La série du Centenaire des Belles Lettres | 1919-2019

À l’occasion de leur 100 ans d’édition, Les Belles Lettres rendront hommage tout au long de l’année aux classiques publiés dans les collections de la maison. Que vous les connaissiez ou non, les textes réunis dans la série du Centenaire célèbrent le plaisir toujours neuf de la lecture. Vous y croiserez des histoires d’amour et d’héroïsme mais aussi des métamorphoses antiques, vous y apprendrez comment bien régner et comment vous détacher de vos soucis de mortels, vous y contemplerez la nature en philosophe et en poète.

Les livres du Centenaire se présentent en traduction seule, illustrée par de jeunes artistes contemporains et dans le format emblématique de la maison (12 x 19 cm). L’occasion pour chacun d’emporter avec soi Ovide, dès le mois de janvier, Machiavel et Apollonios de Rhodes en février, Homère et Lucrèce en mars et avril, Épictète et l’Anthologie grecque en juin. La suite du programme vous sera dévoilée au début de l’été…

Ovide, Les Métamorphoses

Texte présenté et traduit par Olivier Sers – Illustrations par Marguerite Carnec

464 pages – 19 €

Les Métamorphoses d’Ovide (43 av. J.-C.-17 ap.) sont pour la poésie latine une sorte de livre des records, de longueur (11995 vers évoquant ou narrant 250 métamorphoses en quelque 150 épisodes), mais aussi de variété des genres, des styles et des procédés narratifs. Couvrant toute l’histoire du monde, du chaos originel au temps d’Auguste où écrit le poète, sorte d’œuvre-univers dont la structure labyrinthique fait un véritable et fascinant palais des mirages, « Légende dorée » ou « Vatican du paganisme », « Mille et une nuits de l’Antiquité » elles s’ouvrent sur un récit de la Genèse et s’achèvent, après un long et passionnant prêche philosophique prononcé par Pythagore (569-475 av. J.-C.), sur la promesse de divinisation de l’empereur régnant et d’immortalité du poète, après avoir offert au lecteur, sans jamais l’ennuyer, une profusion de récits épiques et de contes burlesques, édifiants, émouvants ou galants, dont la postérité n’a cessé de recycler les inépuisables joyaux.

Je veux dire l’histoire et les métamorphoses
Des formes et des corps.
Dieux, c’est votre œuvre aussi :
Inspirez mon poème et guidez-en le fil
De l’aurore du monde au matin d’aujourd’hui !

I, 1-4

Feuilleter au format

Olivier Sers a déjà publié aux Belles Lettres des traductions versifiées de Virgile, (L’Énéide, 2015), Catulle (Le Roman de Catulle, 2004), Lucrèce (De la nature, 2012), d’Ovide (De l’amour, 2016 et Contre Ibis, 2017), Sénèque (Tragédies, 2011), des poètes néo-latins de la Renaissance Jean Second et Michel Marulle (Les Baisers/ Épigrammes, 2006), mais aussi des traductions non versifiées de romans et satires avec Pétrone (Satiricon, 2002), Juvénal (Satires, 2002) et Apulée (Les Métamorphoses ou l’Âne d’or, 2007). Son impressionnante entreprise de traduction a été saluée à de nombreuses reprises. Voir ses traductions

En librairie le 11 janvier 2019


Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques

Texte traduit et indexé par Francis Vian et Émile Delage. Présente édition préfacée par Glenn W. Most annotée par Laure de Chantal. Illustrations par Benjamin Tejero

352 pages – 21 €

Le poème d’Apollonios relate la fameuse histoire de Jason,
« cestui-là qui conquit la toison », grâce à Médée, la sorcière de Colchide, et à Athéna, la déesse qui le protège depuis la proue de l’Argô. Si le mythe est connu, la vie du poète nous est plus obscure. D’Apollonios nous savons qu’il naquit, non pas à Rhodes, mais à Alexandrie, en 295 avant J.C., qu’il fut le récepteur de Ptolémée III Evergète, et sans doute qu’il devint le directeur de la bibliothèque d’Alexandrie. Il dut s’exiler à Rhodes, mais les raisons de cet exil ne nous sont pas connues. Ce grand érudit ne se cantonna pas à la poésie épique et écrivit des œuvres philologiques dont un Contre Zénodote et un commentaire d’Hésiode, ainsi que des récits étiologiques. Mais sa plus grande œuvre est sans nul doute Les Argonautiques, long poème épique réussissant à mêler à la tradition homérique l’érudition qui charmait le public de la période alexandrine.

Je rappellerai les exploits de ces héros
d’autrefois qui, par la bouche du Pont
et à travers les Roches Kyanées,
sur l’ordre du roi Pélias, menèrent
vers la toison d’or la solide nef Argô.

En librairie le 8 février 2019


Machiavel, Le Prince

En librairie le 15 février 2019

Traduction de Paul Larivaille, texte établi par Mario Martelli

Illustrations de
Benjamin Van Blancke

Version intégrale – 320 pages

Détails à venir !

Homère, Iliade

En librairie le 08 mars 2019

Traduction de Paul Mazon
Illustrations de Léopold Prudon.

Version intégrale – 550 pages

Détails à venir !

Lucrèce, De la nature

En librairie le 12 avril 2019

Traduction d’Alfred Ernout
Illustrations de Scott Pennor’s

Détails à venir !

Epictète, Entretiens

En librairie en juin 2019

Traduction de Joseph Souilhé, illustrations de Benjamin Tejero

Détails à venir !

Anthologie grecque

En librairie en juin 2019

Une anthologie foisonnante dont la réception française actuelle a nécessité un vaste travail collectif. La présente édition réunit, en traduction seule, 16 livres, publiés entre 1936 et 2011 dans la Collection des Universités de France, repris, annotés et préfacés par Pierre Laurens.

lllustrations de Marin Martinie

Détails à venir !

Tout afficher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s