Les Lettrés de la Nouvelle-France

Extrait de Québec. Capitale de la Nouvelle-France, 1608-1760 de Raymonde Litalien. Chapitre VII, La Littérature, pages 155-157.

Collection Guides Belles Lettres des Civilisations, 2008, 236 pages, 17,30 €

Collection Guides Belles Lettres des Civilisations, 2008, 236 pages, 17,30 €

Les Lettrés

La proportion de lettrés, parmi la population d’émigrants, est sensiblement la même qu’en France. Au milieu du XVIIe siècle, une moyenne d’environ 30 % de la population française sait lire et écrire. Un siècle plus tard, à la fin du régime français, les chiffres relevés pour la seule ville de Québec donnent 36 % de lettrés qui sont très inégalement répartis. On en compte 49,5 % chez les hommes et 36,8 % chez les femmes, trouvés majoritairement parmi les représentants de la classe dirigeante. Dans le reste de la population, il n’y en a plus que 30 %. Les efforts d’alphabétisation des Amérindiens n’ont donné à peu près aucun résultat et les missionnaires se sont résignés à pratiquer l’évangélisation exclusivement par la parole et par l’imagier imprimé provenant de leur maison mère, en France (cf. La population, chap. III).

Il y avait donc environ 30 000 habitants dans l’ensemble des territoires de la Nouvelle-France, au milieu du XVIIIe siècle, susceptibles de se procurer et d’utiliser des ouvrages imprimés. Leurs besoins apparaissent clairement. Les ecclésiastiques, pour l’exercice du culte, se servent de livres religieux et liturgiques ; les administrateurs et les notaires se réfèrent aux recueils de lois et aux codes juridiques ; les médecins et chirurgiens ont des traités de botanique et de médecine ; les hydrographes et capitaines de navires emportent avec eux des précis d’astronomie et de navigation. Divers autres manuels sont nécessaires aux enseignants des petites écoles et des grandes institutions d’éducation. Les ouvrages dits « littéraires » comme les genres romanesque, poétique ou dramatique ne sont donc pas considérés comme prioritaires, d’autant qu’ils sont vertement condamnés comme « impies » par l’évêque de Québec (cf. L’évêché de Québec, chap. VI). Ce qui n’empêchera pas les particuliers de s’en procurer, comme en témoigne le contenu des bibliothèques trouvé dans les inventaires après-décès de certains notables de Québec et de Montréal. Dans le genre romanesque, arrive en tête de liste le Don Quichotte de Miguel de Cervantès, suivi du Roman comique de Paul Scarron et de l’oeuvre d’Alain-René Lesage.

Aucun éditeur en Nouvelle-France

Les contraintes particulièrement rigoureuses imposées à l’édition par la cour de France ont fait en sorte qu’aucun éditeur, aucune imprimerie n’ont pu exercer à l’intérieur de la colonie gouvernée par Québec. C’est en 1752 seulement et en pays conquis par l’Angleterre qu’apparaît la Halifax Gazette, premier imprimé sur le territoire revendiqué par la France.
La publication de livres, sous l’Ancien Régime, était soumise à l’obtention, auprès du roi, du privilège d’imprimer et de diffuser. Les manuscrits étaient d’abord soumis aux censeurs qui en vérifiaient la conformité aux directives officielles, à la religion catholique romaine et à la morale chrétienne. Une police vérifiait aussi que les libraires ne vendent aucune publication sans privilège ni contrefaçon étrangère.
Quelques tentatives ont pourtant été faites en vue d’installer des imprimeries afin d’effectuer directement les publications nécessaires, et d’en contrôler le contenu plutôt que de les confier à un éditeur en métropole. En 1665, les jésuites de Québec songent à obtenir le matériel nécessaire pour publier les textes utiles à leur mandat, dont les célèbres Relations. À Montréal, les sulpiciens entreprennent aussi des démarches à cet effet, au cours des années 1680. Ces ordres religieux souhaitent être soulagés du fastidieux travail de copiste qu’exigeait la multiplication des livres religieux. Leurs démarches sont sans succès. Les autorités civiles reprendront le projet au milieu du siècle suivant, pour diminuer le travail des clercs de l’administration (cf. Les institutions, chap. III). Les gouverneurs Roland-Michel Barrin de La Galissonière et Jacques-Pierre de Taffanel de La Jonquière, à partir de 1748, insistent sur le rôle de diffusion des directives royales qu’offrirait l’imprimerie et l’avantage politique qui en résulterait. La Cour est sensible à l’argumentation mais refuse de participer aux frais. Jusqu’à la fin, ce sont donc des ateliers métropolitains, contrôlés par la Cour, qui assurent l’édition des livres et des imprimés produits ou utilisés par les résidants de la Nouvelle-France.

Raymonde Litalien, Québec. Capitale de la Nouvelle-France, 1608-1760, coll. Guides Belles Lettres des Civilisations, 2008, pages 155-157. Sommaire complet.

Jusqu’au 31 mai 2015, pour l’achat de deux Guides Belles Lettres des Civilisations, l’ouvrage Les Religions du Monde de Nadine Goursaud est offert.

Les Voyages de Champlain, 1632. Page 157 du livre.

Les Voyages de Champlain, 1632. Page 157 du livre.

Tagged with: , , , , , , , ,
Publié dans Passerelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue sur le blog des éditions
En direct sur Instagram
NOUVEAUTÉ ÉRUDITION dans la collection #MondesAnciens : Claude Calame, Tragédie chorale : poésie grecque et rituel musical.  La #tragédie grecque comme dramatisation du héros confronté à son implacable destin ? La tragédie attique comme expression même du « tragique » ? À vrai dire les actions héroïques mises en scène dans la #tragédiegrecque sont redevables d’une perspective anthropologique et ethnopoétique. Ces dramatisations sont en effet des manifestations musicales au sens grec du terme, impliquant chant, accompagnement instrumental et gestualité chorégraphique : pratiques vocales en performances musicales ritualisées dont le texte n’est pour nous que la lointaine trace écrite ; pratiques rituelles prenant sens et efficacité, comme actes de chant, dans un contexte d’ordre à la fois politique, religieux et culturel. 
#Poésiegrecque #Musiquegrecque #Grèceantique #choeur #chantchoral #Œdipe #Jocaste #Hippolyte #Phèdre #Xerxès #Thèbes #Trézène #Eschyle #Euripide #Sophocle #Athènes #Vendredilecture critique, avec #BarbeydAurevilly qui fustige le théâtre contemporain (tome VII des Oeuvres en librairie), #LéonBloy le fulminant par Pierre Glaudes, mais aussi #Bernanos, #Steiner, #Ricoeur, London, #PierreJeanJouve tous au catalogue depuis peu.
Avec la chouette, ne perdez ni votre latin, ni votre mordant. Excellent week-end ! La chouette profite de la pénombre recherchée pour vous présenter sur le blog des Belles Lettres cet étonnant traité de l'Antiquité tardive composé par un citoyen éclairé anonyme à l'adresse du Chef d'Etat. Conseils avisés sans parti pris idéologique autre que le retour au bon sens. Dégustez plusieurs extraits sur le blog et ce soir sur Facebook. #CUF #Budés #AffairesMilitaires #Militaria #Antiquitétardive #moralisationdelaviepolitique #corruption #richesses #reformedelaloi NOUVEAUTÉ Partons en #Inde ou aux #Indes avec Michel Angot qui réussit en près de 900 pages à embrasser plusieurs milliers d'années et un espace aux dimensions de l'Europe, en ayant recours aux sources les plus étendues et tenant ensemble les traces du temps, de l'Antiquité à nos jours : un tour de force, une véritable fabrique de l'Histoire, aujourd'hui en librairie.
#India #Voyage #Histoire #Histoiredesindes NOUVEAUTÉ Le troisième tome de la série sur l'Histoire de la littérature grecque chrétienne dirigée par Bernard Pouderon vient de paraître. Ce tome couvre toute la production littéraire du IIIe siècle. L’exégèse, l’historiographie, la pastorale, mais également les spéculations théologiques et la polémique religieuse, y occupent une place essentielle. Parmi les auteurs les plus importants ici présentés figurent Clément d’Alexandrie, Origène, Hippolyte de Rome (ainsi que le corpus attaché à son nom), Méthode d’Olympe et Eusèbe de Césarée, qui, dans la diversité de leurs écrits, ont donné non seulement à la pensée, mais aussi à la littérature chrétienne ses premières lettres de noblesse. Sur notre blog, la présentation de cette série exceptionnelle a été mise à jour. #Littératurechrétienne #Christianismeprimitif #Premierschrétiens #Antiquitétardive #Anedor NOUVEAUTÉ Le deuxième volume de notre nouvelle collection #DocetOmnia : La Politique des chaires au #CollègedeFrance. Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON.
Sur la base de nombreux documents inédits issus notamment des archives du Collège de France, cet ouvrage revisite l’autodéfinition de la plus fameuse institution savante française et invite à reconsidérer la fabrique et le partage des savoirs dans l’enseignement et la recherche.
#Savoirs #Enseignement #Recherche #Institutionsfrançaises NOUVEAUTÉ Le tome VII de l' Œuvre critique de Barbey d'Aurevilly, sur le Théâtre contemporain.
La mise à mort par estocade de la comédie, le mépris des « faiseurs dramatiques », la pauvreté de la littérature dramatique, l’émoi de la danse et l’hymne aux acteurs et un « énorme pouah ! » pour couronner le tout : voici que Barbey mord « à pleine bouche et à pleines dents dans nos plates mœurs dramatiques contemporaines »
#Théâtre #Théâtrecontemporain #Critiquelittéraire #Littératureclassique #BarbeydAurevilly Une valise de Budés ! Signe extérieur de richesse intérieure, envoyé par Rafael Vila (LiquidsRoma sur Twitter). Merci !
#CUF #Budés #Humanisme #Languesanciennes #Antiquité #TeamLatin #TeamGrec

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 181 autres abonnés

En direct sur Twitter
Archives
%d blogueurs aiment cette page :