Le Questionnaire de la Chouette : Marine Baron

Marine Baron

Marine Baron

Marine Baron vient de signer aux Belles Lettres une biographie fraîche et colorée d’Ingrid Bergman, Le feu sous la glace. Née en 1983, officier de Marine puis élève-officier dans l’armée de Terre, elle a travaillé dans l’industrie. Étudiante en droit aux universités Panthéon-Assas et Panthéon-Sorbonne, elle prépare également une thèse d’histoire. On lui doit déjà un récit autobiographique paru chez Denoël en 2009 : Lieutenante. Être femme dans l’armée française. Elle a accepté de répondre à notre questionnaire avec générosité et naturel, à l’instar du sujet de son livre.

 

Les Belles Lettres – Vous êtes une chouette. Sur quelles branches spécifiques du savoir vous posez-vous le plus naturellement ?

Marine Baron – Je dirais que je me pose sur la branche de l’histoire. Je n’y vais pas toujours naturellement mais j’en reviens souvent à elle, et toujours avec plaisir, car on ne comprend les branches du savoir qu’en s’intéressant à leurs origines et à leurs pionniers.

Quel texte de l’Antiquité vous a particulièrement frappé, et pourquoi ?

Le texte de l’Antiquité qui m’a le plus frappé est L’Âne d’or, un roman qu’on appelle aussi Les Métamorphoses d’Apulée. Je l’ai lu lorsque j’étais adolescente. A l’époque, j’étais assez paresseuse intellectuellement, l’Antiquité et ses auteurs représentaient pour moi des écrits poussiéreux ou des tragédies sinistres. La lecture de ces aventures délirantes et fantaisistes m’a fait changer d’avis.

À quoi ressemble votre bibliothèque ?

Ma bibliothèque est énorme, elle ressemble à une librairie et remplit à elle seule les quatre murs d’une grande pièce. C’est à l’origine celle de mon mari, où les livres sur la peinture de la Renaissance côtoient la philosophie allemande et la littérature du XIXème siècle. Mes livres à moi se sont ajoutés à tous ceux-là, notamment des livres de littérature française contemporaine, de philosophie du droit, de criminologie, et d’histoire de l’Empire.

Quelles autres passions inavouées côtoient votre amour des livres ?

J’aime le tango, les motos, les films d’espionnage et surtout la cuisine. Je prends un réel plaisir à manger. Je suis bouleversée, par exemple, par les créations d’Hélène Darroze qui, selon moi, frisent la perfection. Par ailleurs, j’adore cuisiner moi-même, avec des livres de recettes de Michel et Albert Roux et de Michel Guérard.

Choisissez une découverte qui vous a marqué durant vos lectures,  que vous souhaiteriez délivrer au reste du monde :

Etant étudiante à Assas en « Justice et droit du procès », j’ai lu, un peu par hasard, Le Chemin des morts, un court récit de François Sureau qui traite, du point de vue du juge, d’une erreur judiciaire paradoxalement commise dans le respect du droit. La force du texte, d’une pudeur qui, en si peu de mots, ne se met jamais en scène derrière une sobriété artificielle ou calculée, m’a emportée. J’ai dû lire ce livre une dizaine de fois. Il représente pour moi tout ce qu’un écrivain se doit de faire passer au lecteur : la beauté, la sincérité, l’ambiguïté, la réflexion, la douleur et la résilience.

Remontons le temps. Vous pouvez choisir une date et un lieu à visiter à votre convenance, où partez-vous ?

Je crois que je pars à Brest, dans les années 1930. Avant même d’avoir fait mes classes de formation initiale d’officier à l’Ecole Navale, j’étais fascinée par la Bretagne et j’ai toujours aimé cette étrange ville du Finistère : sa vie, son port, sa grande rue piétonne, ses habitants. J’ai souvent rêvé que je pouvais voir à quoi ressemblaient tous ces bâtiments curieux, reconstruits à la hâte, avant leur destruction qui a eu lieu pendant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Vous pouvez dans l’heure acquérir les compétences nécessaires pour exercer un tout autre métier, sans rapport avec le livre. Que choisissez-vous ?

J’aurais aimé avoir une vue excellente pour devenir pilote d’avion, ou l’oreille absolue pour devenir violoncelliste.

Quel livre de notre catalogue, en dehors de votre domaine privilégié, vous donne envie de vous y plonger ?

Je suis en train de lire le livre de Jean-François Bassinet, La France de Louis XIV, paru aux Belles Lettres en 2013, un guide illustré, éclectique, agréable à lire, qui traite de multiples aspects de la France du Grand Siècle. 2015 étant d’ailleurs le tricentenaire de la mort de Louis XIV, j’ai à présent envie d’aller au Château de Versailles voir l’exposition « Charles de la Fosse, le triomphe de la couleur », de relire Louis XIV et vingt millions de Français de Pierre Goubert, et, surtout, de me replonger dans les Lettres de Madame de Sévigné.

En librairie aujourd’hui:

Lire un extrait en ligne

22510100201260L

Marine Baron, Ingrid Bergman. Le feu sous la glace, Les Belles Lettres, 2015, 212 pages, photographies noir et blanc, 19 €.

Tagged with: , , , , ,
Publié dans L'inattendu
One comment on “Le Questionnaire de la Chouette : Marine Baron
  1. […] Marine Baron répond au Questionnaire de la Chouette. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ Léon Bloy, la littérature et la #Bible, par Pierre Glaudes. Tout est symbolique pour #LéonBloy : l’histoire de l’humanité, sa propre vie, les contes sortis de son imagination offrent tous une image de #Dieu sous des dehors inattendus. Il ne lui suffit pas de pourfendre le positivisme qui domine dans l’opinion de son époque : à la religion de la Science il oppose une vision du monde dans laquelle le moindre événement, réel ou imaginaire, exprime la Parole divine à l’instar de la Bible. Ainsi, toute réalité est textuelle sous le regard de cet écrivain qui, dans le divers de l’existence, aperçoit, par fragments, la même fiction transcendante. Cet ouvrage explore l’étonnante pratique de la littérature qui résulte de ce parti-pris apologétique risqué. Le roman, l’historiographie, le pamphlet, le journal intime n’y sont jamais que des textes de seconde main : des réécritures déconcertantes qui, selon des conventions différentes, ont la Bible pour matrice et tentent d’en faire résonner les échos intempestifs à l’oreille des contemporains.
L'extrait qui vous est donné sur le blog des Belles Lettres vous permettra de goûter tant le style immarcescible du rire bloyen que celui, non moins élégant et puissant de Pierre Glaudes, son plus grand spécialiste français.
#critiquelittéraire #BellesLettresEssais #XIXe #XXe #PierreGlaudes NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :