Aux sources de l’Inde : la terre la plus cultivée

Extrait de Aux sources de l’Inde, l’initiation à la connaissance, de Nicole Elfi (2008), début du chapitre « La terre la plus cultivée » :

Nicole Elfi, Aux sources de l'Inde. L'initiation à la connaissance, Les Belles Lettres, 2008, 192 pages, 19,30 €

Nicole Elfi, Aux sources de l’Inde. L’initiation à la connaissance, Les Belles Lettres, 2008, 192 pages, 19,30 €

Le devoir sacré

Si c’était le devoir sacré des Maîtres de transmettre la connaissance et de guider l’étudiant à sa réalisation, il était celui des rois et des autorités de subvenir aux besoins de leurs savants, de leurs étudiants, leurs enseignants et chercheurs. De larges sommes étaient consacrées à l’éducation. Ceux qui n’avaient pas accès aux études védiques pouvaient recevoir la sagesse des Védas et des Upanishads au temple, où étaient organisées de fascinantes récitations du Râmâyana, du Mahâbhârata et des nombreux Purânas « afin que tous puissent entendre ». Ces séances commençaient à la tombée du jour et se déroulaient nuit après nuit pendant plus d’une semaine, village après village. Des récitants, érudits ou étudiants formés à cet effet, ont ainsi distillé le Dharma et propagé la culture de génération en génération à toutes les couches de la société. « La richesse des richesses est l’oreille, elle dépasse tout… même illettré, écoute, tu y trouveras un suprême réconfort dans la difficulté [1]» ; disait le grand poète tamil Tiruvalluvar. Les foules ne se faisaient pas prier.

Selon les anciens sages, tout le propos de l’éducation était une vie plus large au-delà de cette vie apparente. C’était la découverte d’une profondeur qui est la réalité humaine, sans laquelle l’homme se sent étranger à lui-même. Mettre l’enfant en rapport avec cette dimension afin qu’il puisse s’y épanouir était le but de l’éducation indienne : « puissé-je voir et entendre clairement et abondamment », telle est la prière répétée des Upanishads ; « puissent nos yeux voir le bon, nos oreilles entendre le bon ». Le but n’était pas seulement de fournir à l’intellect des informations, de former ce dernier à les recevoir et à les traiter, mais de l’entraîner à cultiver le silence.  Les sages s’intéressaient à la source de toute connaissance : pour obtenir la maîtrise du savoir et des sciences, ils avaient vu qu’il fallait « conquérir le mental et plonger dans l’océan du cœur[2] ». L’éducation suivait ce modèle.

Un système efficace

Jusqu’au XVIIIe siècle, un enfant étudiait cinq à quinze ans durant, et la plupart des villages avaient au moins une école. Filles et garçons, particulièrement des communautés d’ouvriers, d’agriculteurs et de commerçants, remplissaient ces écoles. « Il n’y a guère de village, grand ou petit, […] qui ne compte au moins une école, et davantage dans les plus grands villages ; elles sont nombreuses dans chaque ville et dans chacun de ses quartiers, où il est enseigné aux jeunes du pays la lecture, l’écriture et l’arithmétique selon un système si économique, moyennant une poignée ou deux de grains, au maximum une roupie par mois au maître d’école, en fonction des moyens des parents ; et un système en même temps si simple et efficace qu’il n’y a guère de cultivateur ou de petit marchand qui ne soit compétent dans le maintien de ses propres comptes, et ce avec une précision qui va à mon avis au-delà de ce que nous trouvons parmi les basses classes dans notre propre pays[3]… » Ainsi s’exprimait, en 1821, G.L. Prendergast, membre du Conseil de la province de Bombay, à l’occasion d’un recensement britannique des institutions pédagogiques en Inde. (Pages 89 à 92)


[1] Kural, 411 et 414.

[2] Ram Swarup, On Hinduism (New Delhi : Voice of India, 2000), p. 169.

[3] Cité par Dharampal in The Beautiful Tree (Coimbatore : Keerthi Publishing House & AVP Printers & Publishers, 1995), p. 58.

Tagged with: , , , , , , , ,
Publié dans Passerelles, Regards sur l'Inde
One comment on “Aux sources de l’Inde : la terre la plus cultivée
  1. Je lis et relis ce superbe livre. Merci a Madame Nicole Elfi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
#Repost @marievanmoere ・・・
"La guerre nucléaire inconnue sera sans fin. Aucun traité de paix ne pourra dissiper l'interminable poussière invisible et empoisonnée. La guerre de l'univers sera poursuivie par le vent."
LA GUERRE DE FACE
Martha Gellhorn (1908-1998)
Traduction Pierre Guglielmina
@lesbelleslettreseditions 
Recueil de reportages de guerres du XXème siècle (Espagne, Finlande, Chine, 2ème GM, Java, Vietnam, Six Jours, Amérique Centrale). #Repost @librairietropismes merci pour la mise en avant de notre #CollectionJapon serie Fiction !
・・・
Lisez de l'excellente Littérature japonaise @lesbelleslettreseditions #litterature #japon #roman #livre #book #conseildelecture #lire #bookaddict #bookstagram #instabook #Repost @rudy.nims ・・・
Mai 2015 // Les sens du poil (grec), Pierre Brulé.
#coverdesign #cover #black #orange #hairstyle #greekgod #godisahipster #hipster #lesbelleslettres #Repost @gorouben Mon #Kafka illustré dans la collection #EncreMarine NOUVEAUTÉ Flora, les fleurs dans l'Antiquité : recueil de textes antiques consacrés aux fleurs, cueillis et mis en bouquet par Delphine Lauritzen. Un entretien avec Alain Baraton, Jardinier en chef de #Versailles ouvre ce volume. Retrouvez-en un extrait sur le blog des Belles Lettres. #Botanique #Fleurs #Printemps #Jardins #Parcs #Nature #Poésie #Mythologie #Rose L'enfant à Rome ou en Grèce au temps de Périclès, lectures plaisantes et instructives de la collection Realia. En terrasse sous le laurier rose, dans votre lit, au travail, dans le train : où passez-vous ce lundi férié ? #Repost @jeromestavrog certains cherchent des œufs, d'autres la définition de l'âme ... bon week-end à tous !
・・・
WHY SO SERIOUS? Toutes les nouveautés de #Pâques sont en librairie ce jour (à faire défiler). Faites votre choix ! 🦉🌺🐰

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 165 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :