Joseph Roth, Gauche et droite, roman d’actualité … depuis 1929

Présentation

Foisonnant en même temps qu’incisif, ce roman nous raconte sur le ton inimitable de Joseph Roth, l’auteur de La Marche de Radetzki et de tant d’autres chefs d’œuvre, les destins croisés de deux frères ennemis, Paul et Theodor Bernheim, et d’un émigré juif russe Nikolas Brandeis dans l’Allemagne de Weimar. Traumatisés par la Grande Guerre tous sont en quête de repères, tiraillés entre inquiétude existentielle et volonté de puissance. En toile de fond un Berlin effervescent où règnent spéculation, affairisme, presse, cabarets, une métropole qui assiste sans s’émouvoir à la radicalisation d’un nationalisme xénophobe et à la montée du fascisme. Pour Herman Kesten Gauche et droite est un « roman politique dans la lignée de Stendhal, Maupassant et Heirich Mann ». C’est assez dire qu’il s’agit d’une œuvre d’une grande actualité et d’une exceptionnelle qualité.

Traduit de l’allemand par Jean Ruffet. 

IMG_4034

Extrait

Deuxième partie.

IX.

Pour Félix Bertaux.

Cette année-là, le printemps arriva tout à coup. À l’intérieur des maisons, le froid, l’humidité et l’obscurité des jours d’hiver persistaient. Les maisons elles-mêmes faisaient songer à des tombeaux auxquels on eût fait prendre l’air, et les gens aux fenêtres à de gentils cadavres au teint jaune. Le son ressuscité des orgues de Barbarie qui, par bandes, faisaient irruption dans les cours, comme s’ils revenaient de contrées situées plus au sud avec les oiseaux migrateurs, redonnait courage même aux plus sceptiques. Les manifestations de rue des extrémistes devenaient de plus en plus fréquentes. Les convictions s’épanouissaient au doux soleil nouveau et sous les terribles averses de nuit de ce printemps au ciel légèrement couvert.
Un dimanche matin de ce printemps, on put voir un homme étonnamment grand et fort marcher lentement parmi les promeneurs, modérément joyeux, du Kurfürstendamm. Plusieurs personnes se retournèrent sur son passage. Mais lui ne paraissait pas se soucier des passants, qu’il dominait presque tous de sa haute taille. Son regard était plutôt tourné vers les maisons, les enseignes, les devantures des magasins, les arbres en bordure de la chaussée, les véhicules et les kiosques, fermés le dimanche, et pareils à des chapelles désaffectées. La coupe de son visage, qui le faisait ressembler à un Mongol, son teint mat offraient suffisamment de raisons aux gens d’Europe centrale qui venaient à le rencontrer  pour le ranger sous la rubrique « Extrême-Orient », parmi les bouddhas, les geishas et les fumeurs d’opium. L’inflation avait pris fin, et l’idée que l’on se faisait de la valeur de son propre argent ayant contribué à revaloriser le patriotisme et la conscience de soi, on avait pour l’étranger moins d’admiration que de méfiance.
On flânait donc au soleil, en habits de printemps.
Mais soudain, une rumeur confuse se fit entendre. Cela commença comme le vent à l’approche de l’orage – à un lointain coin de rue. Quelques passants se mirent à courir. Les autres s’arrêtèrent et l’on vit qu’ils réfléchissaient à la façon de se mettre à l’abri, sans perdre tout à fait la face. Dans l’intervalle, la rumeur s’était faite plus précise. On distinguait maintenant le chant, sorti de la gorge de plusieurs centaines d’hommes, le martèlement de leurs bottes cloutées sur l’asphalte et, pour finir, dominant le bruit sourd et métallique des pas, les sons grêles et geignards des flûtes formant une musique immatérielle, abstraite, d’où s’échappait une des marches militaires les plus populaires. Et bientôt l’on put voir également quelle était la cause de tout ce tintamarre : c’étaient de grands drapeaux claquant au vent, quelques cyclistes roulant lentement en tête du cortège et, derrière eux, les premiers rangs, formés d’hommes à moustache qui faisaient penser à une cérémonie de baptême chez des gens de la classe moyenne. Ils allaient, le regard vide, ouvrant de grands yeux où la colère, l’orgueil, le sens aigu de l’honneur avaient détruit toute aptitude à regarder ; les bras ballants, pareils à des manches vides, et des cannes pendant à leurs ceintures afin de montrer qu’ils n’étaient pas disposés à passer pour des promeneurs. C’étaient des cannes en voie d’évolution, prises dans le mouvement qui va du bâton au sabre.

Lire l’intégralité du chapitre, pages 103 à 113 >>

Roth


Rothcouv


Notre sélection de titres en littérature allemande et essais classiques :

LittéallemandeBL

Tagged with: , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Classiques de la littérature moderne, XXe siècle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 187 autres abonnés

En direct sur Instagram
#UnAnDeBellesLettres ÉTIENNE HELMER, Diogène le cynique dans la collection #Figuresdusavoir / 
En proposant l’idéal d’une vie simple soustraite aux illusions du désir, la #philosophie de #Diogène offre aux individus et aux sociétés un contre-pouvoir libérateur. Sa critique des valeurs sociales et sa puissance de dérangement n’ont pas échappé à #Nietzsche ni à #Foucault. Elles gardent toute leur actualité pour qui s’interroge sur les bienfaits et les méfaits de la croissance économique, sur les exclusions déchirant le monde humain.

Revue de presse :
"Une introduction à son oeuvre aussi précieuse qu'alerte."
(Livres Hebdo)
"Une belle et très claire introduction à cette philosophie en acte."
Alain Rubens (Lire)
"Voici une monographie sur Diogène le cynique parue dans l'excellente collection des Belles Lettres, Figures du savoir. Elle nous plonge dans le parcours, l'œuvre et la réception du philosophe, de manière claire et même palpitante, faisant de sa vie une véritable aventure intellectuelle." (France Culture) ---
[Juillet est là ! Nous bouclons nos prochaines parutions prévues pour le 21 août. En attendant de nombreuses et belles surprises à la rentrée, nous vous proposons tout ce mois-ci une petite rétrospective des ouvrages parus depuis août dernier, notre saison 2016/2017 en images ! Suivez le fil #UnAnDeBellesLettres pour les retrouver toutes.] #UnAnDeBellesLettres Une nouvelle collection en coédition avec le Collège de France a vu le jour pour vous "enseigner tout" cette année : #DocetOmnia. Ouvrez les portes de la plus fameuse de nos institutions, ou celles des temples en #Mésopotamie, et laissez-vous éclairer par toutes ces lumières ! ---
[Juillet est là ! Nous bouclons nos prochaines parutions prévues pour le 21 août. En attendant de nombreuses et belles surprises à la rentrée, nous vous proposons tout ce mois-ci une petite rétrospective des ouvrages parus depuis août dernier, notre saison 2016/2017 en images ! Suivez le fil #UnAnDeBellesLettres pour les retrouver toutes.] #UnAnDeBellesLettres Pour le plaisir des esprits libres, #AynRand, #Bernanos, #Suarès, #Wodehouse, #Garçon ou #Malaparte en poche. Prix légers pour exercer une pensée catégorie poids lourd. Du plus bel effet sur la plage ! ---
[Juillet est là ! Nous bouclons nos prochaines parutions prévues pour le 21 août. En attendant de nombreuses et belles surprises à la rentrée, nous vous proposons tout ce mois-ci une petite rétrospective des ouvrages parus depuis août dernier, notre saison 2016/2017 en images ! Suivez le fil #UnAnDeBellesLettres pour les retrouver toutes.] #UnAnDeBellesLettres Lucien, le rire et la mort : également présent dans notre anthologie de textes anciens consacrée à l'au-delà dans l'Antiquité, Lucien a fait l'objet de trois nouvelles publications cette année. Extrait de sa présentation dans la Bibliothèque classique infernale : "Brillante entre toutes, son œuvre se caractérise par une ironie mordante, coulée dans le moule d’une langue très pure, et d’autant plus cinglante. Malgré sa virtuosité et sa verdeur, l’inspiration de Lucien est taraudée par la mort. Tournée en dérision, la mort, sous tous ses noms et toutes ses formes, revient de manière obsessionnelle."
#Lucien #Antiquité #Enfers #Rire #Satire #Littératureantique #classiquesenpoche ---
[Juillet est là ! Nous bouclons nos prochaines parutions prévues pour le 21 août. En attendant de nombreuses et belles surprises à la rentrée, nous vous proposons tout ce mois-ci une petite rétrospective des ouvrages parus depuis août dernier, notre saison 2016/2017 en images ! Suivez le fil #UnAnDeBellesLettres pour les retrouver toutes.] #UnAnDeBellesLettres Appréhendez sereinement votre présence sur internet et/ou en entreprise en maîtrisant ces trois aspects : la rumeur, la science statistique et la réflexion stratégique avant de cliquer. Deux références et un inédit en bonne voie de le devenir vous guident pour ne pas perdre le fil sur la Toile - et en dehors :
- L'ABC de la rumeur de Françoise REUMAUX : un classique de la sociologie pour cerner comment se forment et s'entretiennent une rumeur, une légende urbaine ou une fausse information, nombreux exemples à l'appui.
- La Confiance dans les chiffres, de Theodore M. PORTER, traduit par Gérard Marino : où comment doser avec prudence l'utilisation des statistiques, sondages et analyses des chiffres comme vérité fiable.
- D'Or et d'airain. Penser, cliquer, agir, d'Eric Bryis : connaissez-vous bien les chemins que vous arpentez en ligne, et le pouvoir des maîtres des forges numériques ? ---
[Juillet est là ! Nous bouclons nos prochaines parutions prévues pour le 21 août. En attendant de nombreuses et belles surprises à la rentrée, nous vous proposons tout ce mois-ci une petite rétrospective des ouvrages parus depuis août dernier, notre saison 2016/2017 en images ! Suivez le fil #UnAnDeBellesLettres pour les retrouver toutes.] #UnAnDeBellesLettres La #Chine ancienne nous livre quelques-un de ses secrets : sa monnaie, son papier, sa peinture narrative, ses dynasties Qin et Han et ses tentatives de réformes fin XIXe. Retrouvez tous ces titres dans le rayon Histoire - Extrême-Orient et Inde de notre site internet (circulation par icônes sur la droite). ---
[Juillet est là ! Nous bouclons nos prochaines parutions prévues pour le 21 août. En attendant de nombreuses et belles surprises à la rentrée, nous vous proposons tout ce mois-ci une petite rétrospective des ouvrages parus depuis août dernier, notre saison 2016/2017 en images ! Suivez le fil #UnAnDeBellesLettres pour les retrouver toutes.] #UnAnDeBellesLettres L'homme et l'animal, parfois mêlés, dans ces deux publications insolites : - JAROMIR MALEK, Le Chat dans l'Égypte ancienne. Traduit par Laurence BOBIS et richement illustré. Paru le 8 novembre 2016, 224 pages, cartonné, 17 €. "La nombreuse documentation disponible permet d'illustrer chaque étape de manière précise. Le chat sous la chaise ou le chat à la chasse n'auront plus de secret pour vous. Un livre tout public !" Pharaon magazine - L'Homme-animal dans les arts visuels. Image et créatures hybrides dans le temps et dans l'espace. Sous la direction de : Pascale LINANT DE BELLEFONDS, Agnès ROUVERET. Paru le 21 février 2017, grand format relié, 272 pages, 179 illustrations couleur, 39 €. À feuilleter sur notre site internet. ---
[Juillet est là ! Nous bouclons nos prochaines parutions prévues pour le 21 août. En attendant de nombreuses et belles surprises à la rentrée, nous vous proposons tout ce mois-ci une petite rétrospective des ouvrages parus depuis août dernier, notre saison 2016/2017 en images ! Suivez le fil #UnAnDeBellesLettres pour les retrouver toutes.] #UnAnDeBellesLettres Mémoire, hommage : lire les récits de nos soldats ou de leurs proches endeuillés permet d'affronter son propre destin avec plus de courage et de respect envers toute forme d'existence. Regarder la guerre en face nous apprend le prix de la paix. Ces trois ouvrages, aussi douloureux puissent-ils être à la lecture, n'en sont pas moins initiatiques que la philosophie grecque.
-1929 Jours, de Nicolas MINGASSON. Comment vivre le deuil de guerre au XXIe siècle ? - La Guerre et après, de Pauline MAUCORT. La guerre se termine-t-elle un jour ?
- Vent glacial sur Sarajevo, de Guillaume ANCEL. Comment rendre justice aux faits vingt ans plus tard ?
La 8e  édition du Festival International du Livre Militaire, en présence de nos auteurs, aura lieu vendredi 21 et samedi 22 juillet 2017 . #FILM2017
---
[Juillet est là ! Nous bouclons nos prochaines parutions prévues pour le 21 août. En attendant de nombreuses et belles surprises à la rentrée, nous vous proposons tout ce mois-ci une petite rétrospective des ouvrages parus depuis août dernier, notre saison 2016/2017 en images ! Suivez le fil #UnAnDeBellesLettres pour les retrouver toutes.]
En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :