Le Questionnaire de la Chouette : Denis Kambouchner

Denis Kambouchner

Denis Kambouchner par Sarah Moon.

Denis Kambouchner, professeur d’histoire de la philosophie moderne à l’université Paris I, a consacré plusieurs ouvrages à Descartes dont Descartes n’a pas dit, un répertoire des fausses idées sur l’auteur du Discours de la méthode, avec les éléments utiles et une esquisse d’apologie paru début 2015 aux Belles Lettres. Il nous fait aujourd’hui  le plaisir de répondre à notre Questionnaire. Attention, chute d’eau sur Allemands, mathématiques et camp grec au programme !

Vous êtes une chouette. Sur quelles branches spécifiques du savoir vous posez-vous le plus naturellement ?

Avec des ailes, j’irais vers les mathématiques, cette si belle science avec laquelle j’ai depuis longtemps perdu le contact. Tel que je suis, je me contente, à peu près, des disciplines humanistes et des sciences sociales.

Quel texte de l’Antiquité vous a particulièrement frappé, et pourquoi ?

Je laisserai de côté les philosophes, difficiles à dissocier malgré la diversité des écoles. Restons du côté d’Homère. Enfant, j’avais été fasciné comme tant d’autres par l’album jamais réédité des Provensen. Ensuite, à lire de près l’Iliade, on reste confondu aussi bien par l’immensité poétique que par la puissance de la construction et le ciselage des parties dialoguées. Comment, à la source de nos littératures, une telle science a-t-elle été possible ? La question est ancienne. Elle donne toujours le vertige.

À quoi ressemble votre bibliothèque ?

Comme nous tous sans doute, je rêve d’une vaste pièce claire où tout se rangerait aisément, avec un bon quart de rayonnages encore libres. Dans la grande ville, nous sommes condamnés au capharnaüm. Ma bibliothèque est toute sur deux rangées. Les classiques finissent par recouvrir les contemporains. Récemment, un dégât des eaux a endommagé la colonne « littérature germanique ». Les Rilke et les Musil ont beaucoup souffert, les vieux Kafka s’en sont très bien remis.

Quelles autres passions inavouées côtoient votre amour des livres ?

J’ai de moins en moins de loisir. J’aime les musées à explorer vite, les concerts sans cérémonie, les ponts traversés à vélo dans les heures calmes, les nouveaux paysages de toute façon. En musique, chose si essentielle à toute écriture, je reviens lentement d’années jazz vers ce qui m’a jadis le plus touché : Bach, Mahler, Hans Werner Henze aussi…

Choisissez une découverte qui vous a marqué durant vos lectures,  que vous souhaiteriez délivrer au reste du monde :

Je ne pourrais pas dire. Seulement citer, hors grands classiques, notamment français, et toujours hors philosophie, Ainsi va toute chair de Samuel Butler, Le Maître de Ballantrae de Stevenson, Le Stradivarius perdu de J. M. Falkner, Amerika de Kafka, Le Vaisseau des morts de B. Traven, La Nuit sous le pont de pierre de Leo Perutz, Une nuit avec Hamlet de Vladimir Holan, Le Système périodique de Primo Levi. Ou seulement un quatrain d’Eugenio Montale : « La vie qui émet des éclairs/ est la seule que tu perçois./ Vers elle tu tends depuis cette/ fenêtre que fuit la lumière » (Le Occasioni, trad. de P. Angelini).

Remontons le temps. Vous pouvez choisir une date et un lieu à visiter à votre convenance, où partez-vous ?

Je crois que je l’ai déjà fait, pour l’essentiel en deux étés dérobés à d’autres travaux. C’était sous la tente d’Achille, dans le camp grec. D’où un livre qui aurait dû s’intituler : Rendez-vous à Troie, et que vous trouverez sous le titre : Ma guerre de Troie.

Vous pouvez dans l’heure acquérir les compétences nécessaires pour exercer un tout autre métier, sans rapport avec le livre. Que choisissez-vous ?

Décision impossible. Trop de choses seraient si tentantes, de l’astrophysique à la direction d’orchestre, de la psychanalyse à l’art des paysages (rien certes où il s’agisse de faire de l’argent ni de répercuter des consignes). Mais surtout, impossible de se détacher de l’écrit. Je m’imaginerais surtout en chroniqueur, en éditorialiste, ce genre de chose ; mais avec cela on fait encore des livres.

Quel livre de notre catalogue, en dehors de votre domaine privilégié, vous donne envie de vous y plonger ?

De m’y plonger ? Les Adages d’Érasme. De m’y replonger ? Guidé par l’excellent Wilfried Stroh, tout Cicéron, plus Isocrate, Quintilien, la Rhétorique à Herennius… Peut-être un programme pour la suite.

En librairie:

Denis Kambouchner, Descartes n'a pas dit

Denis Kambouchner, Descartes n’a pas dit. Un répertoire des fausses idées sur l’auteur du Discours de la méthode, avec les éléments utiles et une esquisse d’apologie, Les Belles Lettres, 2015, 240 pages, 11 €.

Tagged with: , , , , , , , , , , ,
Publié dans L'inattendu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :