Aristote, Poétique, livre II (résumé par les Boloss des Belles Lettres)

IOLO.jpg

Les Boloss des Belles Lettres ont retrouvé le mythique livre II de la Poétique d’Aristote ! Voici leur résumé :

 

La vérité si t’as lu le pavé d’Umberto Eco le dauphin toi aussi tu t’es bien astiqué le berlingot sur le livre 2 de la Poétique de tonton Aristote plus sulfureux que Fifty Shades of Grey et qui se refile comme la cassette dans The Ring limite ça te bouyave la caboche alors que t’as même pas lu deux pages !!!! eh ouais magueule mais nous comme on est des gros bibliobossophiles on l’a retrouvé sur une p’tite clé USB Hello Kitty que le king de la sapience occidentale il avait hacké sur un torrent chelou des Bronzés font du ski !!!! donc en EXCLU MONDIALE on te balance la vérité pure à 99% de crystal meth : le livre 2 c’est parti Milou !!!!! et aboie pas trop fort svp !!! lol sacré Milou !!!!!

Donc dans cette deuxième partie de l’opus fondateur de l’esthétique classicos Aristote il traite de la comé- die aka « le bon délire » mais bon comme il a déjà tout donné dans le Livre 1 il se fait pas chier il met l’ambiance direct « en fait tout ce que j’ai dit avant sur la tragédie hey ho eh bah c’était que de la grosse merde looooooooool !!!!! » grosse patate en pleine lucarne olive et tom ils chialent roulés en boule dans les vestiaires de la pensée grecque !!!! mais c’est pas fini parce qu’Aristote il a la chaleur torride de la sangria qui lui retraverse la surface de réparation mentale et il pose LE MYTHO TOTAL qui va transcender la base de la rigolade pour les 3 000 ans à venir !!! il marcelbélivote tous les baltrous qui suivent à la lettre ce qu’il dit !! bref un putain de cramé de théoricien !!!!

Après cette barre aristotélicienne et comme c’est pas non plus un tocard il lâche la purée sur l’idée même de rigolade mais bon comme à chaque fois avec Aristote c’est là qu’il devient vla pète couilles !! donc ça commence par une putain de typologie du délire et là t’as le droit à l’inventaire complet des déconneurs du monde entier : les youtubeurs puceaux les blagues de tonton cisra les blagues de babtou les battle en mode Yo Mamma les charades putrides les putain de jeux de mots d’OASIS tout le monde y passe !!!!

De cette typologie posée il tire un principe qui claque comme une punchline à Kaaris : « le délire est le premier moteur du iolo (c’est ΙΟΛΟ pour les hellénistes sûrs !!!! genre Salakis !!!!) » aussi toujours d’après le Fred & Jamie de la sagesse hellène c’est ça qui enjaille dans les épopées comiques d’Homère comme le recueil « Sens mon doigt Polyphème » et les pièces de théâtre d’Aristophane genre « Athéna Niquait mdrrrrr » !!! mais aussi plus curieusement le délire gore de Kratos le chauve zehef même si reconnaît Aristote « On peut être bon délire et pas bon esprit en même temps !!! »

Après toi normal tu veux du tuto de la rigolade genre comment c’est qu’on fait pour se la taper cette petite barre oklm fdp ???? alors Aristo comme il se fait pas trop chier et qu’il doit retourner faire un ping-pong dans l’acropole il dit « normal si c’est moyen drôle tu dis lol si c’est un bon délire tu dis mdr et si t’en peux plus de ta vie t’as changé ton slipo trois fois tu lésines pas sur les r et t’envoies la marade ptdrrrrrr !!!!! » et là le p’tit puceau il va dire « mais si je me tape pas des barres chef ??? » et là Aristotebag il va dire « eh ben garde la pêche mdrrrr !!!!!! » grosse mise en pratique de sa théorie lui-même si il sait comment les choses se passent !!!

Alors quand même avouez pour finir on peut se demander si ce p’tit livre 2 vaut le coup vu la masse de conneries interstellaires que balance Aristote donc à notre avis il a bien fait de le paumer dans le trou de ses chiottes et que Gutenberg s’emmerde pas à l’éditer en pléiade pour les tubaabs de l’intellect !!!! donc voilà c’est le livre fantôme et Luigi’s Mansion c’est Adibou avec une bebar c’est Demis Roussos qui pose un breakdance et le kiff au bon lait de brebis c’est la Poétique Livre 2.

 


 

 

Pour aller plus loin :

 

Aristote, Poétique. Tome II, Les Belles Lettres, Paris, 2035, 156 p.

Landry-Beaulieu (Victoire), Typologie de la barre chez Aristote, W.T.F., Sèvres, 1965, 104 p.

Udinesi (Annabella), Ridendo : era tutto in su, Ortaggio Edizione, Fiumefreddo Di Sicilia, 1249, 367 p.

Tout afficher

2 commentaires

  1. J’avoue être choqué de trouver dans les belles lettres un ramassis aussi vulgaire à propos de poétique. Je ne porte pas de jugement sur le fond mais sur la forme. Je trouve que la langue de Molière qui vaut celle de Shakespeare est déjà assez malmenée par le pseudo langage informatique pour se livrer à un tel massacre sous votre responsabilité. Cordialement. René Tendron.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s