Ouverture du Corpus aristotélicien traduit et commenté par Michel Federspiel : Du Ciel

Parution en 2017 de 11 traités d’Aristote en 5 volumes. Plan de la série :

1. Du ciel (en librairie le 16 janvier 2017)

Le traité Du ciel est l’un des plus importants traités de cosmologie que nous a transmis l’Antiquité : Aristote y livre sa conception de l’univers, qui l’emportera sur les autres modèles et connaîtra une fortune plurimillénaire.

2. Problèmes mécaniques, Des lignes insécables (à paraître en mars 2017)
3. Des couleurs, Des sons, Du souffle (à paraître)
4. Du monde, Du vent, Des plantes (à paraître)
5. Histoires merveilleuses, Physiognomoniques (à paraître)

À propos du corpus aristotélicien et de Michel Federspiel (1941-2013)

Extrait de Aristote, Du Ciel, Préface de Aude Cohen-Skalli. Nous avons ici supprimé les notes de bas de page présentes dans le volume.

La série des cinq volumes qui s’ouvre avec le De caelo trouve avant tout son unité dans la figure du savant qui en a réuni la matière, Michel Federspiel (1941-2013). Traducteur de textes scientifiques et techniques, et spécialiste de la langue des mathématiques grecques, il enseigna à la Faculté des Lettres de l’Université de Clermont-Ferrand durant toute sa carrière (1966-2002). C’est au début des années 1970 qu’il conçut le projet de traduire et commenter les onze traités  présentés ici [liste ci-dessus], un projet qui couvre plus du dixième du corpus aristotélicien et qu’il poursuivit jusqu’à sa mort. Hormis le long De caelo, édité dans la Collection des Universités de France, et que l’on considère aujourd’hui comme authentique, tous les autres petits traités sont des « opuscules » qui ne sont plus attribués à Aristote, et qui pour la plupart n’ont pas été traduits en français. Le travail publié ici vient donc combler une lacune en donnant pour la première fois au lecteur français une traduction commentée de ces textes.
Durant ces quarante années de travail, les recherches de Michel Federspiel furent ponctuées de plusieurs études préparatoires sur le corpus d’Aristote. C’est peut-être avant tout l’opuscule De lineis insecabilibus qui attira l’attention du spécialiste des textes techniques qu’il était. Un article fondamental, publié en 1981, posait les jalons de ce qui devait aboutir dans la traduction commentée présentée ici : il offrait un aperçu de l’histoire du texte et quelques éléments de critique textuelle, prolégomènes à une nouvelle édition. En 1992, il fut amené à interpréter certains passages du De caelo, sous la forme d’études d’histoire des sciences (expliquant la loi aristotélicienne du mouvement des projectiles), ou de linguistique (sur un système de notation que l’on trouve dans les textes mathématiques antérieurs à Euclide). D’autres recherches sur ces opuscules suivirent, qui élargissaient parfois le champ à d’autres textes que Michel Federspiel avait abordés en étudiant Aristote, comme en 2003 le traité De ventis de Théophraste. Dans toute son œuvre se dessine une constante : Michel Federspiel fut un savant réellement novateur, qui ouvrit des pistes de recherches dans le domaine de la langue mathématique grecque jusque là méconnues des hellénistes et des historiens des sciences, et réintroduisit dans le champ des études littéraires l’exploration des corpus techniques et scientifiques que nous a transmis l’Antiquité grecque. Son apport est en cela fondateur.
Le De caelo traduit et commenté dans ce volume donne les fondements de la cosmologie aristotélicienne. Divisée en quatre livres, l’œuvre apparaît plutôt comme l’assemblage de morceaux distincts ayant trait au thème de la cosmologie. Aristote y montre que l’univers obéit à des lois physiques et structurelles qui ont un caractère nécessaire et dans lequel les données de l’expérience n’ont que peu d’importance. Il y élabore le Tout comme une structure articulée. Le De caelo connut une influence exceptionnelle : c’est en partant de ce modèle aristotélicien de l’univers que Ptolémée constituera par la suite son système, plaçant la terre au centre du monde, une vision qui l’emportera sur les autres à travers tout le Moyen Âge. Le schéma géocentrique ne sera remis en question qu’à la Renaissance avec les découvertes de Copernic, qui place le soleil au centre de son système, et celles de Galilée. La cosmologie d’Aristote a ainsi servi de base à un système de près de deux millénaires. […]

NOTE À L’ATTENTION DU LECTEUR

Le lecteur de La Roue à Livres trouvera une série de volumes plus érudite que de coutume : le commentaire donne souvent les textes en grec, et le traducteur intervient parfois sur le texte de référence, concevant son travail à mi-chemin entre une traduction annotée et une véritable édition critique. Autre différence, mineure : à l’exclusion des Mirabilia, le commentaire n’est pas donné sous la forme de « notes » à proprement parler, signalées dans la traduction par des appels de notes. Il l’est sous la forme d’un commentaire linéaire, qui suit la division traditionnelle du texte (la numérotation Bekker). Le lecteur ne s’en effraiera pas : si le travail conçu par Michel Federspiel a été respecté, il est donné ici avec tous les outils nécessaires, car le grec est systématiquement traduit et les articulations du texte sont très nettement scandées dans la traduction. Le travail de Michel Federspiel a été suivi aussi fidèlement que possible, quand bien même les réviseurs n’ont pu dialoguer avec celui-ci sur des questions qu’ils auraient aimé lui poser. La bibliographie complémentaire et les index ont été dressés par les réviseurs. Les additions ainsi que les notes figurant entre crochets doubles sont dues également aux réviseurs.

 

 

 

 

 

Tagged with: , , , , , , , , ,
Publié dans Antiquité, Moyen Âge, Classiques de l'histoire des idées, Grèce antique, Sources

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
#Vendredixit Olympe et Élysée ou la vertu en politique
S’inspirant des œuvres d’ #Aristophane, Frédéric Lavère nous livre une parodie contemporaine qui dresse l’inventaire des vices et des vertus en #politique. Une tragédie comique qui n’épargne aucun des débats sociétaux actuels.

#Théatre > #satire #parodie #pouvoir #Diriger #Elysée #Olympe #Média #CollectionTibi #Tibi #Humour #Littératurecontemporaine NOUVEAUTÉ Littérature antique > IIe siècle, #Rome #Grecancien > #Mythologie #Religionsantiques #satire #parodie #Bilingue #Livredepoche #Classiquesenpoche
Lucien, Dans les secrets des dieux : Au IIe siècle de notre ère, alors que le #christianisme gagne en puissance et que les #cultesàmystères connaissent un grand succès dans le Bassin méditerranéen, #Lucien exprime sa méfiance face à la superstition et aux bizarreries de certaines religions.
Anne-Marie Ozanam, professeur de première supérieure au lycée Henri IV de Paris, a introduit et traduit cette sélection de textes de Lucien revisitant la mythologie traditionnelle.
Un extrait se trouve sur le blog des Belles Lettres. NOUVEAUTÉ Histoire > Société > Armée française
La #Guerre , et après ... de Pauline Maucort dans la collection #MémoiresDeGuerre
"Dans ce livre, ils sont neuf revenant d’ #Afghanistan, du #Mali, de #Centrafrique. Ils racontent la guerre, et ce qu’elle leur a fait : les blessures physiques, les traces invisibles qu’elle laisse dans leur esprit et les répercussions dans leurs foyers."
Un extrait se trouve sur le blog des Belles Lettres.
#Armée #France #Opex #SoldatsFrançais #LesBellesLettres #Témoignages #FranceCulture #RFI HISTOIRE GÉNÉRALE DE LA CHINE / Inédite
Premier volume (sur dix) en librairie - Les Dynasties Qin et Han (221 av. J.-C. - 220 apr. J.-C.) : Une lecture plaisante sur l'Antiquité chinoise, illustrée en couleur, par les meilleures spécialistes ! Découvrez un extrait  sur le blog des Belles Lettres.
#Chine #ChineClassique #Xian #PremierEmpereurdeChine #Qin #Han #DynastieQin #DynastieHan #Antiquité  #AntiquitéChinoise #HistoireAncienne #LesBellesLettres #Vendredixit 7 Porté au rang des classiques chinois, La Dispute sur le sel et le fer retranscrit les répliques échangées en 81 avant J.-C. au cours d'un conseil impérial,  dont le point de départ est la question du monopole du sel et du fer, décrété quarante ans plus tôt comme moyen de renflouer le Trésor épuisé par la guerre contre les Huns et quelques autres barbares. Il s'ensuivra une controverse générale sur la manière de gouverner, entre d’une part, des tenants de l’école des Lois, pour lesquels les questions de morale n’ont aucune part à tenir dans le domaine politique, et d’autre part, des érudits confucéens et des sages.
Ce texte, transmis par Huan Kuan dans la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère, constitue à la fois un témoignage de première main et sans fard sur les conditions de vie concrètes et sur les mœurs politiques de cette époque lointaine, et une mine de réflexions atemporelles sur l’art de gérer une société.
#BibliothèqueChinoise #HistoiredeChine #Antiquité #AntiquitéChinoise #Gouverner #Diriger #Débat #Lettrés #Confucianisme #Monopole #Réformateurs #Progressistes #Classiques #LesBellesLettres NOUVEAUTÉ Histoire romaine
#Brutus. La République jusqu'à la mort, textes réunis et commentés par Alain Rodier.
« Toi aussi, mon fils… » C'est à ce cri de Jules César que Marcus Junius Brutus doit sa célébrité. Né vers 85 av. J.-C., Brutus n'est pas le fils de#César, mais celui de sa maîtresse Servilia. C’est un jeune homme brillant que le grand général a pris sous son aile protectrice, le pensant promis à un grand avenir. Pourtant, le 15 mars de l’an 44, Brutus est l’un de ceux qui percent de vingt-trois coups de poignards le corps de César. Les conjurés reprochent à celui qui vient d’être proclamé dictateur à vie d’avoir piétiné une République déjà moribonde au profit de sa toute-puissance. Pire, on le soupçonne de vouloir être fait roi.
S’il n’est pas l’instigateur du complot, Brutus en a pris la tête, poussé par les Républicains, en raison de sa réputation d’homme vertueux et de grande rigueur morale. Mais, faute d’un projet élaboré, l’attentat se solde par un fiasco politique. Poursuivi par la haine de Marc Antoine, qui se pose en vengeur de César, Brutus choisit l’#exil.
Féru de philosophie, ami de Cicéron, Brutus n’aime ni la violence, ni la guerre. S’il fait couler le sang de César, c’est au nom d’un idéal de liberté et de justice. S’il lève des légions avec son complice Cassius, c’est dans l’espoir de rétablir la République d’antan. Mais c’est encore un échec. Brutus meurt en octobre 42 à la bataille de Philippes, défait par Marc Antoine et Octave, le futur empereur Auguste.
Une histoire aux multiples rebondissements entre amitié et trahison, idéalisme et duplicité, que nous racontent Plutarque, Appien, Suétone, Dion Cassius, Nicolas de Damas et Cicéron. #Rome #RépubliqueRomaine #GuerresCiviles #JulesCésar #RomeAntique #EmpireRomain #Pouvoir / Un extrait à lire sur le blog des Belles Lettres. NOUVEAUTÉ #Philosophie
Professeur émérite à la #Sorbonne, lauréat du Grand Prix de Philosophie de l’ #Académiefrançaise, Jean-François Marquet est l’auteur d’une œuvre inclassable, aussi érudite qu’élégante, aussi puissante qu’inexplicablement claire, dont le propos rare fait résonner le timbre d’une voix d’exception. «Avant de quitter cet ouvrage, le dernier, sans doute, que nous proposerons au public, nous voudrions aussi remercier les lecteurs et les auditeurs qui, depuis plus d’un demi-siècle, ont bien voulu nous conserver leur attention et dont certains sont devenus des amis. Peut-être auront-ils remarqué, à travers tous ces textes, une orientation, d’abord tâtonnante, puis de plus en plus consciente vers une étoile unique que nous appelons Singularité. À défaut d’autre mérite, cette aimantation donne à notre humble vie un axe et une certaine cohérence. Et nunc dimittis servum tuum, Domine. » Jean-François Marquet.
#Schelling #Pascal #Ravaisson #Simondon #Nietzsche #Dante #Bergson #Corbin #Heidegger #Hegel #Schopenhauer #Kant #Rosenzweig #Philosophieallemande #Phénoménologie/Sommaire détaillé sur le site des Belles Lettres, section Nouveautés.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 151 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :