L’École à Pompéi

Extrait de Pompéi et la Campagnie antique, de Jean-Noël Robert, chapitre La culture et la vie littéraire:

Le terme qui désigne l’école est ludus, mot qui signifie jeu. Mais le jeu consiste à répéter et à imiter ce que fait un autre et le mot s’applique aussi à la désignation d’un lieu où l’on fait des exercices.
L’école consiste donc à répéter ce que dit le maître. Et le premier apprentissage, dans une région où l’on parle souvent le grec avant le latin, consiste à savoir lire dans les deux langues. Tout commençait par l’alphabet, mais, comme les livres étaient rares et coûteux, les enfants utilisaient des tablettes de cire et un stylet de bois ou de métal. Ainsi pouvaient-ils effacer facilement leurs erreurs. Et on a retrouvé en plusieurs endroits des alphabets inscrits sur les murs, parfois à hauteur d’enfant, pour servir de référence. Certains manuels se présentaient comme une méthode d’apprentissage d’une langue étrangère (ici grec-latin) sous la forme de la conversation courante.
Le procédé a été réutilisé depuis avec succès, sans que nous puissions dire si la première phrase répétée par les petits Campaniens était, par exemple : « Mon patron est riche »…

Ceux qui fréquentaient le grammaticus complétaient leur apprentissage par des notions de littérature (ils apprenaient beaucoup de textes par coeur), d’histoire, de géographie, de droit (pour être capables de gérer plus tard leurs affaires, voire de participer à la gestion de celles de la cité) et d’un peu de calcul (bien que, dans le domaine scientifique, l’enseignement romain eût toujours montré des faiblesses certaines). Les maîtres de secondaire sont parfois bien connus. À Pompéi, quelques noms nous sont parvenus par le truchement des affiches électorales, comme ceux de Verna, Valentinus ou Saturninus. Ce dernier fut en son temps le propriétaire de la plus belle maison de la ville, celle du Faune, ce qui laisse penser qu’il s’agissait d’un notable et montre l’intérêt que les Pompéiens portaient à
la culture. Mais, généralement, les professeurs sont des affranchis, comme les deux autres cités.

Où se tenait l’école ? Curieusement, à Pompéi, aucun lieu n’a été identifié comme celui d’un ludus. En fait, pour ce qui concerne le primaire, l’école peut se dérouler un peu partout, généralement en plein air, sous un portique, ou dans une boutique ouverte sur la rue et que masque parfois un simple rideau. Le maître officie devant tout le monde. Et il n’est pas écouté de ses seuls élèves. Les pédagogues, esclaves dont la fonction est de conduire les enfants dans leurs déplacements et, souvent, de jouer les répétiteurs de retour à la maison, assistent à la classe. Certains parents se joignent à eux, notamment quand ils doivent choisir une école pour leur progéniture et veulent juger des compétences des différents maîtres. Il faut alors imaginer le brouhaha qui règne dans une classe, avec le bruit de la rue et les bavardages des adultes présents. Les enfants ne sont pas en reste, et il semble qu’ils n’aient pas toujours été des modèles d’attention,
d’après les témoignages. Une frise qui se trouvait dans une pièce des bains de la maison de Julia Felix (peinte à 2,50 m au-dessus du sol) reproduit des scènes de vie saisies probablement au forum de Pompéi. On y remarque notamment un maître, vêtu d’un manteau, qui surveille trois élèves assis sur des tabourets (ou sur un banc – il n’y a pas de tables à l’école) absorbés par la lecture des tablettes posées sur leurs genoux tandis qu’une scène animée se déroule juste à côté d’eux : un élève dénudé, maintenu par les bras sur le dos d’un camarade, les jambes tenues entravées par un autre, expose son derrière aux coups de verge qu’un homme lui inflige. Cette raclée publique apparaît comme un châtiment violent et laisse à penser que le magister ne badine pas avec la discipline.

Illustration tirée de l'ouvrage, page  198.

Illustration tirée de l’ouvrage, page 198.

Si cette scène évoque une école située peut-être au forum, des inscriptions gravées sous le portique de la grande palestre, à l’autre extrémité de la ville, montrent que des maîtres d’école s’installaient là aussi pour dispenser leur enseignement. L’un d’eux a écrit : « Que ceux qui m’ont réglé leurs frais de scolarité reçoivent ce qu’ils demandent aux dieux ! » Ce qui signifie que les parents oubliaient parfois de payer le maître. Il se trouve qu’une liste de noms complétée de sommes d’argent est inscrite près de ce vœu pieux. Certains archéologues en ont déduit qu’il s’agit peut-être des comptes de ce malheureux maître. On comprend que son travail, mal rémunéré, était d’autant plus ingrat qu’il devait s’occuper de plusieurs niveaux d’apprentissage à la fois (déjà la pédagogie différenciée !) sans obtenir en retour la considération et la reconnaissance dues à ses efforts. Heureusement, il jouissait d’abondantes vacances : outre les nombreuses périodes festives (saturnales, quinquatries, de plusieurs jours chacune par exemple, sans oublier les nundinae, jour de repos quasi hebdomadaire), les grandes vacances s’étalaient de la mi-juin à la mi-octobre. Mais le magister, souvent un affranchi qui devait gagner sa vie, se trouvait dans l’obligation de travailler pendant cette longue période de quatre mois. (pages 196 à 199)

Jean-Noël Robert, Pompéi et la Campanie antique, Guides Belles Lettres des Civilisations, 2015, 352 pages, 19 €.

Jean-Noël Robert, Pompéi et la Campanie antique, Guides Belles Lettres des Civilisations, 2015, 352 pages, 19 €.

Tagged with: , , , , , , , , ,
Publié dans Passerelles, Regards sur l'Antiquité gréco-romaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :