Tertullien, Œuvres complètes : le plaisir d’un livre unique

Tout Tertullien dans l’exquise traduction d’Antoine-Eugène Genoud, accompagnée de la Vie de Tertullien, et de sa Doctrine par Dom Ceillier, le tout dans un livre unique, maniable, relié et cousu, au confort de lecture parfait : la collection Classiques favoris a relevé le défi et est heureuse de vous le présenter aujourd’hui.

Auteur célèbre pour son tempérament passionné, pour son caractère intraitable, colérique et gouailleur, Tertullien (c.160-c.220), cet Africain de l’Empire romain, est non seulement le premier auteur de langue latine à développer une puissante pensée chrétienne, mais une puissante pensée tout simplement. Il n’aura d’égal que, bien plus tard, saint Augustin qui s’en inspire.

« Autrefois, nous insultions à la religion du Christ, comme vous le faites aujourd’hui. Nous avons été des vôtres ; car on ne naît pas Chrétien : on le devient. » 

Quelques vues de l’ouvrage :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le scorpiaque, ou antidote contre la morsure des scorpions

Si l’on connaît généralement de Tertullien ses défenses orageuses et brillamment exposées du christianisme, comme l’Apologétique ou le Contre Marcion, on a moins lu ce texte étonnant, curiosité dont nous vous donnons un extrait ci-dessous (pages 879-881). La foi peut-elle vaincre le venin du scorpion ?

 » I. La terre engendre des scorpions, animal terrible sous un faible volume. Autant de genres, autant de poisons ; autant d’espèces, autant de fléaux ; autant de couleurs, autant de douleurs, dont Nicandre a été l’historien et le peintre. Cependant le trait qui leur est commun à tous, c’est de nuire avec la queue. J’appelle queue ce prolongement de la partie inférieure du corps avec lequel ils blessent. Ces nœuds articulés dans le scorpion, armés à l’intérieur d’une petite veine empoisonnée, se tendent avec l’effort d’un arc, et décochent, à la manière d’une baliste, un dard recourbé. De là vient que la machine de guerre, qui lance le trait après l’avoir comprimé, a reçu le nom de scorpion. Ce dard, tout à la fois dard et canal, affilé à son extrémité afin de blesser plus sûrement, répand son poison dans la plaie. L’été est surtout la saison du péril. La malice de l’animal met à la voile par le souffle de l’auster et de l’africus. Quant aux remèdes, la nature nous en fournit quelques-uns ; la magie a ses ligaments enchantés ; la médecine se présente avec le fer et des breuvages. Ceux-ci boivent avant la cautérisation pour en hâter l’action bienfaisante. Je ne dis rien de l’accouplement ; s’il amortit la douleur du poison, c’est pour allumer bientôt une soif ardente.

Laissons aux païens ces ressources ! Notre rempart à nous, c’est la foi, à moins que, frappée de défiance, elle n’ose recourir sur-le-champ au signe de la croix, conjurer le poison, et broyer l’impur animal. Souvent il nous est arrivé de rendre aux Idolâtres des services de ce genre, le ciel ayant mis dans nos mains cette puissance, que l’Apôtre consacra le premier en bravant la morsure d’une vipère.
Puisque la foi repose sur des fondements inébranlables, quelle est donc l’intention de l’opuscule présent ? De rappeler à la foi qu’elle doit compter sur les promesses, lorsque ses propres scorpions s’élèvent contre elle : race peu nombreuse à la vérité, mais cruelle, divisée en plusieurs espèces , armée d’un même aiguillon, subornée par le même ennemi, toujours dans la chaude saison, c’est-à- dire pendant la persécution des Chrétiens. Dans ces jours où la foi est haletante, et où l’Église, pareille au buisson ardent, est investie de flammes dévorantes, alors Gnostiques, de s’élancer de leurs repaires, Valentiniens, de déguiser leur marche tortueuse, tous les détracteurs du martyre de gonfler leurs poisons et de s’agiter, n’ayant qu’un désir, rencontrer une victime, la percer, l’immoler. La religion, ils ne le savent que trop bien, compte dans ses rangs une foule de serviteurs simples et peu éclairés, d’autres mal assurés dans la foi, un plus grand nombre chrétiens en l’air , et disposés à être tout ce que l’on voudra. Quel moment plus favorable pour aborder ces inexpériences ou ces lâchetés que le moment où la crainte a relâché les barrières de l’âme, et mieux encore, où quelques supplices barbares ont couronné la foi des martyrs ?

Aussi, ramenant en arrière leur queue, ils commencent par mettre en jeu la sensibilité humaine, ou bien ils s’agitent dans le vide. « Eh quoi ! s’écrient-ils, l’innocence exposée à de pareilles tortures ! Une secte de qui personne n’eut jamais à se plaindre ! » Ne les prendriez-vous pas pour un frère ou tout au moins pour quelque païen compatissant ? Attendez, voilà qu’ils pressent davantage. « Périr et encore sans l’ombre de raison ! Car enfin, quelle ombre de raison y a-t-il à la mort des Chrétiens ? » – Maintenant ils tuent au premier aiguillon qu’ils enfoncent : « Elles ne savent pas ces âmes crédules quel est le précepte, en quels termes il est conçu, où, quand ni devant qui il faut confesser. » Misérable, déclare sans détour que mourir pour Dieu n’est pas seulement simplicité et inutilité, mais insigne extravagance. Ils poursuivent : « Et qui me sauvera, si celui-là m’immole qui doit me sauver ? Jésus-Christ, mort une fois pour nous, ne nous a-t-il point affranchis du trépas ? Supposé qu’il demande le retour, attend-il son salut de ma mort ? Dieu a-t-il besoin de mon sang, lui qui ne veut pas du sang des boucs et des taureaux ? » N’a-t-il pas dit « qu’il préférait à la mort du pécheur son repentir ? Comment justifiera-t-il cet oracle s’il veut la mort du pécheur ? » Ces traits et mille autres, décochés par la malice des hérétiques, ne sont-ils pas capables d’amener sinon la ruine de la foi, au moins ses pusillanimités ; sinon la mort complète, au moins la perturbation ? Mais toi, pour peu que ta foi veille, écrase du pied de l’anathème le scorpion blasphémateur, et laisse-le mourir dans son sommeil. Prends-y garde ! s’il inonde de son poison la blessure, le venin ne tardera point à pénétrer jusqu’au fond des entrailles et à circuler dans tout le corps. Qu’arrive-t-il aussitôt ? Tous les sentiments généreux d’autrefois s’engourdissent ; le sang se glace autour du cœur ; l’esprit s’éteint sous le poids de la chair ; on prend en dégoût le nom chrétien ; déjà l’âme elle-même cherche où vomir. Ainsi, après ses premières blessures, la faiblesse ne tarde point à rejeter une foi languissante sous le poison de l’hérésie ou des affections mondaines. Aujourd’hui nous sommes au milieu de l’été, c’est-à-dire que la canicule de la persécution s’allume par les mains de Cynocéphale lui-même. Les Chrétiens ont été éprouvés, ceux-ci par les bûchers, ceux-là par le glaive, les autres par la dent des bêtes féroces. Quelques-uns, relégués dans des cachots, après avoir subi la flagellation ou les ongles de fer, ont soif d’un martyre commencé ailleurs.

Nous-mêmes, lièvres timides que l’on destine à la chasse, l’hérésie nous assiège de loin, fidèle à sa marche accoutumée. Les circonstances présentes nous avertissent donc d’opposer aux scorpions de notre pays une antidote efficace, que nous mitigerons autant que possible. Lecteur, buvez : la potion n’est pas amère. Si « la parole du Seigneur est plus douce que le rayon du miel, » le remède que je vous propose en est tiré. Si le lait et le miel coulent dans les promesses du Seigneur, lait et miel aussi que le martyre et son salaire ! Au contraire : « Malheur à qui change l’amertume en douceur et la lumière en ténèbres ! » Détracteurs du martyre, en voulant qu’un moyen de salut soit un moyen de damnation, vous changez aussi bien la douceur en amertume que la lumière en ténèbres, et en préférant les misères de la vie présente aux félicités de la vie à venir, vous substituez aussi bien l’amertume à la douceur, que les ténèbres à la lumière. […] « 

Tertullien6

Tertullien7

Tertullien8

 

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Rome, jusqu'à Constantin, Sources

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
Nouveautés de #printemps ! 💐 Psyché, le culte de l'âme chez les grecs et leur croyance à l'immortalité d'Erwin Rohde, et Voyages immobiles dans la prose ancienne. La peinture narrative sous la dynastie Ming (1368-1644) de Cédric Laurent. Faites glisser pour plus de photos ! #religiongrecque #ame #grece #peinture #Chine #DynastieMing #classiques #encremarine #cabinetdesimages #beauxlivres #bookstagram #instabook NOUVEAUTÉ #cuf > #Médecine antique > Hippocrate, Problèmes hippocratiques
Texte établi et traduit par : Jacques JOUANNA et  Alessia GUARDASOLE. Les Problèmes hippocratiques consistent en un corpus anonyme de cent trente questions et réponses, qui s’ouvre et se termine avec des questions issues de la tradition des Aphorismes d' #Hippocrate. Il s’agit d’une édition princeps, basée sur la collation des neuf manuscrits connus témoins de l’ouvrage. Le texte critique, avec apparat et première traduction française, est accompagné d’un commentaire continu, littéraire, philologique et historique. Ce corpus se caractérise premièrement par l’originalité des explications du texte des Aphorismes dans la tradition des commentaires galénique et byzantins au traité d’Hippocrate.
L’étude détaillée des sources a permis aux éditeurs d’en découvrir l’importance aussi dans le cadre de la tradition aristotélicienne d’époque byzantine, en montrant les rapports étroits notamment avec l’œuvre du pseudo-Alexandre d’Aphrodise, d’Aristote, de la tradition néoplatonicienne des commentaires à Aristote (Olympiodore). Le rapprochement avec une partie de l’œuvre de Théophylacte Simocatta a permis d’en délimiter la datation aux environs des VIIIe-IXe siècles de notre ère. La connaissance des Écritures (Ecclésiaste, Psaumes) et les références claires aux œuvres des Pères de l'Église (Jean Chrysostome) et aux textes liturgiques byzantins a permis de le situer dans un contexte culturel chrétien.
#Grecancien #Budés #LesBellesLettres #Antiquité #Instabooks #Livrebilingue Merci @lafleurani 🦉
・・・
Lecture à trois. #leonardwoolf #virginiawoolf #mavieavecvirginia #lesbelleslettres #journal #litteratureanglaise #cecilwoolf #19121941 NOUVEAUTÉ #Littérature française XXe siècle > Essais > André #Suarès, Contre le #totalitarisme, textes politiques (1920-1948).
André Suarès (1868-1948), d’une langue souveraine en perpétuelle quête de grandeur et d’absolu, a cerné mieux que tout autre l’essence du totalitarisme en France. Ces textes rassemblés et introduits par Stéphane Barsacq, écrits entre 1920 et 1948,  sont pour la plupart inédits en volume. Ami d’André #Gide, il n’a jamais soutenu Staline. Contemporain de #Maurras, il n’a jamais versé dans le fascisme.
"Je mesure la jeunesse au courage de l’esprit. Cette valeur héroïque se refroidit et tombe la première. Tels restent ardents au corps à corps qui fuient le combat de l’esprit et qui cèdent de bonne heure : le désir de la paix voile beaucoup de lâchetés."
De magnifiques extraits sont disponibles sur le blog des Belles Lettres. Bonne lecture !
#Goûtdesidées #LesBellesLettres #poésie #politique NOUVEAUTÉ Littérature latine > #Religion, #polémique, défense du #christianisme contre le #paganisme :
Tertullien, Œuvres complètes : le plaisir d’un livre unique !
Tout #Tertullien dans l’exquise traduction d’Antoine-Eugène Genoud, accompagnée de la Vie de Tertullien, et de sa Doctrine par Dom Ceillier, le tout dans un livre unique, maniable, relié et cousu, au confort de lecture parfait : la collection #Classiquesfavoris a relevé le défi et est heureuse de vous le présenter aujourd’hui.
Un extrait ainsi que des vues de l'ouvrage sont disponibles sur le blog des Belles Lettres. Jour de parutions aux Belles Lettres : #AynRand en poche, #Ovide en nouvelle traduction, #Tertullien en Œuvres complètes, #Diogène le cynique, manuel de la campagne électorale de Quintus #Cicéron, André Suarès... découvrez toutes ces pépites pour la pensée sur notre site, section Nouveautés (lien en bio). NOUVEAUTÉ Sciences humaines > #Médecine, #santé, #bienêtre > #Philosophie 
Arnaud François, Éléments pour une philosophie de la santé, dans la coll. Médecine&Sciences humaines, aux Belles Lettres.
Y a-t-il une expérience de la santé ? La santé n’est-elle que l’absence de maladies ? Être en bonne santé, est-ce la même chose qu’être « normal » ? Dois-je attendre de voir ce que l’avenir me réserve pour juger de l’état de ma santé ? La différence entre santé et maladie est-elle une différence comme les autres ? Voilà certaines des questions que pose le présent ouvrage, grâce à une méthode qui croise la philosophie avec d’autres types de savoirs : la médecine, la #biologie, mais aussi la #littérature et les #scienceshumaines. Cette étude conduit à confronter l’approche issue de #Canguilhem avec d’autres conceptions philosophiques moins connues en France : celles de #Boorse, #Engelhardt et #Nordenfelt. Il en ressort que les notions de santé et de maladie sont d’un maniement extrêmement délicat du fait de leur imprécision, sans doute irréductible, et du poids idéologique qui est le leur. Elles n’en sont pas moins centrales dans notre expérience et dans les enjeux politiques d’aujourd’hui. 288 pages, 25,50 €. En librairie aujourd'hui. #Vendredixit [Mensonges, vérité et État]
"Le plus terrible n’est pas que si peu de gens osent dire la vérité ; mais que si peu osent la penser. Et la foule innombrable a horreur de l’entendre. Ceux qui méconnaissent la vérité, c’est qu’ils ne sont pas capables de la voir ni de la penser en effet. Que de bravaches et de matamores sont des lâches sur ce champ de bataille. Partout, le cercle des gens au pouvoir, tyrans et leurs séides ou parlements et leur clientèle, sont les pépinières du mensonge et de la lâcheté. Le mensonge est la loi de la vie et de la Cité. La vérité cynique de la force est la loi de la nature. Mais, dans la Cité, cette vérité-là est un mensonge, et le pire. Il permet tous les attentats. L’État est le menteur et le faussaire absolus, à qui on ne demande pas des comptes, et qui n’en rend pas. L’homme n’est vrai que s’il s’élève au-dessus de la nature. L’État l’y aide ; mais il faut que l’homme le rende toujours plus inutile." André Suarès, 11 janvier 1939. Page 123 des textes rassemblés sous le titre "Contre le totalitarisme. Textes politiques (1920-1948)", dans la collection "Le goût des idées", en librairie mardi 14 mars.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 161 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :