Amour et Psyché (extrait)

Romans grecs et latins.jpg

Extrait de la nouvelle traduction des Métamorphoses d’Apulée par Danielle van Mal-Maeder, incluse dans le volume Romans grecs et latins, paru aux éditions des Belles Lettres en janvier 2016 sous la direction de Romain Brethes et Jean-Philippe Guez :

 

Psyché se retrouve donc seule – sauf qu’avec les Furies qui l’assaillent et la harcèlent, elle n’est pas seule. Ballottée par le chagrin comme par une mer déchaînée, elle a beau avoir pris sa décision, assis sa résolution, au moment d’approcher sa main du crime, elle hésite encore, elle vacille, déchirée entre toutes les émotions que le désespoir provoque en elle : elle s’impatiente, hésite, brûle, tremble, doute, se fâche et, comble du comble, dans un même corps elle hait la bête, elle aime le mari.

Mais le soir traînait déjà derrière lui. Avec fébrilité, elle met en place les dispositifs de son abominable forfait. La nuit était là ; le mari était là. Lorsqu’il eut disputé ses joutes amoureuses, il sombra dans un profond sommeil.

Psyché, d’ordinaire si faible de corps et d’esprit, rassembla ses forces, soutenue par la cruauté du sort. Elle sortit la lampe et saisit le poignard, montrant l’audace de l’autre sexe, comme métamorphosée. Mais sitôt qu’elle eut avancé la lampe et jeté la lumière sur les mystères du lit conjugal, elle vit de toutes les bêtes l’animal le plus doux et le plus exquis qui fût, Cupidon en personne, le dieu splendide, dormant dans toute sa splendeur. À cette vue, même la lumière de la lampe se mit à crépiter joyeusement, tandis que le poignard à la pointe sacrilège étincelait de plus belle. Quant à Psyché, effrayée par cette vision inouïe, l’esprit égaré, chancelante, pâle et défaite, elle tomba à genoux, toute tremblante, et chercha à enfouir le fer – mais dans sa propre poitrine – ce qu’elle eût certainement fait si le fer, par crainte de commettre pareille abomination, n’avait glissé de ses mains téméraires et ne lui avait échappé.

Épuisée, à l’agonie, elle ne se lassait pas de contempler la beauté du divin visage, et bientôt son esprit reprit vie. Ce qu’elle vit, c’était une tête dorée avec une chevelure admirable, imprégnée d’ambroisie, et sur sa nuque blanche comme le lait, sur ses joues rosées, des boucles de cheveux qui musardaient ça et là et s’enchevêtraient gracieusement, qui ondulaient par devant et ondulaient par derrière, brillant d’un tel éclat que même la lumière de la lampe en vacillait. Sur les épaules du dieu ailé, des plumes humides de rosée étincelaient de blancheur, comme l’éclat d’une fleur, et bien que ses ailes fussent au repos, à leur extrémité, un petit duvet tendre et délicat batifolait, frémissant et frissonnant sans fin. Le reste de son corps, lisse et brillant, était tel que Vénus ne pouvait regretter de l’avoir engendré. Aux pieds du lit reposaient l’arc, le carquois et les flèches, armes bienfaisantes du puissant dieu.

Psyché ne peut rassasier son esprit et, curieuse comme elle est, elle examine, elle palpe, elle admire les armes de son mari. Elle tire une flèche du carquois, en éprouve la pointe de son pouce ; sa main tremble encore, elle appuie un peu trop fort : la piqûre est profonde et quelques gouttelettes d’un sang vermeil perlent à la surface de la peau. C’est ainsi que sans le savoir Psyché se prend elle-même à l’amour de l’Amour. Alors elle brûle de plus en plus de désir pour le dieu du Désir : elle se penche sur lui, haletante, pantelante, le dévore fiévreusement de baisers brûlants, redoutant d’écourter son sommeil. Ébranlée par tant de bonheur, elle vacille, le coeur défaillant, et voilà que la lampe, soit infâme perfidie, soit malfaisante jalousie, ou encore parce qu’elle brûle elle aussi de toucher ce corps si beau, comme pour l’embrasser, laisse couler une goutte d’huile bouillante du bout de sa mèche sur l’épaule droit du dieu…

 

… la suite dans les Romans grecs et latins !

 

 

 

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Rome, jusqu'à Constantin, Sources

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :