Self-sécurité : le phénomène des super-héros

22510100881950L

Pierre-Olivier Drai, Self-sécurité. Le retour de l’individu dans la sécurité, coll. Les Insoumis, 2015, 110 pages, 9€

Pierre-Olivier Drai est un spécialiste des questions de sécurité personnelle. Il travaille dans la veille informationnelle, la protection contre l’espionnage industriel et la sécurisation des expatriés. Voici un extrait de son essai récent, Self-sécurité. Le retour de l’individu dans la sécurité, dans la collection « Les Insoumis ». Du quartier des Pâquis de Genève au burgernet des Pays-Bas, ce livre met en évidence le rôle fondamental que chacun joue dans la sécurité commune. L’individu n’est ni sans moyen ni sans défense face au crime et à la délinquance. À lui d’exercer ses droits et d’assumer ses devoirs. Au fameux « mais que fait la police ? », l’auteur rétorque « mais que fait le citoyen ? ».

Le phénomène des super-héros
Historiquement né au Mexique mais popularisé aux États-Unis, le mouvement des real life superheroes (RLSH) s’implante lentement en France. Civils le jour, super-héros la nuit, voici des citoyens ordinaires fiers de leur double vie, terme qui, pour une fois, ne reçoit pas une connotation péjorative.
Aux États-Unis le Rain City Superhero Movement (fondé en juillet 2013 et dissous en mai 2014) réunissait jusqu’à une vingtaine de membres. Inspiré des comics et d’une tradition volontiers plus volontariste en matière de sécurité individuelle ou collective, le mouvement s’est solidifié à la suite de films comme Kick-Ass. Aux États-Unis, il n’est pas rare de les voir patrouiller armés (armes blanches) puisque la législation le permet mieux. Les super-héros américains se sont targués d’un bilan assez impressionnant, néanmoins leur action a aussi fait l’objet de controverses sur l’usage de la force et les relations avec la police ont été souvent difficiles (caractérisées notamment par l’arrestation de plusieurs de leurs membres).
En France les RLSH se réunissent sous la bannière des Défenseurs de France, on en trouve également au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens.
Ces hommes et ces femmes masqués adaptent leurs actions selon les cultures dans lesquelles ils vivent. En France, ils concentrent leurs actions auprès des SDF à qui ils prêtent une oreille attentive, donnent de l’eau et/ou des barres énergisantes.
Dans un pays comme dans l’autre, ils n’hésitent pas à intervenir pour aider leur prochain contre une agression.
Loin d’être un phénomène anecdotique, les RLSH endossent la responsabilité d’intervenir dans une société où la croyance populaire n’accorde plus la même confiance en l’État et dans les forces de l’ordre. Dans les entretiens accordés aux médias français qui se sont penchés sur eux ou sur leur site internet, il apparaît que le discours des RLSH est apolitique au sens partisan du terme : ni gauche, ni droite, ni centre, ni extrême.
Un discours soucieux d’être le fil qui recoud le tissu social. En revanche, leur discours est fondamentalement politique au sens où il intéresse l’ensemble de la cité et permet de s’interroger sur ce qu’il convient de faire face à la violence et à la misère. En ceci donc, il n’y a rien d’anecdotique.
Si la forme extérieure (les tenues, les masques, les surnoms) s’inscrit dans l’imaginaire des comics américains, elle construit également du symbole, des figures reconnaissables que l’on ne peut confondre avec les forces de l’ordre (dont l’usurpation de fonctions est un délit). Il conviendra de voir avec le temps comment les RLSH français trouveront leur point d’équilibre avec les autorités nationales. (Pages 36-38)


Voir aussi :

22510100416710L

Thomas Berns, Laurence Blesin, Gaëlle Jeanmart, Du Courage. Une histoire philosophique, coll. Encre Marine, 2010, 304 pages, 14,20 €

Tout afficher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s