Le Questionnaire de la Chouette : Serge Rezvani

Serge Rezvani

Serge Rezvani

Serge Rezvani est poète, romancier, dramaturge, peintre et compositeur. On lui doit entre autres de nombreux romans et essais dont : Les Années Lumière(1967), Les Années Lula (1968), Le Testament Amoureux (1981), L’Origine du Monde (2000), L’Éclipse (2003), La Traversée des Monts Noirs (2011), Ultime Amour (2011) et Vers les Confins (2014), ces trois derniers publiés aux Belles Lettres. Il est aussi l’auteur de nombreuses chansons liées à la Nouvelle Vague, parmi lesquelles « Le Tourbillon » du film de F. Truffaut, Jules et Jim, « J’ai la mémoire qui flanche », ou encore celles du film Pierrot le Fou de J.-L. Godard. Le 15 mai son dernier ouvrage a paru en librairie : Le Corps d’Hélène, un conte érotique et mutin dans lequel il se remémore son premier amour, à 17 ans, sous l’Occupation. Depuis son jardin enchanté de Bonifacio, il répond ce jour à la Chouette avec la douceur et la poésie qui le caractérisent.

Vous êtes une chouette. Sur quelles branches spécifiques du savoir vous posez-vous le plus naturellement ?

Serge Rezvani – Sur l’épaule de Socrate, évidemment au moment exact où il se désaltère !

Quel texte de l’Antiquité vous a particulièrement frappé, et pourquoi ?

L’Iliade et l’Odyssée car comme la plupart des grands textes de l’humanité c’est un texte faisant partie de l’oralité, donc de la retransmission, un texte qui s’est « fixé » assez tard.

À quoi ressemble votre bibliothèque ?

À plus rien puisque, après la mort de Lula ma femme, j’en ai fait don à la bibliothèque municipale de La Garde Freinet. Cette bibliothèque assez considérable était faite de livres lus, relus et relus puisque nous avons vécu cinquante ans sans télévision et la lecture était pour moi un « dialogue » avec ceux que j’avais choisi… jusqu’à finir par écrire moi-même des livres en réponse admirative…

Quelles autres passions inavouées côtoient votre amour des livres ?

L’hédonisme au sein du Jardin où coule une source vive parmi les cyprès alors que l’on entend un rossignol…

Choisissez une découverte qui vous a marqué durant vos lectures, que vous souhaiteriez délivrer au reste du monde :

« Le maître de Ballantrae » de R.L. Stevenson : un des grands livres du continent romanesque. Mais surtout l’œuvre d’une toute jeune fille géniale : Emily Brontë avec « Les hauts de hurlevent », sans l’invention narrative de ce roman unique, pas de Faulkner ni de Conrad…

Par un heureux hasard, j’ai découvert récemment la même sorte d’appréciation pour ces deux livres chez Borgès.

Remontons le temps. Vous pouvez choisir une date et un lieu à visiter à votre convenance, où partez-vous ?

Oui, alors voilà ce souvenir, car j’ai connu un « autre monde ». En 1951, descendant le Midi de la France en moto, m’étant égaré dans une forêt, j’ai « découvert » un grand « pont » oublié, à étage, en pierre blonde, comme abandonné au bout d’une piste toute en ornières. C’était le pont du Gard que seuls les chasseurs côtoyaient, à l’époque, presque avec indifférence. Aujourd’hui il est inaccessible tant il est pris d’assaut par le tourisme. Stendhal parle du Colisée devenu en son temps une sorte de « carrière » où Rome se fournissait de pierres de construction. Belle indifférence des « masses » qui permettaient encore d’être seul devant ce qu’on ne vous obligeait pas d’admirer. Mais aujourd’hui le temps des « divines surprises » est passé. On fait la queue pour entrevoir un petit bout d’os ou un fragment de pierre…

Vous pouvez dans l’heure acquérir les compétences nécessaires pour exercer un tout autre métier, sans rapport avec le livre. Que choisissez-vous ?

Je suis contre le « métier » bon pour les artisans. J’aime l’insatisfaction du créateur qui s’avance sur le vide… car la création ne produit pas mais interroge…

Quel livre de notre catalogue, ne dehors de votre domaine privilégié, vous donne envie de vous y plonger ?

Les premiers venus des auteurs grecs, si l’âge m’en donne le temps, du « chouette » catalogue des Belles Lettres !

 En librairie :

Serge Rezvani, Le Corps d'Hélène, coll.  L'Exception, 2015, 160 pages, 19,50 €

Serge Rezvani, Le Corps d’Hélène, coll. L’Exception, 2015, 160 pages, 19,50 €

Tagged with: , , , ,
Publié dans Classiques de la littérature moderne, XXe siècle
2 comments on “Le Questionnaire de la Chouette : Serge Rezvani
  1. […] a le talent de rendre notre époque claire et intéressante. Tout récemment j’ai aussi lu Le Corps d’Hélène de Serge Rezvani, un texte de poète, et beaucoup ri avec La Barbe ! de Xavier […]

  2. Mickaël dit :

    Merci pour cette petite interview !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :