Alain Leygonie, Les Odeurs (extrait)

Leygonie.jpg

Extrait du recueil Les Odeurs d’Alain Leygonie, paru aux Belles Lettres en mars 2016 (coll. « l’Exception ») :

 

Le pain

Le pain sent bon quand il est chaud. Quand il sort du four, le pain a un parfum délicieux. Un parfum de dimanche matin de fête au village (le charme opère aussi les jours de semaine : grâce à lui, c’est un peu tous les jours dimanche).

C’est une odeur dorée, généreuse, optimiste. Quel que soit le jour de la semaine, aussi débordé que l’on soit, il fait bon attendre son tour dans une boulangerie où se pressent des gens de toute sorte, de toute condition ; on ne s’ennuie pas par une odeur pareille, on ne voit pas passer le temps et l’on oublie un peu ses malheurs. Dans la file d’attente, grâce à la bonne odeur de pain frais, les pauvres se croient riches, les désespérés reprennent espoir, les solitaires se sentent un peu moins seuls et les vieux se sentent rajeunir (en cas de malheur ou de dépression grave, faire un bref séjour chaque matin dans une boulangerie).

En attendant son tour, on pense à la femme du boulanger (le film), à la célèbre fournée des retrouvailles, au petit pain en forme de cœur que le cocu merveilleux offre à l’infidèle ; ou bien on se remémore « Les Effarés », le beau poème de Rimbaud : À genoux, cinq petits – misère ! – / Regardent le boulanger faire / Le lourd pain blond…

On pense du coup au boulanger qui travaille en coulisse (en cachette), qui baigne chaque jour dans l’odeur et qui est au chaud l’hiver pendant que dehors on se gèle. On l’envie, on songe un instant à changer de métier, on donnerait cher pour être à sa place. Il vaut peut-être mieux ne pas être à sa place, on est bien où on est : la boulangerie est un dur métier, beaucoup plus dur que ce qu’on croit.

 

À cet instant, penché de bon matin sur ma feuille tandis que les boulangers enfournent, je repense à l’époque bénie où le père (le mien) faisait le pain avec la farine du blé qu’il avait semé, moissonné et fait moudre. Du pain pour la semaine, des tourtes de deux ou trois kilos. Il attaquait avant le jour, on était réveillés par les coups du boutoir de la pâte contre le bois dur de la maie. Ploum ! Ploum ! Ploum !… C’est à bras raccourcis que le père travaillait la pâte. Ce que font aujourd’hui les machines, il le faisait à la main et il fallait voir le résultat.

Le résultat, le fin du fin, c’était la bonne odeur de pain chaud qui se répandait l’hiver (je dis l’hiver, car c’est par temps froid qu’on l’appréciait le mieux), à la nuit tombée, autour de la maison et même au-delà. Enfermée, concentrée longuement au moment de sortir le « lourd pain blond », elle envahissait la cour, courait sous le tilleul, gagnait tout le voisinage pour aller se perdre dans les champs – se perdre en remerciements à la terre.

La boucle est bouclée. Le lien est fait entre le pain et la terre, entre l’odeur et la terre, entre la terre et le ciel.

 

Tagged with: , , ,
Publié dans L'inattendu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
#Repost @marievanmoere ・・・
"La guerre nucléaire inconnue sera sans fin. Aucun traité de paix ne pourra dissiper l'interminable poussière invisible et empoisonnée. La guerre de l'univers sera poursuivie par le vent."
LA GUERRE DE FACE
Martha Gellhorn (1908-1998)
Traduction Pierre Guglielmina
@lesbelleslettreseditions 
Recueil de reportages de guerres du XXème siècle (Espagne, Finlande, Chine, 2ème GM, Java, Vietnam, Six Jours, Amérique Centrale). #Repost @librairietropismes merci pour la mise en avant de notre #CollectionJapon serie Fiction !
・・・
Lisez de l'excellente Littérature japonaise @lesbelleslettreseditions #litterature #japon #roman #livre #book #conseildelecture #lire #bookaddict #bookstagram #instabook #Repost @rudy.nims ・・・
Mai 2015 // Les sens du poil (grec), Pierre Brulé.
#coverdesign #cover #black #orange #hairstyle #greekgod #godisahipster #hipster #lesbelleslettres #Repost @gorouben Mon #Kafka illustré dans la collection #EncreMarine NOUVEAUTÉ Flora, les fleurs dans l'Antiquité : recueil de textes antiques consacrés aux fleurs, cueillis et mis en bouquet par Delphine Lauritzen. Un entretien avec Alain Baraton, Jardinier en chef de #Versailles ouvre ce volume. Retrouvez-en un extrait sur le blog des Belles Lettres. #Botanique #Fleurs #Printemps #Jardins #Parcs #Nature #Poésie #Mythologie #Rose L'enfant à Rome ou en Grèce au temps de Périclès, lectures plaisantes et instructives de la collection Realia. En terrasse sous le laurier rose, dans votre lit, au travail, dans le train : où passez-vous ce lundi férié ? #Repost @jeromestavrog certains cherchent des œufs, d'autres la définition de l'âme ... bon week-end à tous !
・・・
WHY SO SERIOUS? Toutes les nouveautés de #Pâques sont en librairie ce jour (à faire défiler). Faites votre choix ! 🦉🌺🐰

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 165 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :