendance à offusquer tout ce qui concerne la Scandinavie, ancienne en particulier. Ce n’est pas le lieu ici de discuter de ce problème, mais il existe bel et bien, et j’ose dire que notre savoir a beau progresser, notre aptitude à diffuser, vulgariser, de même, rien n’y fait. Ce refus de voir ce qui fut sans doute la réalité simple, quelques notions l’ont cristallisé (les Vikings, les sagas, les runes, les valkyries, par exemple) et il est évident que cette volonté d’ignorance remonte loin. Mais ce qu’il faut souligner tout de suite, c’est, d’abord, que nos erreurs tiennent avant tout à la littérature (car de véritables sciences comme l’archéologie, la toponymie, la numismatique, la philologie surtout nous détourneraient rapidement du mythe), et ensuite que ce mythe est parti de l’idée que nous nous faisons de l’Islande médiévale avant tout en raison du fait que c’est elle qui a fait le plus pour nous informer avec les eddas, la scaldique, les sagas, la littérature dite savante dont elle s’est rendue coupable, etc. Un écrivain de génie comme Snorri Sturluson à la fois est responsable de ce que notre information pourrait avoir de meilleur et, en quelque sorte, a monopolisé notre information. Le résultat immédiat est que nous avons tendance à reléguer dans l’ombre, sur ce plan, le reste du Nord. Cela ne va pas sans étonner les connaisseurs. Après tout, les Vikings, les inévitables Vikings et les non moins incontournables Varègues étaient avant tout des Norvégiens ou des Danois ou des Suédois (dans la mesure où ces caractérisations locales avaient un sens à l’époque), mais pas ou presque pas des Islandais. Seulement, ce sont ces derniers qui ont écrit, qui ont rédigé ces textes sans lesquels nous ne saurions à peu près rien. Ce sont eux qui ont donné forme durable à toutes sortes de traditions orales (peut-être) ou d’influences savantes (plus sûrement) pour créer tous ces chefs-d’œuvre que nous fréquentons aujourd’hui encore avec une sorte d’émerveillement. C’est ce que nous appelons, faute de définition et surtout d’explication plus satisfaisantes, « le miracle islandais », que je n’entends pas développer ici, mais qui demeure une des grandes énigmes de notre histoire médiévale. Sans doute ces traditions n’ont-elles pu prendre corps que grâce à la christianisation et par elle, christianisation qui est intervenue officiellement au Danemark vers 950, en Norvège vers 980, en Islande en 999 et en Suède un peu plus tard. Mais après tout, les clercs qui ont acculturé ces pays n’ont pas été actifs qu’en Islande, d’autant que, partout, les lettres du Nord ont commencé par des écrits en latin, l’originalité de l’Islande ayant été de se doter et d’une littérature latine et d’une en vernaculaire. D’autre part, il serait injuste de limiter l’apport islandais au seul domaine nordique. L’une des justifications possibles et plausibles du phénomène islandais peut tenir au fait que l’île aux volcans a bénéficié d’une double tradition : la scandinave, certes, notamment norvégienne, mais aussi, pour des raisons historiques claires, la celtique – et, pour le reste, il est manifeste que les écrivains de ce pays n’ont pas dédaigné des apports danois (voyez la Knytlinga saga, qui s’intéresse au roi Knútr le Grand), ou pangermanistes (je pense à la Völsunga saga, qui rassemble toutes les traditions héroïques de la Germania), ou suédoises (dans certaines sagas de la catégorie dite légendaire) et surtout norvégienne (les textes rassemblés dans la Heimskringla de Snorri Sturluson, qui traite de tous les rois norvégiens depuis les origines mythiques jusqu’aux contemporains de Snorri). Les premiers grands scaldes (c’est ainsi que l’on appelle les poètes du Nord ancien) étaient norvégiens, même si le genre est devenu ensuite une spécialisation islandaise. Ces vues rapides pour souligner que si l’Islande tint sans conteste le haut du pavé en matière littéraire, il serait malvenu de négliger le reste de la Scandinavie ancienne pour autant.

 

Façon d’introduire Saxo Grammaticus ! Son cas est tout à fait éclairant : assurément il a écrit exclusivement en latin, mais il ne faut pas pour autant le tenir à l’écart de la production nordique dans son ensemble. Au contraire ! Ses Gesta Danorum forment un recueill d’une richesse inouïe où sont exposés des traditions, des mythes, des légendes que nous ignorerions, dans bien des cas, sans cela. D’autre part, ses qualités de conteur reviennent à une verve et à une qualité dignes des sagnamenn (ainsi appelle-t-on les auteurs de sagas islandaises). Il lui arrive même de nous livrer des sources que les sagas ne connaissent que peu, en les complétant souvent. Et il est d’évidence qu’il est au cœur d’une mentalité, d’une vision de l’homme, de la vie et du monde, bref, d’une civilisation que ne désavoueraient pas ses émules des autres pays scandinaves. Il ne sied donc pas de l’isoler en raison de son latin. Après tout, les lettres islandaises aussi ont débuté par des textes en latin, même si, dans la grande majorité des cas, ils sont perdus aujourd’hui. Ce fut le cas, notamment, de celui que l’on tient pour le père des lettres de son pays, Saemundr Sigfússon.

 

Extrait des pages 15 à 17

 

>> Retrouvez tous les titres de la collection « Vérité des Mythes »

Tagged with: , , , , , , , , ,
Publié dans Passerelles, Regards sur le Moyen Âge
One comment on “Régis Boyer, En lisant Saxo Grammaticus (extrait)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly Une valise de Budés ! Signe extérieur de richesse intérieure, envoyé par Rafael Vila (LiquidsRoma sur Twitter). Merci !
#CUF #Budés #Humanisme #Languesanciennes #Antiquité #TeamLatin #TeamGrec

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :