Poésie magique : les dix promesses de l’année

Nous publierons tout au long de l’année, dans une série littéraire dédiée, *Poésie magique*, de grands poètes dans leurs plus belles traductions, divinement illustrées.

La série de l’année : poésie magique


Aux Belles Lettres, après la série 2019 célébrant notre centenaire, la série 2021 sera essentielle, donc poétique.
Dans notre format semi-poche emblématique (12,5 x 19 cm), dix recueils de vers à la parure végétale paraîtront dès le printemps et jusqu’à la fin de l’automne. Chaque livre se feuillettera en traduction seule, choisie pour sa qualité littéraire. Il sera préfacé, légèrement annoté et orné d’illustrations en couleurs.
Le recueil d’Emily Dickinson, dont l’herbier a inspiré les couvertures irisées de la série, sera accompagné dès le 26 mai par Walt Whitman et la fratrie Brontë.
Pour la suite ? À la rentrée, nous entendons vous envoûter avec les splendides promesses de William Blake, John Keats ou encore Christina Rossetti, parmi les magiciens qui attendent de vous lancer leurs sorts…


Secrets de fabrication

Marquage à chaud, quadrichromie, film irisé, embossage… ces termes délicieux de l’imprimerie française composent eux-aussi une large partie des grands poèmes que recèle notre nouvelle série d’édition POÉSIE MAGIQUE… Vous les tenez peut-être déjà entre vos mains : comment ont-ils été fabriqués ? Nous entrouvrons les portes sur ce beau secret…


#1 • Émily Dickinson, Autoportrait au Roitelet

Autoportrait au Roitelet

Lettres à T.W. Higginson et aux sœurs Norcross 1859-1886, suivi de La Gloire est une abeille (Choix de poèmes) 1858-1881

Introduction, traduction et notes par Patrick Reumaux • Illustrations par Emily Dickinson en son herbier

La première édition de cette correspondance a paru en 1990, dans la traduction de Patrick Reumaux dans la collection Terre étrangère qu’il dirigeait chez Hatier.
Le choix de poèmes que le lecteur trouvera en seconde partie de volume est de Patrick Reumaux.
Les planches qui illustrent ce volume sont tirées de l’herbier qu’Emily Dickinson composa à l’âge de 14 ans.

XVIII + 286 pages • 23 planches couleurs • Livre broché, couvertures à rabats, 12.5 x 19 cm • 9782251452005 • 26 mai 2021 • 21,50 €

Voici ma lettre au Monde
Qui ne M’a jamais écrit –
Les simples Nouvelles que la Nature disait –
Avec une tendre Majesté
Emily Dickinson


Emily Dickinson (1830-1886) passe sa vie à Amherst, dans la propriété familiale.Tombe amoureuse d’un révérend, qui s’enfuit. Elle écrit des poèmes, ne sait pas ce qu’ils valent (ou fait semblant), prend pour maître un gandin célèbre, Thomas Wentworth Higginson dont la bêtise – un siècle a passé – irradie comme un soleil. Les années filant, elle sort de moins en moins, signe ses lettres « Votre Élève », écrit encore quelques vers, s’intéresse à tout ce qui meurt.

Quand elle commence à écrire aux sœurs Norcross, en 1859, Louise a seize ans, Frances treize. Vingt ans plus tard, elles n’ont pas grandi, sont pour Emily les mêmes petites filles imaginaires. Loo a toujours seize ans, Fanny treize. « Je souhaite que nous soyons enfants, écrit-elle à son frère. Je souhaite que nous soyons toujours enfants, comment grandir, je ne sais pas. »

La partie de la Correspondance ici traduite – Lettres à T.W. Higginson et aux sœurs Norcross – n’a pu l’être que grâce au remarquable appareil critique de l’édition américaine Harvard University Press. Les poèmes que l’on trouvera en seconde partie de volume parlent d’eux-mêmes.
Patrick Reumaux


#2 • Charlotte, Emily, Anne et Brandwell Brontë, Le Monde du Dessous

Le Monde du Dessous

Poèmes et proses de Gondal et d’Angria

Préface, traduction et édition par Patrick Reumaux • Illustrations choisies par Patrick Reumaux

Le Monde du Dessous de Charlotte, Emily, Anne et Patrick Branwell Brontë a d’abord paru, en 2006, aux Éditions Anabet.
C’est cette édition, établie et traduite par Patrick Reumaux, que nous reproduisons ici.
Les illustrations, inédites en volume, et, pour la plupart, dues au talent artistique des sœurs Brontë et de leur frère Branwell ont été choisies et légendées par Patrick Reumaux.

XXXIV + 300 pages • Illustrations couleurs • Livre broché, couvertures à rabats, 12.5 x 19 cm • 9782251451992• 26 mai 2021 • 21,50 €

Nous avons tissé une toile à l’enfance,
Une toile aérienne et ensoleillée
Et dans la prime enfance détecté une source
D’eau fraîche et non souillée.
Charlotte Brontë

Tout le monde connaît les sœurs Brontë :
Charlotte, Emily et Anne.
Mais le frère, Branwell ?
Et leur enfance dissimulée à inventer des mondes et des langages ?
À travers poèmes et proses inédits, ce recueil reconstruit le cheminement imaginaire – « le monde du dessous », écrivait Charlotte – au cœur de la création romanesque des Brontë et lui donne tout son sens.


#3 • Walt Whitman, Feuilles d’Herbe

Feuilles d’Herbe

Introduction, traduction et notes par Roger Asselineau • Illustrations par Margaret C. Cook

Feuilles d’Herbe a d’abord paru en 1956 dans la Collection d’Œuvres Classiques de la Littérature américaine, en traduction seule, grâce à l’admirable travail de Roger Asselineau.
Les illustrations de Margaret C.Cook, que nous reproduisons ici, ornaient l’édition de 1913 aujourd’hui très rare de
Leaves of Grass, publiée par J. M. Dent.

XXVI + 416 pages • 24 illustrations couleurs • Livre broché, couvertures à rabats, 12.5 x 19 cm • 9782251452012• 26 mai 2021 • 21,50 €

Camarade, ceci n’est pas un livre —
Qui touche ceci touche un homme.
Walt Whitman

« Il faut que je confesse que moi, un Toscan, un Italien, un Latin, je n’ai pas senti ce que voulait dire la poésie en lisant Virgile ou Dante et encore moins Pétrarque et le Tasse, poètes de luxe et par conséquent plus hommes de lettres que poètes, mais bien en lisant les énumérations puériles et les invocations passionnées du bon faucheur des Feuilles d’Herbe. »
Giovanni Papini, Ritratti Stranieri, 1908-1921.

Tout afficher